58_minutes_pour_vivre

58 Minutes Pour Vivre est le second volet de la saga des Die Hard, tous interprétés par Bruce Willis (cultissime rôle de John McClane). Réalisé par Renny Harlin, ce second volet est, il faut bien le dire, inférieur aux autres. Sorti en 1990, il possède un titre français assez invraisemblable (essayez donc de chercher en quoi il reste 58 minutes pour vivre, dans le film ! A aucun moment, il n'est fait allusion à ce délai de 58 minutes). La réalisation est efficace, mais sans grande âme (Renny Harlin n'a fait aucun chef d'oeuvre : Prison, L'île Aux Pirates, Cliffhanger, Au Revoir, A Jamais...même si j'adore ce dernier). En revanche, Bruce Willis est toujours aussi efficace et excellent dans le rôle de John McClane, ce flic new-yorkais toujours au mauvais endroit, au mauvais moment.

58_minutes_pour_vivre_1990_1869_1013171605

L'action de ce second Die Hard (Die Hard 2, ou Die Harder, titres originaux) se passe pendant les fêtes de Noël, à Washington. McClane est à l'aéroport Dulles, pour aller chercher sa femme Holly (Bonnie Bedelia), qui arrive de Los Angeles. Parallèlement, l'avion contenant le général Esperanza (Franco Nero), un militaire dictateur d'un pays d'Amérique du Sud, est sur le point d'arriver à Dulles. Esperanza, fait prisonnier dans son pays suite à un putsch, doit être jugé. Mais c'est sans compter sur une horde de mercenaires dirigés par un certain colonel Stuart (William Sadler), désireux de libérer Esperanza. Stuart prend le contrôle total de l'aéroport, et menace de faire sauter l'aéroport et de faire se crasher les avions en stand-by si Esperanza ne lui est pas remis libre. Mais McClane, seul certes mais présent sur les lieux, va tout faire pour empêcher les mercenaires/terroristes d'arriver à leurs fins...

58_minutes_pour_vivre_2

Action quasiment en non-stop, personnages excellents (McClane, Stuart, le capitaine Lorenzo de la police de l'aéroport, joué par Dennis Franz), dialogues terribles (Pourquoi je n'ai jamais droit à un Noël normal, hein ? Dinde aux marrons, sapin, cadeaux, repas en famille...mais non, on est tellement mieux dans une putain de conduite d'aération !), suspense de tous les instants, 58 Minutes Pour Vivre a beau être d'une qualité inférieure à Piège De Cristal et surtout Une Journée En Enfer (qui, de plus, sont tous deux signés McTiernan), et il est même légèrement inférieur (et encore) à Die Hard 4, signé du médiocre Len Wiseman. Malgré cela, on ne s'ennuie jamais devant ce film jubilatoire qui reste une belle petite réussite du genre. Bruce Willis est vraiment excellent, et si la réalisation souffre un peu de la platitude de Renny Harlin, le scénario est, lui, bien foutu. Encore une fois, après la tour du premier film, McClane est seul contre tous, et se démerde pas trop mal.

untitled

58 Minutes Pour Vivre est donc un bon film d'action bien sympa, sans prise de tête. Violent, parfois brutal, parfois drôle, tendu, le film ne va pas révolutionner le genre, et ne fera jamais oublier les deux chef d'oeuvres qui le sandwichent dans la saga Die Hard, mais il reste un divertissement plus qu'honnête !