TINTIN_20ET_20LE_20LAC_20AUX_20REQUINS

SPOILERS...

En 1972, le deuxième dessin animé de cinéma de Tintin sort, Tintin Et Le Lac Aux Requins, réalisé, pour les studios belges Belvision (déjà auteurs du premier film d'animation de Tintin), par Raymond Leblanc, et basé sur un scénario signé non pas Hergé (auteur de la série de BD), mais par Greg, auteur de la série de BD Achille Talon. Hergé a donné son accord pour le film, mais n'a rien fait, niveau scénario ou animation. Pour Raymond Leblanc, c'est déjà lui qui avait fait Tintin Et Le Temple Du Soleil, le (grandiose) premier long-métrage d'animation en 1969. La première série d'animation télévisuelle belge inspirée des albums de Tintin est également son oeuvre (et celle des studios Belvision, qui étaient à lui).

_defaut

Tintin Et Le Lac Aux Requins est moins connu que le premier dessin animé, et, dans un sens, c'est logique, car il est moins réussi, aussi. Sans être mauvais, ce dessin animé est assez décevant. Déjà, le titre du dessin animé est trompeur, car aucun requin dans le lac, sauf le sous-marin en forme de squale, crée par Hergé pour l'album Le Trésor De Rackham Le Rouge, et repris ici. Et les méchants, dirigés par le fameux Rastapopoulos (ennemi juré de Tintin revenant dans quelques albums), qui se surnomment les Requins. Mais c'est peu.

6873_image_1213795370

Sinon, dans ce dessin animé de 72 minutes se passant en Syldavie (pays des Balkans fictif, crée par Hergé, comme la Bordurie, pays frontalier de la Syldavie), on retrouve quasiment tous les persnnages forts de la série : Haddock, Milou, les Dupondt, le professeur Tournesol, la Castafiore, Rastapopoulos. On y découvre aussi deux enfants, Niko et Nouchka, qui offrent aux spectateurs la seule chanson du film, assez énervante d'ailleurs.  Les voix sont signées Jacques Careuil, Claude Bertrand, Henri Virlojeux, Serge Nadaud, Micheline Dax, Jacques Balutin...L'animation est correcte, mais vieillotte ! Les visages (expressions) sont assez mal foutus...

tintin_et_le_lac_aux_requ_ii1_g

Le professeur Tournesol, qui se trouve dans un laboratoire situé dans une charmante maison en Syldavie, dans les montagnes, vient d'inventer une machine révolutionnaire, un photocopieur en trois dimensions, capable de reproduire n'importe quel objet. Il propose à Tintin et Haddock (et Milou, et les Dupondt) de venir le rejoindre. Mais la machine intéresse particulièrement Rastapopoulos, qui se fait surnommer le Grand Requin et a accumulé, dans son repaire situé au fond du lac Fléchizaff (non loin du laboratoire de Tournesol), plusieurs oeuvres d'art volées. Rastapopoulos aimerait ainsi reproduire ces oeuvres d'art, afin d'en vendre, cher, les copies...

requin_g

Tintin Et Le Lac Aux Requins, dont une version en BD (album de film, en fait) sera fait par les studios Hergé par la suite, est un dessin animé assez vieillot, donc. L'animation est correcte pour l'époque, mais depuis, on a fait bien mieux, c'est inutile même de le préciser. Le scénario est en fait la vraie déception de ce dessin animé par ailleurs pas nul à chier (on rigole parfois, on sourit le plus souvent, et on prend du plaisir à revoir les personnages d'Hergé). L'histoire est basique, et le final (dernier quart d'heure) est, disons-le, raté. Dans l'ensemble, c'est moyen, donc, sans être nul. A voir une ou deux fois.