le_20voyeur

Réalisé par Michael Powell en 1960, Le Voyeur est un classique du cinéma de suspense, interprété par Carl Boehm, Anna Massey, Moira Shearer, Maxine Audley et Esmond Knight. Basé sur un scénario de Leo Marks, le film, britannique, est basé sur une perversion bien connue, le voyeurisme. Carl Boehm y interprète Mark Lewis, un homme solitaire laisse libre cours à sa perversion.  Un homme passionné, obsédé par l'image, travaillant comme opérateur sur des plateaux de tournage de films. Il fait aussi des extras en tant que photographe de charme, et vend, discrètement, ses photos à un journal basé sous son petit studio.

Le_voyeur

Mark habite dans un appartement comportant un immense laboratoire de développement de photos, d'instruments de chimie. Il développe seul ses photos et conçoit lui-même des films personnels. A ceux qui l'interrogent à ce sujet, il dit concevoir un documentaire. Mais la réalité est tout autre : Mark Lewis est ce qu'on appelle un voyeur, un pervers, toujours à l'affut d'une jeune femme à filmer et/ou à photograhier à son insu, pour son plaisir personnel. Il va bientôt passer à des choses nettement plus morbides et cruelles que simplement observer les gens...

PT60

Peeping Tom (titre original, aussi l'expression anglophone pour 'voyeur') est un film sensationnel. Polémique à sa sortie en raison de scènes de violence et de nudité (peu présentes, mais pour 1960, un simple bout de sein suffisait à choquer), et de son ambiance vraiment pesante et malsaine (le héros est un tueur vicieux, voyeuriste, pervers absolu qui filme ses victimes et se repasse les bandes une fois le forfait accompli), c'est un classique du cinéma de suspense et d'épouvante, et même du cinéma tout court. Carl Boehm est impressionnant dans le rôle de ce photographe amateur totalement désaxé et solitaire. Le reste de la distribution, principalement féminine, est assez bon. La réalisation de Powell est, elle, vraiment efficace, au service de l'histoire et de son coté oppressant.

arton525_4d76f

Le Voyeur, assez méconnu, fait partie de ces films qui hantent un cinéphile. Sorte de préparation à des films comme Henry : Portrait Of A Serial Killer ou Le Sixième Sens/Dragon Rouge (les tueurs de ces deux-trois films filment aussi leurs victimes pour se repasser les bandes), c'est vraiment un classique du genre, méconnu, mais à la réputation loin d'être injustifiée. Il faut vraiment voir ce film !