00795910

Vous ne le savez peut-être pas, car ce n'est pas forcément très visible sur le blog surtout ces derniers jours, mais j'adore les westerns. Le western est probablement mon genre cinématographique préféré devant la SF, l'horreur et le thriller. J'adore surtout les westerns crépusculaires et révisionnistes de la fin des années 60 et des années 70, genre les films de Peckinpah, ou Little Big Man et Missouri Breaks d'Arthur Penn, sans oublier Soldat Bleu et Josey Wales Hors-La-Loi (ce dernier, de et avec Eastwood). Les westerns spaghettis aussi, surtout ceux de Leone, Il Etait Une Fois Dans L'Ouest étant probablement mon western préféré (et un de mes films préférés, dans les 10 ou 15 premiers que je citerais). Mais j'aime tous les types de westerns (amateurs du genre n'ayant pas encore vu ce film, je vous conseille Open Range de et avec Kevin Costner, c'est juste grandiose), des plus révisionnistes aux plus classiques. Celui-ci, sorti en 1966 et réalisé par Richard Brooks (le réalisateur de De Sang-Froid, ce classique de 1967, qui sera son film suivant, mais aussi réalisateur de Lord Jim et de La Chatte Sur Un Toit Brûlant), est un classique du western à l'ancienne, et il possède un casting quatre étoiles (comme le design d'une ancienne édition DVD le précise, voir un peu plus bas dans l'article : les symboles au-dessus du titre du film !). Son titre est peu original, il fait même franchement série B d'action ou de guerre : Les Professionnels (The Professionals). 

film-les-professionnels17

Mais bien que son titre soit franchement banal et ne donne pas spécialement envie de voir le film (pourtant, il le faut, surtout si vous aimez les westerns), Les Professionnels, avec son remarquable casting de gueules, est vraiment une réussite. Niveau casting, pensez-donc, on a Burt Lancaster, Lee Marvin, Robert Ryan, Jack Palance (dans l'inévitable rôle du méchant of the film, je dis 'inévitable' car Palance n'a quasiment eu que des rôles de méchants, c'est sans doute son visage de fouine et son regard perçant et sadique qui y est pour quelque chose), Claudia Cardinale, Ralph Bellamy et Woody Strode (un des rares cowboys Noirs du cinéma avec...non, s'il vous plaît, ne citez pas Will Smith dans Wild Wild West, vous me feriez du mal). Le film n'est pas très long (on s'attendrait à un film d'une durée de 150 minutes environ, comme pas mal de westerns ricains, mais non, il dure 115 minutes), a été écrit par le réalisateur d'après un roman de Frank O'Rourke, et sa musique, excellente, est signée du toujours épatant Maurice Jarre. 

4065_w_342

L'action se passe en 1917. Henry 'Rico' Fardan (Lee Marvin), un ancien soldat de l'armée et ancien mercenaire sous les ordres du révolutionnaire mexicain Pancho Villa, est engagé par Mr Grant (Ralph Bellamy), un magnat du pétrole, afin de retrouver et de ramener sa femme mexicaine, Maria (Claudia Cardinale), que l'on soupçonne fortement d'avoir été enlevée par des révolutionnaires dirigés par Jesus Raza (Jack Palance). Grant offre une récompense de 100 000 dollars pour l'accomplissement de cette mission à haut risque. Fardan (qui connaît bien Raza, ils ont fait la révolution mexicaine ensemble avant que leurs chemins ne se séparent) est épaulé par d'autres professionnels pour cette  mission : Bill Dolworth (Burt Lancaster), qu'il connaît bien depuis sa période révolutionnaire (lui aussi connaît Raza) et qui est spécialiste en explosifs ; Hans Ehrengard (Robert Ryan), ancien cavalier reconverti en éleveur de chevaux, et Jacob 'Jake' Sharp (Woody Strode), un combattant de choix, sachant manier aussi bien les armes blanches que les armes à feu. Les quatre hommes font route vers le Mexique, une route semée d'embûches et de traquenards avec des révolutionnaires embusqués...

critique-les-professionnels-brooks4

Vraiment super bien foutu, ce film (ce qui n'empêche pas une belle erreur : à un moment donné, Lancaster regarde le désert avec une paire de jumelles...qu'il utilise à l'envers !), avec son super casting de 'professionnels' du western : Lancaster a joué notamment dans Règlement de Comptes A O.K Corral et Vera Cruz, Robert Ryan dans Du Sang Sur La Piste (1947) et La Chevauchée Des Bannis, Strode dans Il Etait Une Fois Dans L'Ouest (Claudia Cardinale aussi), Lee Marvin dans L'Expédition Du Fort King (1953) et La Kermesse De L'Ouest, Jack Palance dans L'Homme Des Vallées Perdues ou le moins réussi Amigo, Mon Colt A Deux Mots A Te Dire. Pour ne citer que ces films. Le titre du film est à double tranchant, ces professionnels sont aussi bien ces mercenaires engagés pour retrouver Claudia Cardinale que le fait que l'ensemble du casting principal du film est constitué de professionnels du western. Même le réalisateur n'en est pas à son premier western, même s'il n'en a pas fait beaucoup dans sa carrière. Mais Les Professionnels n'est pas son premier western. Ni son dernier : il a signé, en 1975, le très bon La Chevauchée Sauvage avec Gene Hackman, Candice Bergen et James Coburn.

critique-les-professionnels-brooks3

Les Professionnels, avec son rythme en deux temps (avant d'arriver au repaire de Raza, et la fuite du repaire, avec Maria, au sujet duquel une belle révélation est faite dans le film, et qui change pas mal de choses, je n'en dis pas plus), est un excellent western 60's, d'avant la période révisionniste (au cours de laquelle on montrera le Grand Ouest Américain d'une manière un peu plus sombre, et où on commencera à montrer les Indiens comme autre chose que des méchants qu'il vaut exterminer), et alors que le cinéma succombe aux charmes du western italien (1966 est l'année du Bon, La Brute, Le Truand). A voir absolument !