Pour mon premier article sur ce blog, j'ai choisi d'aborder... une trilogie ! Puisque ce qui va nous intéresser maintenant, c'est la trilogie dite de Michael Travis. Un personnage interprété par Malcolm McDowell (le héros d'Orange Mécanique) qui revient dans trois films de Lindsay Anderson: If... (1968), Le Meilleur Des Mondes Possibles ! (1973) et Britannia Hospital (1982). Trois objets de culte auprès des cinéphiles... Prêts ? C'est parti !

1) IF...

38570558_p

If... est donc le premier volet de la trilogie. C'est sans doute, aussi, le plus sérieux, les deux autres ayant une certaine dimension délirante (en particulier Britannia Hospital). D'une durée d'1h50, le film (récemment diffusé de nuit sur France 2) a remporté la Palme d'Or au Festival de Cannes, et, si ce n'est pas le meilleur film de la série, il reste néanmoins un vrai chef d'oeuvre, tourné à la fois en couleurs et en noir et blanc (quelques scènes). Le film s'inscrit totalement dans son époque. Pas besoin de préciser ce qui s'est passé en 1968: une année de révolte totale, du point de vue social, culturel et artistique...

57177920_p

...Et dans If..., il est question de révolte. Michael Travis est une sorte de petit voyou (relatif) avec sa bande de potes. On suit son évolution dans l'établissement. Les pions lui reprochent d'avoir les cheveux trop longs, de mal se comporter, etc... Dans sa chambre, lui et ses amis boivent et fument en secret, tout en collectionnant les images de guerre qu'ils trouvent dans les magasines, et en s'interrogeant comme tous bons ados sur le sexe (notemment l'homosexualité, sujet on-ne-peut-plus tabou à l'époque). Mais, de ce fait, ils se voient moult fois réprimandés par les surveillants (sutout que ça ne rigole pas !). A force de mauvaise conduite, ils se voient obligés de recevoir des coups de fouet. C'est là que commence la révolte véritable.

57179665_p

Après avoir tenté de blesser une sorte d'entraîneur lors d'une simulation d'armée pour préparer les élèves, Travis et sa bande vont travailler sur un plan machiavélique... Trouvant le matériel nécessaire, ils vont enfumer la chapelle du lycée pendant une cérémonie, pour que les invités, élèves, représentants, etc, se voient obligés d'en sortir. A la sortie, Travis attend tout le monde avec un flingue, depuis le toit du lycée, ce qui donne lieu à une scène finale grandiose dans laquelle beaucoup de monde se fait éxécuter.

if_350

Une fin gaie et joyeuse en perspective ! En dehors de ça, on dénote une interprétation magistrale de Malcolm McDowell, encore jeune, mais déjà brillant. Au niveau du tournage, c'est brillant également. En résumé, des acteurs parfaits, une photographie digne des plus grands... Lindsay Anderson prouve d'emblée son talent en réalisant ce film coup-de-poing, tapageur envers le système, mais toujours superbe. Un sommet, et le suivant sera plus jouissif encore !

2) LE MEILLEUR DES MONDES POSSIBLES !

38610179_p

Gros spoilers, vous voilà prévenus...

Le Meilleur Des Mondes Possibles ! est donc le second volet de la trilogie, et on peut clairement considérer qu'il s'agit du sommet. Complètement inclassable, le film se démarque des deux autres de par sa durée, presque 3h de film ! Durée pharaonique s'il en est pour ce genre de film. Pourtant, on ne s'ennuie pas une seule seconde (ou alors sur une seule scène, mais j'y viens, patience...). Film complètement inclassable s'il en est pour son histoire, qui passe par tous les styles: du très drôle au très sérieux, avec des changements radicaux et un scénario pour le moins complexe, de quoi dérouter le spectateur !

oluckyman01

On retrouve donc Michael Travis, cinq ans après. Passé une scène d'introduction assez fendarde, on voit Travis en ouvrier dans une usine de café. Quand un employé, Oswald, chargé d'aller aux quatres coins de l'Angleterre pour faire une sorte de vente à domicile de café, quitte son boulot, c'est Travis qui le remplace, à la décision générale. Notre héros voyage donc dans sa petite voiture à la recherche de clients sûrs. Un jour, il doit aller dans un endroit qui n'est autre qu'une base militaire nucléaire. Suspecté d'espionnage, il se fait violemment arrêter et est conduit dans un bureau où ils ont le moyen de le faire parler. Mais le mec a du cul: une explosion nucléaire se produit, c'est la panique générale, et il parvient à s'enfuir. Suite à l'explosion, sa voiture est détruite. Après s'être arrêté dans un couvent, Travis est mené en auto-stop jusqu'à un institut de recherche sur le corps humain, les possibilités d'allonger la durée de vie, etc... A condition d'être bien payé, il accepte que l'on fasse des tests sur lui, mais, voyant ce en quoi on a transformé un pauvre homme (scène hilarante et terrifiante en même temps), il s'enfuit de l'institut et se fait prendre en auto-stop par un groupe de musiciens.

45

Il tombe amoureux d'une fille présente dans la caravane du groupe, Patricia. Un matin, celle-ci explique à Michael que son père, James Burgess, est un puissant homme d'affaires, richissime et possédant quelques usines... Travis parvient à rencontrer le père de Patricia et à devenir son assistant (c'est là qu'est la scène chiante du film, au passage: une réunion pour investir dans un territoire paradisiaque, scène assez longue et ennuyeuse). Or Burgess est un véritable truand, un magnat du crime organisé, en quelques sortes. Il va se servir de Travis pour une sombre affaire de traffic d'or. Le pauvre Travis est condamné à 5 ans de prison. Quand il sort, il se voit dans un quartier pauvre, lui qui a cotoyé des gens richissimes auparavant. Il tente d'empêcher une femme au bout du rouleau de se suicider, et échoue dans sa tentative. Puis il accepte de faire du bénévolat dans une sorte de soupe populaire, mais les clochards le rejettent. Enfin, ne sachant plus trop que faire, il tente sa chance dans un concours quelconque, se fait remarquer. Le début d'une nouvelle aventure ?

d1_20o_20lucky_20man_20PDVD_008

Doté d'un scénario grand comme la Cordillère des Andes, le film est accompagné d'une superbe musique dans un plus pur style pop, composé et interprété par Alan Price, des Animals. Le film fut, pendant un temps (je ne sais pas si c'est toujours le cas), très connu et réputé en URSS, sous prétexte qu'il critique le capitalisme. La seule chose à espérer maintenant est une sortie DVD française. Il n'est certes pas difficile à comprendre en Anglais (je l'ai moi-même vu dans la langue de Shakespeare, grâce au DVD z2 britannique), mais une sortie française, ça serait le pied absolu. De toute façon, un tel chef d'oeuvre ne mérite pas moins ! Vous l'aurez compris, Le Meilleur Des Mondes Possibles ! est une merveille, qu'il vous faut voir au moins une fois dans votre vie de cinéphile. Un sommet, les mots me manquent, croyez-moi !

3) BRITANNIA HOSPITAL

38615951_p

Gros spoilers également !

Troisième et forcément dernier volet de la trilogie (car il se trouve qu'une trilogie comporte trois parties; bravo, vous avez trouvé !), Britannia Hospital est sorti en 1982. Des trois films, c'est sûrement celui qui reste le plus connu chez nous, car c'est le seul à avoir été doublé en Français, et c'est également le seul qui ait eu droit à une édition DVD française. Parallèlement, c'est aussi le moins bon de la trilogie (et également le seul dans lequel Michael Travis ne soit pas le personnage principal, vous pensez vraiment que c'est une coïncidence ?), même s'il reste très bon ! Britannia Hospital est le plus délirant des trois films, le plus détendu du bulbe, et, tout comme le scénario du Meilleur Des Mondes Possibles !, son histoire sera difficile à raconter, tant il y a de détails... Ainsi je vais procéder par énumération, ce sera plus simple.

Britannia_Hospital_Cr

Dans le Britannia Hospital, c'est la crise absolue, car:

-il y a des manifestations du personnel, en particulier de la cuisine de l'hôpital, qui s'indigne des mets raffinés que les malades demandent !

-un homme politique africain est hospitalisé, or il se trouve que cet homme est un vrai salaud envers son pays, qu'il est malhonnête, fait du mal, etc... Des manifestants pour la paix, eux aussi, vont faire la guerre à l'hôpital.

-un professeur un peu fou cherche à tout prix à faire évoluer l'espèce humaine, et plus particulièrement le cerveau humain, en créant de nouveaux procédés.

-Michael Travis et quelques uns de ses potes (dont une infirmière qui l'aide en secret), espionnent, enquêtent sur ce qui passe à l'intérieur de l'hôpital.

et comme s'il n'y avait pas assez d'emmerdes, la Reine d'Angleterre doit venir visiter le Britannia Hospital !

surgeonstable

Sacré programme en perspective ! Le personnel est affolé de voir ceci, après tout, ils doivent quand même recevoir la Reine, et ce n'est pas rien ! Les manifestations se transforment peu à peu en pure folie: on croit à une révolution, et le pauvre Michael Travis va involontairement servir de cobaye au professeur pour ses expériences, ce qui donne une scène vraiment barge, référence évidente à Frankenstein, et pour tout dire, assez gore. Pauvre Michael, il ne méritait pas une fin aussi horrible...

britannia_hospital

C'est donc là toute la force de Britannia Hospital: une histoire volontairement instable, qui part en c**illes pour donner au final un résultat grandiose, et satirique, aussi: le film est une parfaite critique des conséquences du système britannique de l'époque. Encore une fois, Lindsay Anderson frappe un grand coup, et ce film, s'il est le moins bon des trois, et n'est pas spécialement un chef d'oeuvre contrairement aux deux autres, n'en demeure pas moins génial, et reste une grande expérience !

Conclusion:

En résumé, cette trilogie, remarquable de bout en bout, se doit d'être vue, même si elle est, il est vrai, rare. On se plaindra de la non-existence de DVD français (celui de Britannia Hospital est épuisé et n'est pas prêt de ressortir, je pense, quant aux deux autres, y a plus qu'à espérer...), mais dans l'ensemble, on a ici une des trilogies les plus fortes et les plus remarquables de l'histoire. Ruez-vous dessus, c'est tout ce que je peux vous souhaiter !