20541978_20131010174200124

Spoilers !...

C'est un film assez à part que j'aborde aujourd'hui. C'est en effet l'un des rares films que j'ai pu voir depuis tout le temps que je regarde des films (premier film que je me souvienne avoir vu, j'étais tout môme, dans les 7 ans : Bons Baisers De Russie, et je ne parle même pas des dessins animés de Disney que je devais déjà avoir vu auparavant), si ce n'est l'unique film, dans son cas : un film avec un seul et unique acteur. En l'occurrence, Robert Redford. Attention, je ne parle pas d'un film comme The Revenant ou Seul Sur Mars où on voit, la majeure partie du temps, un seul acteur à l'écran, car ces deux films, par exemple, sont interprétés par d'autres acteurs, des acteurs qui n'ont pas autant de place dans le film que le personnage principal, mais tout de même, ils sont là. Dans All Is Lost, sorti en 2013 et réalisé par J.C. Chandor, il n'y à que Robert Redford. Mais vraiment que ! Sur le DVD/BR, il est indiqué que le film est en VF ou en VOST, le bouzin habituel, mais vous pouvez le regarder en allemand avec sous-titres en italien sans aucun problème : hormis la voix d'un speaker radio de temps en temps, et surtout au début, il n'y à aucun dialogue.

media-title-All_i-4

En même temps, avec qui Redford bavarderait-il, dans l'histoire ? Un poisson ? Lui-même ? Le film, son affiche en dit long, se passe sur un bateau. On y suit l'aventure, puis les mésaventures, d'un navigateur solitaire d'un âge certain, et ont on ignore le nom. L'homme est dans son bateau, un monocoque du type sloop, et se retrouve pris dans une violente tempête après avoir été heurté sur le côté droit (tribord) par un conteneur en métal qui flottait à la dérive dans l'océan indien. Le monocoque est en train de lentement sombrer, son naufrage va durer 8 jours. N'arrivant pas à joindre les secours par radio, il finit par abandonner le bateau qui coule irrémédiablement, et lui se retrouve sur le radeau gonflable de survie. Une bâche disposée au-dessus de lui lui permet de récupérer aussi bien l'eau de pluie que celle de la condensation. Il va errer sur l'océan, en proie à la fatigue, la faim, la soif (ce qu'il récupère de la condensation n'est pas vraiment suffisant), la chaleur...

sona-dogru-all-is-lost-2013-turkce-dublaj-full-hd-izle-movie-film-izle-260

All Is Lost est un très bon film, un survival muet et rempli de suspense. Le film a été projeté hors-compétition à Cannes en 2013, ainsi qu'au Festival de Deauville la même année (il y recevra le Prix du Jury). Robert Redford, juste incroyable dans ce rôle muet (il lâche juste un merde ! à un moment donné, plus les rares appels de S.O.S. et de voix-off de son journal de bord au début), un rôle plutôt physique vu son âge, sera récompensé pour ce rôle du New York Film Critics Circle Award, en 2013. En revanche, le fait que la musique d'Alex Ebert ait reçu le Golden Globe (en 2014) est un peu étonnant, car elle est pour le moins minime, discrète, je ne me suis même pas rendu compte qu'il y en avait une !

all-is-lost-background

Le film a été remarquablement bien reçu, tant pour la performance remarquable de Redford (probablement dans un de ses meilleurs rôles, oui, vraiment) que pour le réalisme du film, on a l'impression de regarder un documentaire tourné sur le vif plutôt qu'un film avec acteur, et je ne raconterai pas la fin du film ni ses multiples péripéties, mais c'est vraiment prenant de la première à la dernière minute. Le film dure, au passage, 105 minutes, ce qui n'est pas très long, mais compte tenu de son sujet limité (un homme à la dérive sur un radeau suite au naufrage de son bateau) et à l'absence de dialogues, J.C. Chandor (aussi réalisateur de Margin Call) ne pouvait franchement pas faire un film de 2h30, ça aurait été probablement très chiant au bout d'un moment. All Is Lost est un film au final peu connu, je ne me souviens pas trop d'en avoir entendu parler à sa sortie, et je l'ai découvert sur le tard, achetant à très bas prix son Blu-ray dans un bac de promotions, il y à quelques mois. Je n'en attendais rien, pensant que le film était une série B (pourtant, Redford a rarement, voire jamais, tourné dans des séries B), et j'ai vraiment été surpris tant par la structure du film (je ne me souviens pas, avant ça, d'avoir vu un film avec, tout du long, un seul acteur et aucun dialogue) que par son réalisme, et le brio de l'interprétation. Redford ne joue pas un homme errant sur la mer, il est cet homme, vraiment. Bluffant. Et sublime !