1214066947_trois_condor

SPOILERS…

Réalisé en 1975 par Sidney Pollack (qui vient de nous quitter), Les 3 Jours Du Condor est le meilleur film de Robert Redford, et un des plus grands films paranoïaques qui soient. Le film est sorti peu après le scandale du Watergate (espionnage politique, affaire dans laquelle le président Nixon a été mêlé), dans une Amérique en proie à la confusion, à la paranoïa, une Amérique qui commençait à ne plus avoir trop confiance en ses institutions. Le film, aussi interprété par Faye Dunaway, Cliff Robertson, John Houseman et Max Von Sydow, est un sommet de thriller d’espionnage politique. Remarquablement servi par sa distribution prestigieuse et une réalisation sans failles, le film n’a pas vieilli, et reste un gros classique. Après avoir essayé, sans succès, une carrière d’écrivain, Joe Turner (Redford) travaille pour la CIA. Il est chargé de lire les livres d’espionnage, afin de les analyser pour voir si des informations top secrètes n’y seraient pas révélées à mots couverts.

1214067064_capt_son

Un jour, alors qu’il arrive au boulot (une bibliothèque d’aspect ancien, parfaite couverture pour son boulot), il découvre tous ses collègues, morts, assassinés. En fouillant dans les dossiers, Turner va vite découvrir une immense machination ourdie par le pouvoir en place, et va devenir la prochaine cible d’un mystérieux tueur engagé par le gouvernement (ou une organisation gouvernementale). Décidant de jouer le tout pour le tout, Turner va aller de plus en plus loin dans sa quête de la vérité, quitte à mettre sa vie (et celles des autres) en péril. Il n’a pas vraiment le choix…

1214066991_capt_image

On sent une énorme influence hitchcockienne dans ce film. Un film qui s’inscrit dans la mouvance de films tels que Les Hommes Du Président (déjà avec Redford), et dont le plus récent Ennemi D’Etat avec Will Smith s’inspire totalement, rien que pour son ambiance oppressante, paranoïaque. Robert Redford est impeccable dans la peau d’un homme lambda, traqué par son propre gouvernement, un homme au mauvais endroit au mauvais moment. La fin du film est angoissante, on ne sait vraiment pas si Turner va s’en tirer (il balance les dossiers compromettants à la presse, car une fois tout le monde au courant, il ne risquera plus rien ; mais qui sait si le gouvernement n’empêchera pas la publication des dossiers ?), ce qui augmente considérablement le coté paranoïaque du film. Les 3 Jours Du Condor est un sommet absolu dans l’histoire du film à suspense. Il a un coté ‘adulte’ indéniable. Un film sérieux, implacable, froid comme la pierre, et tout bonnement grandiose. A voir absolument. Même si vous ne pouvez pas sacquer Redford.