LBDT

SPOILERS...

Le moins que l'on puisse dire, au sujet de ce film, c'est qu'il est mineur. Le Baiser Du Tueur (Killer's Kiss) est le deuxième film de Stanley Kubrick, et il date de 1955. Avant ce film, Kubrick réalisera Fear And Desire (1953), déjà avec un des acteurs du film, Frank Silvera (et avec aussi un certain Paul Mazursky, et Kenneth Harp...), un film de guerre (guerre fictive) que le réalisateur reniera totalement et dont il interdira formellement la distribution en salles et la commercialisation. De ce fait, il n'existe aucun DVD officiel du film, il n'est visible que sur des sites de partages de vidéos, en plusieurs clips, dans des versions non doublées (anglais, et c'est tout) et de qualité sonore et visuelle épouvantables. Notons quand même que si Kubrick a renié le film, il l'a fait sortir en temps et en heure, dans les années 50, ce n'est que plus tard qu'il le reniera.

baiser_du_tueur_1955_06_g

Deux ans plus tard, Kubrick réalise Le Baiser Du Tueur, film qu'il reniera aussi, mais dont il n'interdira pas la distribution et commercialisation (le film existe en DVD, même s'il n'est qu'en VOST). Tout comme Fear And Desire, ce film est court, il ne dure que 65 minutes. Une grosse heure, c'est franchement peu, et ça fait plus un moyen-métrage qu'un long-métrage, pour Killer's Kiss, film interprété par Frank Silvera, Jamie Smith, Ruth Sobotka, Irene Kane et Jerry Jarret. Il est en noir & blanc (jusqu'à Spartacus, les films de Kubrick seront en noir & blanc) et son scénario est signé Kubrick et Howard Sackler. Produit, aussi, par Kubrick et Morris Bousel, et mis en photographie par Kubrick (photographe à la base). De ce fait, la photographie sublime est indéniablement l'atout du film, avec la réalisation.

14090997

Davey Gordon (Jamie Smith) est un boxeur. Après une défaite dans un match officiel important, il surprend Vincent Rapallo (Frank Silvera), en train de malmener Gloria (Irene Kane), une entraîneuse de dancing, et il prend sa défense. Les deux jeunes gens, qui par ailleurs vivent non loin l'un dans l'autre (dans le même quartier), sympathisent, et tombent rapidement amoureux l'un de l'autre. Gloria décide alors de quitter son boulot pour fuir Rapallo, et recommencer une nouvelle vie avec Davey. Mais Rapallo est amoureux de Gloria, et il va tout faire pour qu'elle lui revienne. Pour ce faire, il lui faut éliminer son rival en amour, Davey, qu'il confie 'aux bons soins' de ses hommes de main. Davey se retrouve pris pour cible, et devra lutter...

3344429010385

Le Baiser Du Tueur n'aurait, on le voit en lisant ce résumé, pas supporté une durée plus étendue que ses 65 minutes. L'intrigue est trop courte, trop faiblarde et peu détaillée. En gros, une histoire de court-métrage. Les acteurs ne sont pas tous excellents (Jamie Smith et Frank Silvera sont bons, Irene Kane un peu moins). En revanche, comme je l'ai dit, niveau réalisation, même si Kubrick fera bien mieux par la suite, c'est quand même très bon. Et la photographie est, elle, l'atout majeur du film. On notera aussi un final inoubliable dans un entrepôt de mannequins, scène qui sera reprise dans d'autres films, comme dans Peur Sur La Ville d'Henri Verneuil, avec Belmondo (Le final du Baiser Du Tueur est une référence évidente pour cette scène du film de Verneuil qui se passe dans une remise de mannequins dans les Galeries Lafayette).

untitled

En résumé, on a ici un Kubrick on ne peut plus mineur, tout comme Fear And Desire, mais il n'empêche, que, mineur ou pas mineur, ce film reste un Kubrick, et qu'un Kubrick mineur est toujours mieux qu'une série B de la même époque et du même genre (film noir dramatique). Bien que débutant encore, il y à ici la naissance d'un style qui donnera lieu par la suite à l'avênement du plus grand réalisateur de l'histoire du cinéma. Bref, malgré sa relative réussite, ce film est historique, comme le précédent !