1231495305_bullitt_0

Spoilers !!

En 1968, Peter Yates réalise un des plus grands polars modernes, Bullitt. Interprété par Steve McQueen, Robert Vaughn, Jacqueline Bisset et Robert Duvall, le film est célèbre en partie pour sa musique (signée du grand Lalo Schifrin), pour l’interprétation incroyable de McQueen, et aussi pour une scène de poursuite en voiture qui figure parmi les meilleures de l’histoire du cinéma avec celle du Casse de Verneuil et de French Connection de William Friedkin.

1231495383_bullitt1117324049

J’ai beau ne pas m’intéresser du tout aux voitures, je dois reconnaître que cette scène assez longue mettant en scène une Dodge Charger et une Ford Mustang Fastback GT’68 (Wikipédia mon ami) est remarquable. Cette scène, de plus, dure quasiment 10 minutes, ce qui la rend encore plus sensationnelle (de plus, elle est réalisée à la perfection, on jurerait du Peckinpah). C’est le second film de Yates, et c’est McQueen qui proposa à ce réalisateur anglais de faire le film. C’est également le premier film hollywoodien de Yates. On ne remerciera jamais assez McQueen (au passage un des acteurs les plus importants du cinéma des années 60-70) d’avoir fait confiance à Peter Yates, car le mec n’est vraiment pas manchot, il sait bien manier la caméra !

1231495335_18645087_w434_h_q80

Le lieutenant Frank Bullitt (McQueen) est flic à San Francisco. Il est chargé, par un politicien ambitieux, de protéger un gangster, Johnny Ross (Pat Renella), dont le témoignage est important dans un procès où ce politicien est impliqué. Cependant, Bullitt, malgré tout, ne parviendra pas à empêcher que Ross soit grièvement blessé (et meure) au cours d’une agression. Bullitt va alors tout faire pour retrouver le ou les meurtriers de Ross, ayant selon lui une part de responsabilité dans sa mort… Le personnage de Bullitt est incroyable. Il possède un grand sens du devoir, il est séducteur, incorruptible, un peu hargneux, une sorte de Dirty Harry Callahan en moins extrême. Romantique, aussi, ce Bullitt, Jacqueline Bisset (sublime, mais un peu potiche, le film est assez viril) peut en témoigner !

1231495493_18645086_w434_h_q80

Assez facile à suivre, car basé sur une enquête très simple et rapide (le film se passe en deux jours, il y à peu de dialogues inutiles), Bullitt est un vrai classique du polar urbain moderne. Ambiance assez rétro, il est vrai (la musique de Schifrin y est pour beaucoup, il a pas mal composé durant la période 60-70, y compris et surtout pour la TV), mais ce n’est pas un mal. On peut reprocher à McQueen de ne pas être très expressif, mais c’est le personnage qui veut ça, sans doute.

1231495412_18801489_w434_h_q80

En revanche, vous pouvez compter le nombre de scènes où Bullitt n’apparaît pas à l’écran, et si vous arrivez à utiliser une main entière à la fin du comptage, alors bravo ! En tout et pour tout, McQueen n’apparaît pas dans deux scènes, peut-être trois, du film. Non, ce n’est pas lui qui a produit le film, contrairement à ce que vous pourriez penser ! Mais Yates n’a pas oublié que le film s’appelle Bullitt, c’est tout. Remarquable de bout en bout, magnifiquement réalisé et interprété, culte, ce film est immanquable pour tout amateur de polars !