edwood

Spoilers !

Il semblait inévitable que tôt ou tard, Tim Burton s'attelle à un tel projet, et il l'a par conséquent fait en 1994 avec ce film : raconter l'incroyable histoire du plus mauvais réalisateur de tous les temps, de toute l'histoire du cinéma : Ed Wood. Et vous n'avez encore jamais entendu parler d'Ed Wood (ça signifie donc que vous n'avez pas encore vu ce film de Tim Burton, Ed Wood, notamment), alors je vous conseille : a) de regarder ce film (je le conseille de toute façon à toute personne ne l'ayant pas encore vu) et b) de regarder (ou tout du moins de regarder des extraits de) Plan Nine From Outer Space, film de SF qu'Ed Wood, le vrai Ed Wood, a réalisé en 1959 et qui est encore aujourd'hui considéré comme le pire film de tous les temps. Ce film aura par ailleurs été le dernier de Bela Lugosi, fameux acteur ayant interprété Dracula dans les années 30 (ce n'est pas lui qui s'en est le mieux sorti dans le rôle ; il surjoue comme pas mal d'acteurs de l'époque ; mais il est assurément devenu culte), qu'Ed Wood engagera pour jouer un vampire dans le film, mais qui mourra en 1956, très très peu de temps après le début du tournage. Résultat des courses : le peu de scènes que l'on voit avec Lugosi sont des plans d'archives, et dans l'ensemble, une doublure le remplace, brandissant sa cape sur le bas du visage pour faire comme si c'était Lugosi. 

ed wood2

Entre les soucoupes volantes (qui ressemblent fortement à des enjoliveurs de bagnoles) tenues par des fils et un jeu d'acteurs complètement hors de contrôle, entre un scénario abracadabrantesque et une mise en scène digne de la pire vidéo amateur filmée au cours d'une kermesse de village, inutile de dire que Plan Nine From Outer Space se pose là, là et même là (sans parler de là) comme étant vraiment une authentique et totale merde filmée, un ouatte-zeu-feuke absolu, une chiure de compète et un gâchis de pellicule. Rien que ce film méritait qu'on en fasse...un film. Et c'est Grosso et Modo ce que Tim Burton a fait avec Ed Wood. Ce film, tourné dans un glorieux noir & blanc, est un biopic (le premier, et pour le moment le seul, réalisé par Burton) consacré à une partie de la vie d'Ed Wood : de 1952 à 1959. Durant cette période, Wood (né en 1928, mort en 979, dernier film sorti en 1971, remarquablement interprété par Johnny Depp) cherche à percer dans le milieu du cinéma, et il rencontre le producteur Georgie Weiss (Mike Starr) qui cherche, de son côté, à aborder dans un film la vie de la première personne à avoir changé de sexe, Christine Jorgensen.

ed-wood

Weiss propose à Wood d'écrire le scénario de cet hypothétique film. Venant de faire la connaissance de Bela Lugosi (Martin Landau) avec lequel il devient ami, Wood écrit le scénario, et parvient à convaincre Weiss de le laisser réaliser le film, et même d'en jouer le rôle principal, Wood adorant se travestir. Le film sort, il s'appelle Glen Or Glenda ? et est un naufrage commercial et artistique total. Wood persévèrera cependant avec un film d'horreur, La Fiancée Du Monstre, dont le financement et le tournage seront émaillés de bordels sans noms. Lugosi, morphinomane, tente de se suicider, mais Wood lui sauve la mise en le poussant à faire une cure de désintoxication. Ce qui ne l'empêchera pas de mourir en 1956, alors que Wood avait déjà prévu de l'engager pour sn nouveau film Plan Nine From Outer Space (et au passage, La Fiancée Du Monstre a été si mal accueilli par le public que Wood a failli être lynché par les spectateurs à la sortie de la salle). Ayant comme but de faire le film ultime, Wood va se retrouver une fois encore aux prises avec les pires avanies, la doublure engagée pour remplacer Lugosi (le chiropracteur de sa femme) lui ressemblant comme Al Pacino vieux ressemble à Carole Bouquet jeune, et rien que son financement (l'église baptiste) pose des problèmes...

ed6

Il n'y avait vraiment que Tim Burton (et Johnny Depp pour le rôle) pour faire un film de la vie, ou plutôt de la carrière, de cet olibrius absolu qui était apparemment la seule personne (avec sa fiancée Kathy, jouée par Patricia Arquette) au monde convaincue qu'il avait du talent. Le film est juste inoubliable et compte parmi les meilleurs de Burton, et les meilleurs de Depp (acteur fétiche de Burton, c'est toujours le cas). Les autres acteurs (Martin Landau qui a eu l'Oscar du meilleur second rôle pour le film, et qui est mort récemment ; Patricia Arquette ; Bill Murray ; Sarah Jessica Parker ; Lisa Marie (alors femme de Burton) ; Mike Starr ; Jeffrey Jones) sont parfaits. Le choix de Burton de tourner le film en noir & blanc ne plaira pas aux premiers producteurs (Columbia Pictures), qui finiront par céder le film aux plus offrants, qui s'avèreront être Touchstone Pictures. Burtont, quant à lui, n'en démordrera pas durant tout le process, le film, selon lui, ne pouvait qu'être fait en noir & blanc, histoire de rendre hommage à l'époque. 

EdWoods

A la sortie du film (je m'en souviens encore, j'avais 12 ans, et je n'ai pas été le voir à l'époque parce que ça ne m'intéressait pas ; je me suis rattrapé par la suite), Ed Wood fut un retentissant échec commercial, un peu comme si le fait de parler du plus mauvais réalisateur qui soit pouvait avoir quelque peu maudit le succès du film (le fait d'avoir tourné en noir & blanc n'arrangeant rien). En France, le film ne fera même pas 270 000 entrées, c'est le plus gros bide du réalisateur. Bide commercial, certes, mais pas critique car le film a reçu d'excellentes critiques et a été considéré, dès le départ, comme un des meilleurs films du réalisateur, un de ses plus élégants, sobres et sincères. Burton en dira qu'il est fier de ce film, qu'il l'adore, mais que personne n'a été le voir, tout simplement. Pour plusieurs fans et spécialistes de Tim Burton, ce film marque la fin de son Âge d'Or, son film suivant (Mars Attacks !) ayant été une sorte de première tentative, réussie (mals diversement accueillie) pour se diversifier et se rapprocher du grand public (ce que des films comme La Planète Des Singes, qui reste son pire film à ce jour, ou Charlie Et La Chocolaterie, prouveront). C'est un peu vite oublier qu'entre temps, Burton sera revenu, via Sleepy Hollow, Big Fish et Sweeney Todd, à ses chères ambiances gothiques, irréelles et poétiques. Quant à Ed Wood, c'est un des plus beaux hommages au cinéma qu'on puisse avoir. Il donnerait presque envie de voir les vrais films du vrai Ed Wood, ce qui est cependant déconseillé à toute personne normalement constituée (ou alors, fumez un joint avant : vous les trouverez sans doute meilleurs qu'ils ne le sont).