21024387_20130805114519435

Spoilers...

Pour ce nouvel article, encore un film des frères Coen, décidément pas mal à l'honneur sur le blog ces dernières semaines, entre Miller's Crossing, Ave César ! et Le Grand Saut pour les derniers films abordés. Celui-ci est, de leurs films, un de ceux ayant reçu les meilleures critiques. Il date de 2001, a obtenu le Prix de la mise en scène à Cannes la même année (pas mal de films des Coen ont reçu un prix à Cannes), ex-aequo, je crois, avec le Mulholland Drive de David Lynch, et il est interprété par Billy Bob Thornton, Frances McDormand, James Gandolfini, Tony Shalhoub, Jon Polito et Scarlett Johansson (notamment). Il s'appelle The Barber : L'Homme Qui N'Etait Pas Là, ou The Barber tout court, pour le titre français. Et The Man Who Wasn't There pour le titre original (sans aucune mention de la qualification du personnage, contrairement au titre français qui est, donc lui aussi anglophone, chose assez étonnante, mais vraie). Loin d'être aussi drôle que la majorité des films des Coen fratelli, The Barber est au contraire un film sec, austère et, par ailleurs, en glorieux noir & blanc. On peut trouver les silences et moues monolithiques et quelque peu ennuyées de Billy Bob Thornton drôles (et c'est volontaire), mais c'est bien tout, dans ce domaine.

the-barber-2001

Le film est un brillant hommage aux films noirs des années 40. Tout y est : la Californie des années 40,une intrigue complexe, personnages troubles, ambiance poisseuse, femme fatale, adultère, chantage, meurtre, complot, dérives dans l'intrigue. Même l'interprétation est au cordeau, et digne des meilleurs films noirs de la grande époque, des films comme Le Grand Sommeil, Le Port De L'Angoisse ou Le Faucon Maltais. Ecrit par les frangins, le film est un hommage, pas un pastiche. Si vous voulez un pastiche de film noir par les Coen, prenez, à la rigueur, Sang Pour Sang, leur premier film. Ici, c'est du pur. En noir & blanc comme je l'ai dit, même si le film existe aussi, apparemment, dans une version colorisée, que je n'ai pas vue et qu'il ne m'intéresse pas de voir, d'ailleurs. Le film marchera plutôt bien à sa sortie, sans toutefois casser la baraque, et sera accueilli par une presse globalement dithyrambique, il faut dire qu'il y à de quoi s'extasier. Le film est plutôt court (110 minutes bien tassées), mais sa durée est idéale. 

187960vlcsnap2012072615h31m39s208

Los Angeles, 1949. Ed Crane (Billy Bob Thornton) est coiffeur dans le salon appartenant à son beau-frère (Ed est marié à sa soeur, Doris - Frances McDormand). Autant son beau-frère est volubile, bavard, autant Ed est un taiseux, qui ferait passer Eastwood dans Pour Une Poignée De Dollars pour un vrai jacqueteur. Sa vie professionnelle va sans problèmes, mais sa vie privée est des plus mornes : il ne fait plus l'amour à sa femme depuis pas mal de temps, il la soupçonne de le tromper avec ""Big" Dave (James Gandolfini), propriétaire de magasin et employeur de Doris (elle est sa secrétaire-comptable). Il envoie à Dave un courrier anonyme indiquant qu'il trompe sa femme avec Doris Crane et qu'en échange du silence du corbeau il lui faut verser 10 000 dollars. Avec cet argent, Ed espère bien faire affaire avec un homme d'affaires, une histoire de nettoyage à sec (un nouveau procédé de nettoyage qui risque bien de casser la baraque).

barber-2001-06-g

Dave paye, et se retrouve ruiné. Un soir, il appelle Ed pour lui demander de passer le voir. Là, il lui annonce qu'il sait tout sur le chantage d'Ed. La situation s'envenime, Ed tue Dave presque par défense, en le poignardant, et s'en va. Quelques jours plus tard, la police arrête Doris et l'inculpe de détournement de fonds (la caisse du magasin) et surtout, du meurtre de Dave. Sachant bien qu'elle est innocente du meurtre (et pour cause), Ed engage un ténor du barreau pour la défendre. La situation va encore plus déraper quand, juste avant le procès, alors que l'avocat semble avoir trouvé de quoi l'innocenter, Doris se suicide par pendaison dans sa cellule, la femme (désormais veuve) de Dave vient voir Ed pour lui dire que le gouvernement est sans doute derrière l'assassinat de son mari, car Dave et elle, en vacances dans l'Oregon, virent un jour un OVNI dans le ciel...

The-Man-Who-Wasn’t-There-1

Vrai film noir à l'ancienne, doté d'un scénario certes moins alambiqué que les films noirs d'époque, mais avec toutefois tous les éléments du genre, The Barber est un régal qui, s'il n'est pas mon préféré des frères Coen (et ne le sera jamais), est probablement un de leurs meilleurs films. Billy Bob Thornton est juste époustouflant dans le rôle de ce coiffeur sans envergure, mari cocu et meurtrier involontaire (il ne regrette cependant pas d'avoir tué l'amant de sa femme), Frances McDormand, grande habituée des films des Coen (elle est mariée à Joel), est excellente, de même que Tony Shalhoub dans le rôle de l'avocat. La photographie est sublime, une des plus belles des films des frangins. Tout concourt donc à faire de ce film une totale réussite !