La_Canonniere_du_Yang_Tse

Spoilers...

J'adore Steve McQueen dans tous les films que j'ai vus avec lui (je ne les ai pas tous vus, ne m'étant jamais penché sur le tout début de sa carrière). Le bonhomme, parti trop tôt (1980, il avait 50 ans), a quand même joué dans une légion de grands classiques : La Grande Evasion, Les 7 Mercenaires (tous deux de John Sturges), Le Guet-Apens de Peckinpah (Junior Bonner aussi), La Tour Infernale de Guillermin, L'Affaire Thomas Crown et Le Kid De Cincinnati de Norman Jewison, Bullitt de Peter Yates, Le Mans de Katzin, Nevada Smith d'Hathaway, Papillon de Schaffner, Un Ennemi Du Peuple de George Schaefer (peu connu, ce film, qui n'existe apparemment pas en DVD chez nous)...et bien évidemment ce film réalisé en 1966 par Robert Wise : La Cannonière Du Yang-Tsé. Wise, le réalisateur de West Side Story, mais aussi de La Maison Du Diable, parlez d'un touche-à-tout ! Ce film de 1966, dont le titre original n'a rien à voir avec sa traduction française (il s'appelle The Sand Pebbles, le titre de mon article en est une traduction), est aussi interprété par Richard Attenborough (avec qui McQueen avait partagé l'affiche de La Grande Evasion), Candice Bergen, Richard Crenna et Marayat Andriane, alias Emmanuelle Arsan, la Emmanuelle des romans érotiques, adaptés au cinéma, qu'elle écrira par la suite (ou alors c'est son mari qui les a écrits, en fait...). 

canonniere-yang-tse-the-sand-pebbles-robert-w-L-2jPHMi

Le film est long (3 heures) mais remarquable (et l'adaptation d'un roman de Richard McKenna, qui porte le même nom que le film - en anglais). C'est typiquement le genre de film qui, par la grâce de sa sublime photographie d'époque et d'une sublime bande originale signée Jerry Goldsmith, nous transporte ailleurs. Le ailleurs, ici, c'est l'Orient, la Chine plus précisément, où l'intégralité du film se déroule (mais il a été tourné à Taïwan, Hong-Kong alors encore sous protectorat britannique, et ensuite aux studios 20th Century Fox d'Hollywood ; le tournage a duré 7 mois au lieu des 9...semaines prévues). L'action se passe en 1926 durant la première guerre civile chinoise. La cannonière américaine "San-Pablo" patrouille sur le fleuve Yang-Tsé Kiang, dans les environs de Changsha, alors que la guerre civile éclate, guerre opposant les forces nationalistes de Tchang Kaï-Chek (futur fondateur de Taïwan, rival historique de la Chine) aux communistes. Jake Holman (Steve McQueen) est un machiniste de première classe sur le "San-Pablo", surnommé "Sand Pebble" par les marins qui y travaillent. 

51093

Alors que la majeure partie des machinistes sont des coolies (des locaux) engagés à bas prix pour faire la sale besogne, Holman, qui aime son métier, le fait lui-même, et s'occupe de la maintenance, ce qui, pour le chef des coolies, Chien (Tommy Lee), est insultant, et pour les autres marins occidentaux du bord, dégradant Un seul homme est son ami, Frenchy Burgoyne (Richard Attenborough). Chien est accidentellement tué en manoeuvrant une machine que les autres coolies ne voulaient pas approcher, la pensant maudite. Après la mort de Chien, Holman choisit lui-même son successeur, Po-Han (Mako), le coache, et les deux deviennent amis, et la tension entre Holman et le reste de l'équipe va aller en s'accroissant après que Po-Han, entraîné par Holman, ait gagné un match de boxe l'opposant à un occidental.

maxresdefault

Au cours d'une escale à Changsha, Frenchy rencontre Maily (Marayat Andriane), une jeune Chinoise qu'il sauve de la prostitution et dont il devient le protecteur. Il l'épouse, règle ses dettes, lui rend visite régulièrement, mais succombe un soir à une pneumonie. Découvrant Maily devant le corps de son ami, Holman ne peut empêcher la milice du parti nationaliste, le Kuomintang, de faire irruption dans la chambre et d'embarquer Maily. Lui-même va se retrouver rapidement accusé d'être l'assassin de Maily, pourtant seulement disparue. Holman va progressivement plonger dans l'histoire de la guerre civile, y prenant part sans le vouloir...

13169963_1315755935104479_1015533790_o

Steve McQueen (qui sera nominé aux Oscars, sans obtenir la statuette ; sa seule nomination) dira de ce film qu'il fut un châtiment pour tous les péchés qu'il aurait pu commettre dans sa vie. Le tournage a été tellement difficile et fatigant, pour lui, qu'il ne fera pas d'autres films avant 1968 ! Ce rôle de machiniste impliqué malgré lui dans la guerre civile chinoise est assurément un de ses meilleurs, il est juste remarquable, et les autres acteurs ne sont pas en reste. La réalisation de Wise est efficace, les décors sont magnifiques, la musique grandiose et la photographie, parfaite. La Cannonière Du Yang-Tsé est un des meilleurs films de McQueen et de Robert Wise, un des meilleurs films à grand spectacle de l'époque (une époque où ce genre de films pullulaient : Le Docteur Jivago, Lawrence D'Arabie, Ben-Hur, Les 55 Jours De Pékin, La Chute De L'Empire Romain, Khartoum...), et malgré sa durée de 3 heures, il n'est jamais chiant. Oui, il y à peut-être une ou deux longueurs au milieu du film, mais sincèrement, rien de grave, The Sand Pebbles (on voit, dans mon résumé tout sauf complet, d'où vient le titre du film) reste un putain de grand film !