238897

 Spoilers...

Les plus âgés d'entre vous se rappelleront peut-être de ces séries documentaires diffusées à la TV le week-end (le dimanche, en fin d'après-midi, sur la 2, je crois), et qui mettaient en scène le commandant Cousteau et son équipage, à bord de leur bateau la "Calypso", sur les mers du globe, ainsi qu'en-dessous de ces mêmes mers. L'une d'entre elles s'appelait L'Odyssée sous-marine du commandant Cousteau, je me souviens. C'était diffusé à la TV des années 70 aux années 90, plus des rediffusions. Et bien entendu, avant ça, bien avant ça, il y à eu le documentaire co-réalisé par Louis Malle et Cousteau, en 1956, Le Monde Du Silence, premier documentaire à obtenir la Palme d'Or (à l'époque, Grand Prix) à Cannes. Mort en 1997 à l'âge de 87 ans, Jacques-Yves Cousteau, officier de la marine nationale et explorateur océanographique, grand défenseur de la cause maritime et de l'écologie (il s'opposera pendant longtemps à ce qu'un pont soit construit pour relier l'île de Ré, pensant que ça allait augmenter l'affluence de touristes et dégrader l'environnement de l'île, ce en quoi il n'avait pas tort, mais il n'obtiendra pas gain de cause), méritait bien qu'un jour où l'autre, on en fasse un film.

lodyssee-image-film-06-2048x1367

C'est chose faite depuis 2016 et ce film au titre épique, L'Odyssée. Réalisé par Jérôme Salle, le film est interprété par Lambert Wilson, Pierre Niney, Audrey Tautou, Laurent Lucas, Benjamin Lavernhe, Chloe Hirschmann, Vincent Heneine, Thibault De Montalembert et Roger Van Hool. Le film, basé sur un livre de Jean-Michel Cousteau (un des enfants du commandant) et sur une biographie du commandant écrite par le second de Cousteau, Albert 'Bébert' Falco, le film, donc, se base aussi bien sur les passions et aventures du commandant que sur ses relations parfois houleuses avec ses enfants, et surtout son fils cadet, Philippe, mort en 1979 dans un accident d'avion. C'est Wilson qui campe Cousteau, Pierre Niney joue Philippe, Audrey Tautou joue Simone, femme de Cousteau et mère de ses enfants, pour les rôles principaux de ce film ayant été tourné en décors naturels, et de sublimes décors d'ailleurs, aussi bien le sud de la France que l'Antarctique. 

l-odysseeé

En 1950, Jacques-Yves Cousteau, ancien officier de la Marine Nationale, qu'il vient de quitter, veut se lancer dans l'exploration des fonds sous-marins, milieu qui l'a toujours passionné, et dont il a su faire partager la passion avec sa femme Simone et leurs enfants Jean-Michel et Philippe. Il loue la "Calypso", un vieux dragueur de mines britannique, à son propriétaire, et l'arraisonne afin d'en faire un navire d'exploration (un jour, à quai, un homme, Albert Falco, arrive et demande à Cousteau s'il n'aurait pas besoin d'un plongeur pour son équipage, et le commandant l'engage, et en fera son second pendant toutes ses années d'exploration). Trop jeunes, ses deux enfants sont envoyés en pension, ce qui sera très difficilement vécu par le cadet, Philippe, que les cartes postales, souvenirs et lettres de ses parents, au fil de leurs aventures, ne contentera pas. Une fois majeur, il rejoint l'équipage de la "Calypso" et, avec son père, tourne une série de films documentaires pour la télévision, qui obtiendra un gros succès. Mais entre les deux hommes, le père et le fils, les relations ont toujours été difficiles, et ne s'amélioreront pas vraiment avec le temps. Après une brouille, les deux hommes se réconcilient autour d'un projet : la sauvegarde de la planète et l'écologie, sujet important et qu'ils vont considérablement aborder, afin de sensibiliser la Terre à sa sauvegarde...

odysse-l-2-rcm0x1920u

Beauté des paysages naturels, excellence de l'interprétation (Lambert Wilson et Pierre Niney sont remarquables), efficacité de la réalisation, L'Odyssée est un très très bon biopic mâtiné de film d'aventures maritimes, qui donne envie de prendre le large pour explorer la mer et ses recoins, comme ce passionné de l'océan l'a fait pendant toute sa vie. Le film n'oublie pas les aspects un peu sombres de la vie du commandant (pas très intéressé par l'écologie au départ ; assez colérique parfois ; ayant des relations des plus délicates avec ses enfants, et surtout Philippe ; avide de célébrité et plus intéressé par son image de marque et l'argent que par le bien-être de son fonds de commerce, avant que son fils ne lui en fasse prendre conscience), mais ce n'est pas pour autant un réquisitoire. L'Odyssée aborde la vie du commandant et son aventure sans trop occulter les moments difficiles, mais en sachant aussi faire la part belle à ses beaux moments. Un film plutôt neutre, comme tout biopic qui se respecte, et un film plutôt bien écrit dans l'ensemble.

l-odyssee

Une seule chose m'a franchement énervé dans le film, car c'est un détail qui revient beaucoup trop souvent dans les biopics, surtout français : mettre, en ouverture de film, une séquence se passant à la fin de l'histoire (ou vers la fin), puis repartir bien des années plus tôt, faisant du reste du film un gigantesque flash-back. Ce genre de procédé tue en partie le suspense (on voit tout de suite ce qui va survenir à un des personnages principaux du film : en l'occurrence, ici, c'est le crash aérien de Philippe Cousteau, dans lequel il perdra la vie) et fait vraiment cliché, je ne compte plus les films biographiques qui l'utilisent. C'est de moins en moins original, ça ne l'est même plus du tout, et ça me saoûle personnellement, donc si parmi les gens qui me lisent figurent des scénaristes qui, un jour ou un autre, plancheront sur des biopics : arrêtez ce genre d'ouverture en flash forward, c'est nul, chiant, cliché, déjà vu, bateau, tout ce que vous voulez, mais en tout cas, ça n'améliore pas un film. Heureusement, L'Odyssée est, mis à part cette séquence d'intro (qui, vous vous en doutez, revient vers la fin du film, au moment de l'accident), un très très bon film.