31 mai 2014

Houba

Comme je l'ai dit ici à plusieurs reprises (et je le redirai notamment demain, pour ma prochaine chronique), je suis fan de BD. Aussi, quand j'ai appris qu'Alain Chabat envisageait de faire une adaptation cinéma du Marsupilami, amusante et originale bestiole inventée par André Franquin, je me suis dit chouette, Chabat + BD + Marsupilami, ça va promettre. A la base, Chabat (un grand fan de BD, ça se sent : il faut voir le traitement loufoque, et au final très proche de l'esprit de la BD, qu'il avait fait à Astérix Et Cléopâtre)... [Lire la suite]

31 mai 2014

"J'insiste sur le D"

Aaah, Quentin Tarantino... Ce mec me tue. On a l'impression qu'il peut tout faire. Et d'ailleurs, il a quasiment tout fait : film de guerre, film de gangsters, film d'exploitation pur et dur, film de blaxploitation, film d'horreur (en producteur et/ou scénariste), film de baston...et western. Ne lui reste plus qu'à faire un péplum, ou un film d'aventures classique, et il aura tâté d'à peu près tous les genres cinématographiques (ses films étants dans l'ensemble vraiment fendards, on peut rajouter la comédie dans les genres... [Lire la suite]
30 mai 2014

Le plus grand des Présidents

Des films abordant la vie (ou une partie de la vie) de vrais Présidents des Etats-Unis, il y en à eu : Nixon par Oliver Stone, W. (sur George W. Bush) par le même réalisateur (qui a aussi fait un film sur l'enquête officielle - le Rapport Warren - sur l'assassinat de Kennedy avec JFK), Primary Colors de Mike Nichols, qui s'inspire plus qu'à moitié de la campagne électorale de Bill Clinton, Jefferson A Paris de James Ivory. Sans parler des films sur des Présidents fictifs (Primary Colors est aussi à citer, mais on nommera également... [Lire la suite]
25 mai 2014

Même pas mort, le 007

La saga James Bond 007 est mythique, c'est à l'heure actuelle, il me semble, la franchise cinématographique la plus longue parmi celles qui sont toujours en activité. Depuis 52 ans et le premier film, James Bond 007 Contre Docteur No (1962) ! Il y à eu de tout, à boire et à manger, dans la saga : les films avec Sean Connery (quasiment tous sont des chefs d'oeuvre, mis à part le premier qui possède cependant un grand charme kitsch de prototype imparfait, et Les Diamants Sont Eternels, de 1971, qui est un peu chabraque, mais fendard)... [Lire la suite]