les-aventures-de-tintin-le-secret-de-la-licorne-affiche

Le rêve de tout fan d'un roman, d'une BD, est de voir son oeuvre préférée adaptée au cinéma (ou, le cas échéant, à la TV). Quand il s'agit d'une oeuvre aussi mythique, fameuse, appréciée que la série de BD Tintin d'Hergé, le bonheur est à son comble, et mélangée avec beaucoup d'appréhension, pour ne pas dire, de crainte. La première adaptation de l'oeuvre d'Hergé a eu lieu en 1947 avec un film d'animation (fait avec des marionnettes, en noir & blanc) belge adapté du Crabe Aux Pinces D'Or, le film fut réalisé par Claude Misonne et ne restera pas longtemps à l'affiche à l'époque à cause de soucis juridiques (faillite du producteur, saisie, par la justice, du film, qui, depuis, existe en DVD). Puis, il y à eu, en 1961 et 1964, les deux films avec acteurs (Jean-Pierre Talbot, dont ce sera les seuls incursions au cinéma, dans le rôle-titre), Tintin Et Le Mystère De La Toison D'Or et Tintin Et Les Oranges Bleues, deux films bien appréciables, au charme aujourd'hui kitsch, aux scénarios écrits spécialement pour l'occasion, et de qualité variable (le second volet est le moins bon). Puis, en 1969 et 1972, deux dessins animés des studios belges Belvision : Tintin Et Le Temple Du Soleil (adapté de l'album du même nom), une réussite et un film d'animation que j'adore, et Tintin Et Le Lac Aux Requins (moins abouti, mais pas mal, et scénario original). Sans oublier une série TV d'animation belge dans les années 60, et une autre, franco-canadienne, dans les années 90. Mais il restait aux Américains à s'intéresser à Tintin. C'était sans compter sur Steven Spielberg, qui rachètera les droits d'adaptation dès le mitan des années 80, suite à sa découverte (par le biais de critiques positives de journalistes qui comparaient Indiana Jones à Tintin !) de la série de BD, vers 1981/82. Pendant des années, on savait que, tôt ou tard, Spielby adapterait, en film avec acteurs, la série de BD. Le tout était de savoir quand.

les-aventures-de-tintin-le-secret-de-la-licorne-the-adventures-of-tintin--8-g

Ce quand est devenu, au fil des années, de plus en plus impalbable, jusqu'à ce qu'un jour, Spielberg annonce qu'une trilogie d'adaptations, faite conjointement avec le réalisateur néo-zélandais (et autre fan de la série) Peter Jackson, sera faite. Spielberg réalisera un film, Jackson l'autre, et le dernier, à deux réalisateurs. C'est en 2011 que le premier film sortira, enfin, et on s'en doute, le succès sera au rendez-vous (plus en Europe qu'aux USA, où Tintin n'a jamais été une BD ultra vendue). Le film est signé Steven Spielberg, mais Jackson a participé quand même. Le titre : Les Aventures De Tintin : Le Secret De La Licorne. Etant fan de Tintin, et encore plus, dans la série, fan de ce diptyque d'albums (Le Secret De La Licorne/Le Trésor De Rackham Le Rouge), imaginez mon bonheur. Et ma crainte, aussi, pareil que quand j'ai été voir le premier  volet du Seigneur Des Anneaux, de...Peter Jackson, dix ans plus tôt (ah, te souviens-tu d'un slow ? Comprendra qui connaît son Michel Sardou), déjà dix ans (comparé à la sortie du Tintin de Spielberg, hein, pas par rapport à 2014)... Spielberg et Jackson ont, de plus, choisi un procédé quasiment unique (et de même que James Cameron et Avatar, Spielberg a patiemment attendu que la technologie suive ses envies pour enfin se mettre à faire son film), la Motion Capture 3D. On filme avec de vrais acteurs, sur lesquels on pose des capteurs, le tout devant des écrans bleus ou verts (les décors du film sont entièrement faits par ordinateur, ce qui, parfois, est difficile à croire tellement ils sont bien foutus, surtout les extérieurs), et on modèle le tout par ordinateur. En résulte un film d'animation fait avec des acteurs, au réalisme parfois frappant, même si ça a ses limites (certains critiques reprocheront que les expressions des personnages n'évoluent pas vraiment, ça reste, de ce côté-là, basique).

As aventuras de Tintim - dub_avi_snapshot_00_05_09_[2013_05_13_19_01_52]

Niveau acteurs, le personnage principal (c'est à dire, Astérix...suivez, les gars, suivez) est interprété par un Anglais, Jamie Billy Elliot Bell, et le Capitaine Haddock, par Andy Serkis, un acteur bien connu pour avoir été la doublure de plusieurs personnages faits en Motion Capture par Peter Jackson : King Kong dans le film du même nom, et Gollum dans la trilogie du Seigneur Des Anneaux et celle, plus récente, de Bilbo Le Hobbit. On notera aussi la présence de Daniel Craig dans le rôle d'Ivan Ivanovitch Sakharine, de Simon Pegg et Nick Frost dans les rôles  des Dupondt, de Toby Jones dans le rôle d'Aristide Filoselle le pickpocket, de Gad Elmaleh dans celui d'Omar Ben Salaad, Daniel Mays dans celui d'Allan... Je ne cite les noms que pour le fun, car, franchement, avec ce procédé de la Motion Capture (3D ou pas 3D), il est difficile, pour ne pas dire impossible, de reconnaître les visages. Simon Pegg et Nick Frost n'ont pas la même tronche, mais les Dupondt, qu'ils interprètent, si. Quant à Daniel Craig, Spielberg et Jackson se sont fait plaisir, en lui donnant, avec le procédé Motion Capture, le visage de... Spielberg ! Voir image ci-dessous. Et on a aussi un bel hommage rendu à Hergé (mort trop tôt - en 1983 - pour avoir pu voir ça, mais il savait que Spielberg était intéressé par sa série de BD), dans la première scène du film, celle du marché, où Tintin se fait tirer le portrait par un dessinateur au faciès d'Hergé (photo ci-dessus). Il aurait été difficile pour Spielberg de ne pas faire ce genre de clin d'oeil, clin d'oeil, on le sait, omniprésent dans la série TV d'animation des années 90 (on aperçevait un Hergé dessiné, dans un personnage succint et muet, dans chaque épisode, une apparition à la Hitchcock) !

tintin-image26-grand-format

Bon, j'ai parlé du réalisateur, des acteurs, du procédé mis en place pour faire le film... Parlons maintenant du film en lui-même. Le film adapte l'album Le Secret De La Licorne (mais pas sa suite : pour ça, apparamment, il faudra attendre le prochain film !), mais aussi Le Crabe Aux Pinces D'Or. Quand j'ai appris ça, je me suis dit putain, mais c'est pas vrai, ils ne pouvaient pas s'en tenir à un album (ou au diptyque du Secret/Trésor) plutôt que de mélanger deux albums totalement distincts ? Mais, au final, malgré des raccourcis et facilités, sans parler de quelques petites trahisons, le film respecte plutôt correctement la série. On peut reprocher aux Aventures De Tintin : Le Secret De La Licorne d'être une version hollywoodienne de la série, mais Spielberg n'a pas fait situer son action de base (la ville dans laquelle Tintin habite) aux USA, mais, même si ce n'est pas explicite, en Belgique. Sinon, voici, rapidement, l'histoire : en se promenant, un jour, sur le marché, Tintin (accompagné de son chien Milou) aperçoit une magnifique maquette de bateau (un trois-mâts portant le nom "La Licorne"), qu'il achète. Immédiatement, il est accosté par deux hommes : un certain Barnabé, et un homme plus distingué du nom d'Ivan Ivanovitch Sakharine, qui se proposent, tous deux, de lui racheter, cher (et Tintin n'a pas dépensé beaucoup pour l'acquérir à la base), la maquette. Tintin refuse, par principe, mais il est intrigué. En rentrant chez lui, Tintin pose la maquette, que Milou, en pourchassant un chat, fait tomber. D'un des mâts sort un petit rouleau de papier, avec une inscription incomplète et cryptique. Peu après, Tintin rentre chez lui après avoir été rendre visite aux Dupondt, et il découvre qu'on lui a volé son trois-mâts (il découvre aussi le rouleau de papier, par terre). Il se rend chez Sakharine (qui lui avait remis sa carte), et découvre deux exemplaires de la maquette de "La Licorne", mais aucune n'a un mât brisé.

les-aventures-de-tintin-le-secret-de-la-licorne-4

Peu après, Tintin est mystérieusement enlevé par deux faux déménageurs (qui sont à la solde de Sakharine), qui le mettent dans une caisse, et l'expédient sur un cargo du nom de "Karaboudjan". En s'échappant, Tintin parvient jusqu'à la cabine du capitaine, un homme rongé par l'alcool, du nom d'Archibald Haddock. Haddock est en fait plus ou moins enfermé dans sa cabine, et ne contrôle plus rien sur son cargo (il ignorait qu'on avait enlevé et fait enfermer Tintin à son bord, et pareille chose ne se serait jamais produite s'il dirigeait bien son cargo), lequel cargo,en route pour un émirat du nom de Bagghar, est en fait dirigé par le second de Haddock, Allan (lequel est aux ordres de Sakharine, aussi sur le cargo). Tintin fait prendre conscience de la situation à Haddock, et les deux (les trois, en comptant Milou !), s'enfuient. Mais on découvre leur fuite, et le canot dans lequel on pense qu'ils se trouvent est détruit. Un hydravion part à la recherche des décombres, Tintin et Haddock parviennent à lui tirer dessus pour le faire se poser, et en prennent le contrôle. Mais l'avion se crashe en plein désert, et les rescapés vont errer des jours avant d'être récupérés par des soldats, qui les emmènent à Bagghar, là où Sakharine et les parchemins se trouvent. C'est à Bagghar que vit Omar Ben Salaad, un émir ayant en sa possession une maquette du trois-mâts. Le tout est désormais de retrouver Sakharine avant qu'il ne mette la main sur la dernière maquette du bateau, contenant le dernier parchemin, lesquels, si on les superposent, expliquent comment trouver le trésor de la "Licorne", bateau qui, au XVIIème siècle, appartenait au Chevalier De Hadoque, ancêtre du Capitaine...

les-aventures-de-tintin-le-secret-de-la-licorne-the-adventures-of-tintin--16-g

Ce fut assez difficile de résumer l'intrigue, compte tenu qu'elle entrelace des éléments de deux albums différents. On pourra trouver ça dommage (c'est mon cas), car ce n'est pas en faisant situer une bonne partie de l'intrigue dans un émirat que l'on améliore une histoire de chasse au trésor. Faire, de plus, utiliser une arme à feu à Tintin (dans la série de BD, c'est peu fréquent, même si ça arrive), un lance-roquettes à Haddock (voir ci-dessus), c'est assez maladroit, quelque part, on imagine difficilement les personnages d'Hergé se comporter en John McClane. Mais dans l'ensemble, c'est visuellement splendide, assez drôle par moments, et bien que le mélange d'albums soit peu utile (je pense que tout le segment se passant à Bagghar aurait pu être évité, faire situer l'action uniquement en Belgique, comme c'est le cas de l'album, aurait été une meilleure idée, plus fidèle), les jonctions sont, et c'est paradoxal, assez bien foutues. La rencontre entre Tintin et Haddock (qui a lieu, dans la série, dans l'album Le Crabe Aux Pinces D'Or) est aussi réussie que dans la série. Au rayon des reproches, donc, un côté un peu trop américanisé, un mélange d'album qui n'avait pas totalement lieu d'être, et un méchant qui, dans l'album le concernant, n'en était pas un (Sakharine, dans Le Secret De La Licorne, est un personnage secondaire assez neutre). On rajoutera aussi et surtout un immense reproche, celui d'avoir lié Sakharine et le pirate du XVIIème siècle Rackham Le Rouge en en faisant son descendant (du pirate), ce qui est assez grossier, compte tenu que l'ancêtre du Capitaine Haddock est le Chevalier De Hadoque, qui affronta Rackham Le Rouge autrefois. Ca fait un peu 'ennemi à travers les siècles', très invraisemblable, même pour une adaptation de BD (Hergé n'a pas été jusque là, après tout). Aussi, le fait que Sakharine réside à Moulinsart est un peu facile, mais bon...

les-aventures-de-tintin-le-secret-de-la-licorne-the-adventures-of-tintin--6-g

Mais au rayon des points forts, entre une réalisation solide, un rendu visuel sublimissime et une ambiance souvent proche de la BD, Les Aventures De Tintin : Le Secret De La Licorne est un excellent divertissement. J'ajoute qu'il est plus appréciable sur grand écran, et en 3D (je l'ai découvert ainsi) qu'en 2D sur une TV, mais même en le regardant à la TV sans la 3D, ça reste un divertissement familial plus que réussi. J'ai eu les jetons en allant le voir, j'avais peur d'être déçu, et sur le coup, je ne l'ai pas été (pas trop). Ce n'est qu'après deux visionnages que je l'ai été un peu plus (frustré surtout, plus que déçu), mais je continue de bien aimer ce film, et j'ai hâte d'en voir l'autre volet, qui devrait sortir vers 2016 ou 2017 et adaptera Le Temple Du Soleil (avec, aussi, Le Trésor De Rackham Le Rouge : la fin du film est, à ce sujet, sans équivoque). On devrait, dès lors, y voir le Professeur Tournesol !