Vampires

Adaptation d'un roman de John Steakley, Vampires est un des meilleurs films de John Carpenter, et même son dernier grand film. Sorti en 1998, le film est interprété par James Woods, Daniel Baldwin, Sheryl Lee, Thomas Ian Griffith, Maximilian Schell, Tim Guinee et John Furlong. C'est un mélange détonnant entre western, action, fantastique et même horreur gore, un détournement aussi jubilatoire qu'original du thème du vampirisme. La musique, signée Carpenter (comme très souvent chez Carpenter), est excellente.

large_john_carpenters_vampires

Jack Crow (James Woods) dirige une équipe de chasseurs de vampires mandatée par le Vatican, et chargée d'une mission aussi sacrée qu'impossible à réaliser : éradiquer les vampires de la surface de la Terre, faire en sorte qu'ils disparaissent définitivement. Avec sa bande de mercenaires (dont Montoya - Daniel Baldwin -, son second), Crow extermine le plus de vampires possible. Un jour, au cours d'un nettoyage intensif d'un 'nid' à vampires, un certain Valek (Thomas Ian Griffith), maître-vampie, parvient à échapper à l'extermination. Pour se venger, il décime une grande partie de l'équipe de Crow, réunie dans un bordel mexicain. Crow et Montoya, qui s'en sont sortis, vont alors lui déclarer une guerre ouverte et impitoyable...

vampires2

Le personnage de Jack Crow, s'il n'était pas un personnage déjà présent dans le super roman de base écrit en 1991 par Steakley, aurait très bien pu être aussi carpenterien que Snake Plissken (New York 1997). James Woods interprète avec une décontraction parfaite (le personnage, dans le roman, est pareil, fétard, amateur de gnôle et très speedé, hautement sympathique et extraverti) ce personnage culte, leader d'une horde sauvage de mercenaires exterminateurs de vampires. Western fantastique, Vampires est une réussite de la part de Carpenter, un film prenant, violent, gore et tendu, servi par d'excellents acteurs et une réalisation on ne peut plus efficace.

040846_ph1

John Carpenter a toujours été fasciné par les westerns. Pas mal de ses films sont des westerns déguisés, comme New York 1997, Los Angeles 2013, Assaut, Ghosts Of Mars ou Vampires. L'influence western ne sera jamais plus évidente, chez Carpenter, que dans ce film de 1998, excellente (mais un peu libre quand même) adaptation du roman de Steakley, lui-même fortement westernisé aussi. Photographie chatoyante signée Gary B. Kibbe, pour un film efficace, jouissif et franchement culte !