affiche-la-couleur-pourpre

 Spoilers...

En 1982, Alice Walker, une écrivain(e) et militante féministe américaine, obtient le Prix Pulitzer avec un roman qui, en France, sera d'abord publié sous le titre de Cher Bon Dieu, avant d'être réédité avec une traduction littérale de son titre original. Le titre de ce roman est bien entendu le même que celui de son adaptation cinéma, qui sortira en 1985 : La Couleur Pourpre. Doté d'un scénario de Menno Meyjes adapté du roman, et d'une musique signée Quincy Jones, le film est réalisé par Steven Spielberg et sortira en France en 1986. Long de 2h35, le film obtiendra de nombreuses récompenses et nominations, et sera en sélection officielle à Cannes en 1986. Il obtiendra un certain succès, mais sera aussi la source d'un retentissant scandale : on s'offusquera, aux USA, qu'un réalisateur Blanc et juif adapte un roman sur les populations noires, écrit par une Noire, et au casting essentiellement noir. Pas mal de critiques trouveront ça des plus anormal, et de ce fait, aux Oscars, le film sera nominé un peu partout sauf pour le meilleur réalisateur et des acteurs et acteurs de second rôle. Avec le temps, le film, sans faire partie des plus mythiques de Spielberg, a été grandement réhabilité de ce côté-là, les mentalités ont probablement un peu changé. Il n'empêche, le film serait fait aujourd'hui, probable que les studios confieraient plus facilement le boulot à Spike Lee ou Steve McQueen (pas l'acteur, hein, mais le réalisateur de 12 Years A Slave).

la-couleur-pourpre

Niveau distribution, La Couleur Pourpre est un régal : Whoopi Goldberg (la révélation du film, elle a obtenu des récompenses pour son rôle, et ne sera, hélas pour elle, que rarement aussi impeccable qu'ici par la suite), Danny Glover, Oprah Winfrey (oui, l'animatrice TV !), Rae Dawn Chong, Margaret Avery (pour un rôle initialement prévu pour Tina Turner, qui refusera, ne voulant pas se rapprocher géographiquement des lieux de sa pénible enfance), Adolph Caesar, Laurence Fishburne et Akosua Busia. Comme je l'ai dit, la musique est signée du grand Quincy Jones, et c'est d'ailleurs, pour l'époque, la première fois que Spielberg ne fait pas appel à John Williams pour signer la bande originale d'un de ses films. C'est une très belle musique aux accents jazzy. Le film fait partie de la section humaniste et 'adulte' du cinéma de Spielberg, à ranger aux côtés d'Empire Du Soleil, Munich, Cheval De Guerre, Le Terminal et Lincoln (parmi les autres oeuvres 'adultes' du réalisateur), et franchement assez éloigné des blockbusters type Les Dents De La Mer, E.T. ou la saga Indiana Jones. Deux facettes pour le cinéma spielbergien, à vous de choisir votre préférée !

couleur-pourpre-1985-06-g

L'action se passe dans le sud des USA (en Georgie), dans les années 1900. Celie (Whoopi Goldberg, mais c'est Desreta Jackson qui joue Celie enfant) et sa jeune soeur Nettie (Akosua Busia) vivent, avec leur père, M. Harris (Leonard Jackson), dans une plantation de coton. Son père oblige Celie à coucher avec lui, ce que sa femme se refuse désormais à faire, et à la mort de celle-ci, Celie continue, et supporte cette horrible situation par amour pour sa petite soeur, afin que celle-ci ne soit pas elle aussi victime des assauts de leur père. Elle met au monde deux enfants, un de chaque sexe, que son père fait adopter. Le père se remarie avec une femme de l'âge de Celie. Nettie, quant à elle, se marie assez rapidement avec Albert Johnson (Danny Glover), alias Monsieur, un homme ayant des vues sur elle et qui demande sa main à M. Harris, qui, ayant d'autres projets pour Nettie, lui donne Celie à la place. Albert a eu quatre enfants d'une première femme, qu'il a par ailleurs tuée à force de la battre, mais Harris lui donne Celie tout de même. Il n'empêche qu'entre Celie et Albert (il exige qu'elle l'appelle Monsieur), il n'y à aucun amour. Albert la frappe, l'humilie, devant ses enfants (dont Harpo), qui eux-mêmes vont rapidement la considérer comme une domestique plutôt qu'une belle-mère. Nettie, lassée des avances sexuelles de son père, débarque chez eux pour leur demander de vivre un temps avec eux, et Albert accepte. Celie est par ailleurs heureuse de retrouver sa soeur. Mais si Albert a accepté, ce n'est que pour mieux essayer de la mettre dans son lit, et devant son refus, il la chasse brutalement...

18959209

Au fil des années, Celie, complètement soumise à son mari, sait qu'il la trompe avec Shug Avery (Margaret Avery), une chanteuse de bar du Tennessee, mais ne dit rien, ne fait rien. Harpo arrive un jour à la maison avec sa fiancée, Sofia (Oprah Winfrey), enceinte, et demande à son père la permission de l'épouser. Albert refuse d'abord, mais finit par accepter, et Sofia s'installe chez eux...et va assez rapidement commencer à toute la maisonnée, ce qui fera qu'Albert demandera à Harpo de la battre pour lui apprendre qui est l'homme dans son couple. Celie, qui sait bien, à son corps défendant, comment ça fonctionne, ne lui donnera pas d'autre conseil...

635808555190056475-XXX-Oprah-Winfrey-Color-Purple-Sofia-12904

Je m'arrête là pour le résumé, car tout détailler serait aussi inutile que fastidieux, le film dure 2h30 et fourmille de rebondissements et de personnages. Je pense que vous avez, en tout cas (si vous ne connaissez pas encore ce sublime film, je veux dire), compris à peu près de quoi parlait ce film, et de quel genre de film il s'agit : un drame tout autant qu'une chronique de la vie d'une famille (de plusieurs familles, en fait) Noire dans le sud des USA au début du siècle, sur une période de 30/40 ans. C'est bien évidemment pas la fête à neuneu tous les jours, loin de là. Danny Glover est d'autant plus exceptionnel en mari violent et sadique (un vrai négrier, en dépit de sa couleur de peau !) que certaines scènes furent, pour lui, des plus difficiles à tourner, son personnage étant radicalement opposé à ce qu'il est en réalité. Whoopi Goldberg est absolument immense dans ce rôle qui, clairement, est son meilleur, et de loin. Oprah Winfrey, Margaret Avery sont également remarquables. 

couleur-pourpre-1985-02-g

La Couleur Pourpre (le titre, énigmatique, est une allusion à Dieu, et est plus remarquée dans le roman que dans le film) est un sublime film de Spielberg, donc, un film souvent dur, mais magnifique. On y parle quand même, pêle mêle, d'inceste, de pédophilie, de violences conjugales, d'humiliation, d'adultère, de pauvreté (de misère, même), de déchéance sociale, de tromperies en tous genres, et le tout, à une époque et dans des lieux qui, pour les Noirs, n'étaient déjà pas les plus propices à une vie paisible (racisme, ségrégation). Bref, comme je l'ai dit plus haut, The Color Purple n'est vraiment pas un film rigolo et à voir en famille pour se détendre un samedi soir après une semaine de boulot, mais au même titre que La Liste De Schindler ou qu'Empire Du Soleil, c'est un film intense et prenant, adulte et riche, à voir à tout prix. Et encore une fois, les acteurs, à commencer par Goldberg, Glover et Winfrey (pas une actrice à la base), sont inoubliables, on parle même, pour Whoopi Goldberg, de meilleur premier rôle de l'histoire du cinéma. Et à noter que la scène de l'accouchement de Celie a été tournée sans Spielberg, parti assister à l'accouchement de sa femme de l'époque, Amy Irving, le jour où la scène fut tournée !