1214069469_zappamotels_02

SPOILERS !!

En voici, un film complètement barge ! Réalisé en 1971 par Frank Zappa (oui, Zappa le génie, guitariste d'exception, compositeur de grand talent, auteur d'une multitude de monuments musicaux tels que Hot Rats ou Uncle Meat !), 200 Motels est un sommet dans le délire. Un film musical totalement givré et anticonformiste. En ce jour de Fête de la Musique, je ne pouvais pas passer à coté d'un article musical. Et mon dévolu se porte sur ce film, dont j'ai réécouté le disque de la bande-son pas plus tard que cet après-midi. Avec un casting vraiment étrange (les Mothers Of Invention - groupe de Zappa - , mais aussi Théodore Bikel, Ringo Starr, batteur des Beatles - dans le rôle de Zappa ! - , Keith Moon, batteur des Who - dans le rôle d'une nonne !! - et Zappa himself), le film raconte les (més)aventures des Mothers Of Invention, venus jouer dans une petite ville sans histoires du nom de Centerville. Seulement, voilà : à Centerville, on ne veut absolument pas que les Mothers Of Invention viennent, que ce soit pour jouer, ou pour s'installer. Il faut dire aussi que les Mothers, c'était un groupe de freaks, de pouilleux, comme on en a rarement vus...

1214070517_zappamotels_11

200 Motels est donc une sorte de film/documentaire, totalement fou, mais à moitié autobiographique. On retrouve, dans leurs propres rôles, les musiciens du groupe (Jimmy Carl Black, Don Preston, Jim 'Motorhead' Sherwood, Aynsley Dunbar, Ian Underwood, et les chanteurs timbrés Flo & Eddie). Parlons un peu de Flo & Eddie, en réalité Mark Volman et Howard Kaylan, ex-chanteurs du groupe pop sixties The Turtles (le tube Happy Together, c'est eux). Sur l'affiche du film, on peut aperçevoir deux types, un en rouge et l'autre en bleu, pile en-dessous de la moustache du Grand Wazoo Zappa. Ce sont eux.

1214070449_zappamotels_05

Flo & Eddie, chanteurs du groupe durant la période 1970-1972, une période assez sous-estimée parmi les fans, parce que pauvre musicalement parlant : les deux chanteurs sont assez horripilants (pas sur 200 Motels, le coté pharaonique du projet ayant quelque peu atténué leur mentalité), pourvoyeurs de calembours et de vannes se situant en-dessous du niveau de la ceinture (and he's got a dick that's a moooooonster !!!!!! gniaaaa gniaaa gniaaaa gniaaaa gniaaaaaaaaaaa). Flo, surtout (celui qui porte des lunettes) a une sacrée tronche de cake. Mais allez savoir pourquoi, ici, ils sont très drôles ! Le film propose la musique sortie parallèlement en double disque, mais on ne retrouve pas tous les titres. Et pas dans le même ordre. De même, des titres présents dans le film ne sont pas sur l'album. Bref, un joyeux portnawak là aussi ! Parmi les meilleurs moments, What Will This Evening Bring Me This Morning, Penis Dimension, Lonesome Cowboy Burt et Strictly Genteel (finale grandiose) sont à relever.

1214070482_zappamotels_12

Parler d'un tel film, vous l'aurez compris, est mission impossible. Le voir est une expérience réellement troublante et marquante : le film est incroyablement inventif et fou, mais sera un bide total lors de sa sortie (1971, année où Zappa se cassa une jambe au cours d'un concert, et année où le Casino de Montreux prit feu lors d'un de leurs show - donnant à Deep Purple le thème de leur tube Smoke On The Water pour la peine, véridique - 1971, donc, sera l'année de merde de Zappa). En dehors de ça, le film a vieilli, certes, mais reste un gros moment de délire filmique (filmé, une première pour l'époque, en vidéo), un OFNI inégalé encore de nos jours.