dark-shadows-french-one-panel-47x63-12-tim-burton-johnny-depp

Spoilers...

Dans les années 60/70, il a existé, aux USA (pas sûr qu'elle ait été diffusée en France à l'époque, ni même maintenant), une série TV, créée par Dan Curtis, du nom de Dark Shadows. Dans cette série, on suivait les aventures d'un vampire et de sa famille un peu fin de race et étrange. Une série culte aux USA, qui devait bien, tôt ou tard, être adaptée au cinéma. Ce fut plus 'tard' que 'tôt', car si la série a été diffusée, à la base, de 1966 à 1971 (ou 1972 ?), le film, lui, ne sera fait que quelques 40 ans après la fin de ladite série, soit 2012 ! Un tel sujet (une famille étrange dans une vieille demeure gothique, et un vampire en tant que personnage principal) ne pouvait être abordé que par Tim Burton, aussi personne ne fut surpris quand on a appris que le réalisateur de Sleepy Hollow et de Beetlejuice allait s'atteler à l'adaptation cinéma de cette série TV. Le film est sorti donc en 2012, et possède un casting solide : Johnny Depp, Eva Green, Michelle Pfeiffer, Jonny Lee Miller (Sick Boy dans Trainspotting), Jackie Earle Haley (Rorschasch dans Watchmen), Helena Bonham-Carter et Chloe Grace Moretz. On notera aussi la participation amicale et très brève de Christopher Lee, ainsi que celle, moins anecdotique, et dans son propre rôle, d'Alice Cooper, que l'on entend notamment chanter "No More Mr Nice Guy". Oui, Alice Cooper, Vincent Furnier de son vrai nom ! Oui, putain, oui, vous avez bien lu : Alice Cooper ! Jonathan Frid, qui jouait Barnabas dans la série TV (et qui est mort un mois avant la sortie du film) apparaît, ainsi que les autres acteurs principaux de la série, dans la scène de la fiesta glam à Collinwood (la même scène où apparaît Alice Cooper).

dark-shadows-2012-1

Dark Shadows est une comédie fantastique totalement dingue dont le seul défaut véritable est son dernier quart d'heure, qui n'est vraiment pas aussi réussi que le reste. D'une longueur de 108 minutes générique de fin inclus, le film est mis à part sa conclusion un peu lourdaude (mais la dernière scène, qui répond à une des premières du film, est réussie, et la dernière image est jubilatoire), une belle réussite de la part de Burton. Bon, OK, ce n'est pas aussi grandiose que Sleepy Hollow, Big Fish, Ed Wood, Edward Aux Mains D'Argent ou Sweeney Todd (pour moi, les cinq plus grands films du réalisateur, et probablement dans cet ordre-là, d'ailleurs ; Johnny Depp joue dans quatre de ces films, pour l'anecdote), mais c'est un cru secondaire de Burton, et dans cette catégorie-là (dans laquelle on trouve aussi Mars Attacks !, Charlie Et La Chocolaterie et Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers), assurément un des meilleurs. Les acteurs sont excellents, mention ultra spéciale à un Johnny Depp hilarant comme il l'est souvent (c'est le roi des expressions faciales et regards comiques et décalés), ainsi qu'à Jackie Earle Haley, tordant en majordome à moitié débile, et à Jonny Lee Miller, en père de famille tout sauf responsable.

darkshadows12

Le prologue du film se passe en 1775. Barnabas Collins (Johnny Depp) est l'héritier de la famille Collins, originaire de Liverpool (Angleterre) et arrivée aux USA, dans le Maine, en 1760, afin de faire fortune. Les Collins on en effet fait fortune, ayant lancé une société de pêche industrielle, fondé une ville portuaire qui porte leur nom (Collinsport), et bâti un imposant manoir d'apparence gothique, Collinwood, dans laquelle ils vivent. La servante de Barnabas, Angélique Bouchard (Eva Green), tombe amoureuse de lui, mais lui est amoureux de Josette (Bella Heathcote). Face au refus de Barnabas de l'aimer, Angélique, qui possède des pouvoirs de sorcière, tue les parents de Barnabas (faisant passer le tout pour un accident) et pousse Josette à la mort, en la faisant se jeter du haut d'une falaise. La voyant se tuer, Barnabas se jette lui aussi du haut de la falaise, mais s'en sort sans mal : il a été en effet transformé en vampire par Angélique, qui va s'emparer de lui, le mettre dans un cercueil qu'elle va enterrer (avec lui, conscient, et 'vivant') dans la forêt.

Dark-Shadows_2

1972. Au même endroit. A l'occasion d'un chantier de construction, une pelleteuse déblaie une grosse caisse de bois, qui s'avère être un cercueil. Le cercueil s'ouvre, et Barnabas, assoiffé, en sort et s'en prend aux ouvrier qui l'ont découvert, avant de prendre la route en direction de Collinwood, avide de vengeance. Face à un Collinsport qui a bien changé (voyant le M d'un McDonald's, il prend ça pour le signe de Méphisto), il va progressivement découvrir qu'il a 'dormi' pas mal d'années dans son cercueil : presque 200 ans en tout et pour tout ! Il arrive à Collinwood, la demeure est toujours habitée par les Collins, mais elle est dans un état de totale décrépitude. Barnabas, dont un portrait peint trône dans le grand salon (ce qui fait qu'à son arrivée, les Collins de 1972 auront une légère impression de déjà-vu en le regardant), entend bien reprendre sa place dans la famille (à qui il n'a pas l'intention de faire le moindre mal : ce sont les siens), et découvrant que la société de pêche familiale a été détrônée par une nouvelle société du nom d'Angelbay, dirigée par une certaine Angélique Bouchard, il comprend vite que cette salope de sorcière ayant causé la perte de sa famille a fait des siennes en 200 ans...et va bien compter y rémédier !

darkshadows2

Comme je l'ai dit, les acteurs sont excellents, et se sont bien amusés, notamment Depp qui est jubilatoire en vampire du XVIIIème siècle débarqué comme un cheveu sur la soupe chez ses descendants de 2 siècles, et découvrant avec atterrement les innombrables changements (technologies, nourriture, moeurs, musique). Entre une adolescente (Chloe Grace Moretz) en pleine crise...d'adolescence et qu'il ne manque pas de qualifier, en la voyant la première fois (avant de savoir de qui il s'agit) de fille de joie, un autre rejeton, plus jeune, un peu perturbé, et qui croit aux fantômes (de fait, il y en à au moins un, celui de Josette), un père de famille totalement à côté de la plaque et qui s'en fout et une maîtresse de maison psychorigide (Michelle Pfeiffer), il a de quoi faire !

watermark

Si on y rajoute une psychologue (chargée de s'occuper du bambin) jouée par Helena Bonham-Carter, qui passe le plus clair de son temps à picoler, et une jeune gouvernante (pour le même gamin), Victoria, qui s'avère être le sosie parfait de Josette (c'est la même actrice qui l'interprète), Barnabas, on le sent, va avoir du mal à s'adapter. Tout le film (jusqu'à sa conclusion, qui n'est autre que l'affrontement entre Barnabas et Angélique) joue sur cette confrontation comique entre le vieux vampire (qui cache son statut de buveur de sang vieux de deux siècles à tout le monde sauf à Michelle Pfeiffer et à Helena Bonham-Carter, avant que le pot aux roses ne soit, finalement, découvert) et sa très décadente nouvelle famille d'anciens industriels sans le sou. Une sorte de version fantastique et gothique des Visiteurs, quelque part, qui fait partie des films les plus drôles de Burton avec Beetlejuice. Un petit régal !