18629206

Spoilers...

Sincèrement, ce film n'est pas un chef d'oeuvre. Ce n'est pas une pure merde, ce n'est pas un nanar, mais ce n'est quand même pas un film inoubliable. C'est, aussi et surtout, ça n'aura échappé à personne, un remake, celui d'un film catastrophe de 1972 intitulé L'Aventure Du Poséidon, qui était réalisé par Ronald Neame et interprété par Gene Hackman, Ernest Borgnine, Red Buttons, Shelley Winters et Stella Stevens. Un film catastrophe (adapté d'un roman) dans la veine de ceux qui florissaient dans le cinéma de l'époque, Airport (et ses oubliables suites, déjà que le film initial a très mal vieilli), La Tour Infernale, Sauvez Le Neptune... Le genre sera quelque peu relancé à la fin des années 90 avec Independence Day, mais surtout Titanic et Armageddon. Le film qui nous intéresse aujourd'hui date de 2006 et est signé Wolfgang Petersen, et est, donc, le remake du film de 1972 (lequel est un des meilleurs films du genre et de son époque). Il s'appelle Poséidon et bénéficie lui aussi d'un casting de stars, même si, soyons honnêtes, ce ne sont pas des méga stars. On a ici Kurt Russell, Richard Dreyfuss, Josh Lucas, Kevin Dillon (frangin de Matt), Emmy Rossum (qui, deux ans plus tôt, joua dans un autre film catastrophe, Le Jour D'Après de Roland Emmerich), Mia Maestro (?), Mike Vogel (??) et la chanteuse Fergie. Qui, évidemment, se fait entendre dans le film en train de chanter. Et qui, évidemment là aussi, interprète la chanson du générique de fin. Sinon, la musique est signée Klaus Badelt, un des spécialistes, avec Hans Zimmer, du gros son trippant au cinéma (la saga Pirates Des Caraïbes). 

1762_1_1257276020

Le gros point fort du film de Petersen (pas un tâcheron, ce mec : L'Histoire Sans Fin, Le Bateau, Alerte !, Dans La Ligne De Mire), ce sont les effets spéciaux, qui sont assez renversants (vu le sujet du film, ça tombe plutôt bien). Le gros point faible, c'est la durée de Poséidon : 95 minutes douche comprise. Si on compare avec les films catastrophe d'autrefois qui, parfois, dépassaient allègrement les 2 heures (le film original de 1972 dure un peu moins de 2 heures), et à Titanic qui en enquille trois comme un grand, c'est peu. Ce film, on le comprendra, passe rapidement à l'essentiel, à peine 15 minutes après le début du film, l'accident se produit. Et ensuite, c'est du non-stop pendant un peu plus d'une heure riche en suspense et en effets spéciaux suintants d'eau. Dois-je raconter l'histoire ? L'action se passe sur un paquebot de croisière de luxe (inspiré par le "Queen Mary II", de même que le bateau du film initial se basait sur le "Queen Mary"), le "Poséidon", le soir de la Saint-Sylvestre, alors que le bateau traverse l'Atlantique, de l'Europe vers New York. Alors qu'une gigantesque fête pour célébrer le Nouvel An se produit dns la salle de bal et dans la discothèque, une énorme vague déferlante de plus de trente mètres de haut déboule et frappe de plein fouet, latéralement, le bateau, qui chavire et se retourne complètement. On imagine aisément la panique (et le bordel) à bord. Les survivants, blessés, choqués, décident, sur ordre du commandant de bord, de rester dans la salle de bal, afin d'éviter au possible une propagation des catastrophes (l'eau qui s'infiltre de partout, des incendies, etc), mais quelques courageux, et parmi eux Robert Ramsay (Kurt Russell), ancien maire de New York et ancien pompier, sa fille Jennifer (Emmy Rossum), son petit ami Christian (Mike Vogel) et une passagère clandestine (Mia Maestro), décident de tout tenter pour sortir du bateau...

18614339

Le film reprend, en gros, l'histoire du film initial, et bien que les personnages soient différents, on retrouve, ici, les clichés du genre, des personnages bien stéréotypés : le gros bras qui prend l'ascendant sur le groupe et s'y connaît en secours ; le jeune couple ; le vieillard (ou un vieux couple) ; le fouteur de merde irritant ; les minorités ethniques ; l'inévitable petit mioche avec sa mère (ou ses parents au complet) ; le beau gosse ténébreux et mystérieux, qui peut (ou pas) cacher un lourd secret... De ce point-de-vue là, Poséidon n'échappe pas à la règle. La réalisation est solide mais sans artifices, les acteurs sont corrects (j'ai toujours aimé Kurt Russell et Richard Dreyfuss) et font ce  qu'ils peuvent avec leurs personnages stéréotypés et une durée de film qui ne laisse vraiment pas la psychologie s'installer (pas de longues scènes de présentation des personnages comme on pouvait le voir dans Airport ou La Tour Infernale, dans lesquels l'action essentielle met un certain temps, sans doute un peu trop de temps, avant de commencer). Le personnage joué par Kevin Dillon (un flambeur vulgaire et énervant) non seulement disparaît assez rapidement (et connement, mais c'est bien fait pour sa gueule), mais survole en fait carrément la partie du film dans laquelle il intervient, c'est à peine si on sait son nom (Larry la Chance, autrement dit, un surnom) !

arton692

Mal reçu par la presse et le public (il a même été nominé aux Razzie Awards, qui récompensent le pire du cinéma américain, en tant que pire remake, mais n'obtiendra pas la 'récompense'), Poséidon n'est, il est vrai, pas un très très bon film. C'est un honnête divertissement du samedi soir (ou du dimanche soir ; il a d'ailleurs été rediffusé hier sur la TNT, ce qui m'a permis de le revoir et m'a donné envie de l'aborder ici), aux effets spéciaux vraiment bien foutus (ça sera remarqué à la sortie du film, parmi les rares choses positives qu'on dira de lui), et les acteurs et la réalisation sont très corrects. Mais la durée rikiki du film, à peine plus long qu'une comédie, n'est pas super raccord avec le sujet : on ne s'ennuie pas, certes, mais la fin arrive trop vite, on a un sentiment de bâclage, c'est expéditif. Certains diront qu'il vaut mieux ça qu'un film de 3 heures avec plus d'une heure d'ennui mortel (Titanic). Après tout, Jurassic Park III, qui dure 90 minutes, est rempli de suspense et d'action et on n'a pas le temps de s'emmerder en le regardant. Mais il n'empêche que deux heures, durée des plus standard, aurait été, disons...plus correct. Cette durée de 95 minutes m'avait limite choqué la première fois que j'ai vu le film, je me suis dit 'c'est une version censurée, ou quoi ?', mais non, c'est bien la durée du film. C'est, pour moi, son principal défaut, et il est de taille. Mais le film est, dans son genre, un sympathique et honnête divertissement à voir une fois ou deux, sans rien en attendre de particulier.