Sous-Surveillance

Spoilers...

Depuis 1980, Robert Redford, un des plus grands acteurs de sa génération, a réalisé neuf films, parmi lesquels Et Au Milieu Coule Une Rivière, L'Homme Qui Murmurait A L'Oreille Des Chevaux et Milagro, qui obtinrent tous un gros succès commercial et critique. Dans l'ensemble, des films plutôt d'auteur, pas des blockbusters d'action ou des films trépidants. Une seule exception à la règle : son dernier film en date, sorti en 2013, dans lequel non seulement il a signé la réalisation, mais où il joue un des rôles principaux (ce n'est pas l'exception à la règle dans les films qu'il a réalisé) : Sous Surveillance. Adapté d'un roman de Neil Gordon (Le Dernier D'Entre Nous), ce film, dont le titre original est le même que celui du roman, soit The Company You Keep (on peut donc dire que le titre français du film est tout sauf une traduction, et est d'une banalité affligeante), est aussi interprété par Shia LaBeouf (non ! Ne vous sauvez pas !), Julie Christie, Susan Sarandon, Brendan Gleeson, Chris Cooper (qui joue pour la deuxième fois de sa carrière le rôle du frangin de Redford, après L'Homme Qui Murmurait A L'Oreille Des Chevaux), Nick Nolte, Stanley Tucci, Jackie Evancho, Anna Kendrick et Richard Jenkins. C'est une sorte d'exception confirmant la règle pour les films réalisés par Redford, car Sous Surveillance est ce qui, dans sa filmographie de réalisateur, se rapproche le plus du thriller. 

the-company-you-keep

S'il y à bien un truc négatif à dire sur ce film, c'est son titre français à la con qui ne donne vraiment pas envie d'en savoir plus : Sous Surveillance, ça fait vraiment série B complotiste de bas étage, ce que n'est pas le film. J'ai découvert ce film par hasard (je ne me souviens pas en avoir entendu parler à sa sortie en salles, ce fut relativement discret, et le film n'a pas cartonné ni reçu de très bonnes critiques, ce fut apparemment mitigé) en farfouillant dans un bac DVD/Blu-ray à petit prix, dans un magasin culturel. Vendu au prix de 4,99 €, en Blu-ray, se trouvait ce film. Je l'ai pris parce que Redford, et l'histoire (je vais la détailler un peu, mais pas trop, plus bas) m'intéressait. Le fait qu'il y ait Susan Sarandon et Julie Christie aussi, ce ne sont pas de mauvaises actrices, et elles sont trop rares ces dernières années. Shia LaBeouf, en revanche, n'a vraiment pas été un atout de plus pour me convaincre de prendre le film (le prix, en revanche, l'a été !), je l'avais bien aimé dans Indiana Jones Et Le Royaume Du Crâne De Cristal, mais dans l'ensemble, cet acteur m'énerve. Je dois cependant reconnaître un truc ici, et croyez-le bien, je n'exagère pas du tout en disant ça : dans Sous Surveillance, il est excellent, c'est même probablement son meilleur rôle. Et ça ne veut pas rien dire (...). Il est vraiment bon, plutôt convaincant dans le rôle de ce jeune journaliste menant son enquête en eaux troubles.

the-company-you-keep

L'histoire démarre en fanfare par l'arrestation, dans une station service, et quasiment par hasard (un flic passe par là, et la reconnaît), de Sharon Solarz (Susan Sarandon), une femme apparemment lambda, mère au foyer heureuse, qui s'avère être une ancienne membre de Weather Underground (qui a réellement existé, sous ce même nom), un groupuscule anarchiste américain des années 60, un groupe de hippies contestataires à la Action Directe, qui fut considéré comme une organisation terroriste, ayant fait plusieurs attentats à la bombe (sans aucune victime). Les anciens membres de Weather Underground n'ayant pas été arrêtés sont traqués depuis des années, et Sharon Solarz était parmi les têtes de liste. Ben Shepard (Shia LaBeouf), un jeune journaliste travaillant pour un journal local sans grande envergure, sent que cette arrestation peut faire un papier sensationnel et décide d'enquêter un peu, ssous autorisation de son chef Fuller (Stanley Tucci). Grâce à son ex-petite amie Diana (Anna Kendrick), qui travaille au FBI, Ben entre en contact avec plusieurs personnes ayant cotoyé Solarz : un ancien hippie, Billy Cusimano (Stephen Root), et un avocat de New York, Jim Grant (Robert Redford), ayant défendu Cusimano dans une affaire de drogue, et qui refuse de lui parler. Ben, au fil de son enquête, va découvrir que Grant est, tout comme Solarz, un ancien membre de Weather Underground, suspecté d'avoir braqué une banque et causé, au cours de ce casse, la mort d'un agent de sécurité. Grant se cache, depuis toutes ces années, sous un faux nom (son vrai nom est Nick Sloan), et est devenu avocat. Les révélations de Ben vont tout faire basculer...

Sous-Surveillance-Redford

Le film aborde les années 60, les groupuscules anarchistes et contestataires, et le bien-fondé du journalisme : jusqu'où peut-on aller dans son désir de raconter la vérité ? Le jeune journaliste pense bien faire, et obtenir ainsi un gros scoop, mais il met la vie des autres (et la sienne) en danger en remuant de vieilles affaires. The Company You Keep est une belle petite réussite dans son genre, typiquement le saturday night movie comme les Américains le disent (pour nous, ça serait plus 'le film du dimanche soir'), un film idéal pour se détendre pendant 2 heures (sa durée), sans trop réfléchir, ce n'est pas du Nolan, c'est un film bien écrit mais pas non plus prise de tête. Le scénario adapté du roman est signé Lem Dobbs, qui a notamment signé ou co-signé les scénarii de La Manière Forte de Badham ou de The Score de Frank Oz. Un bon petit faiseur, sans envergure mais pas honteux pour un sou. Je n'ai pas lu le roman, je ne sais donc pas s'il a été bien adapté ou trahi de la première à la dernière page. Le plus fort est que je n'ai pas envie de le savoir, j'ai d'autres choses à lire avant d'avoir l'intention de chercher ce bouquin et de le lire. J'ai aimé le film, mais pas au point de lire le livre après. Mais c'est vraiment un bon petit film, bien foutu (réalisation correcte, Redford a fait ses preuves, mais rien de techniquement monumental), bien interprété, pas trop long, qu'on suit sans problème... A voir ne serait-ce qu'une fois !