1219404844_les_infiltres_2006_0

SPOILERS…

Dans la filmographie de Martin Scorcese, difficile de trouver un film plus réussi que les autres. Certains fans citeront Taxi Driver, d’autres Raging Bull, d’autres Les Affranchis, d’autres encore Casino. Pour ma part, j’adore tout ce que Scorcese fait (exception fait de deux films, Kundun et La Valse Des Pantins). Et parmi ses plus grosses réussites, ce film, datant de 2006, est assurément à retenir : Les Infiltrés (The Departed), remake américain de la saga asiatique Infernal Affairs. Porté par des acteurs tout simplement prodigieux (duo d’enfer Matt Damon/Leonardo DiCaprio, mais aussi Jack Nicholson, épatant en parrain de la Mafia, et Mark Wahlberg, Martin Sheen, Ray Winstone, Alec Baldwin dans des rôles plus secondaires. Le film offre 145 minutes de suspense total, sur un scénario certes peu original (c’est le remake d’une saga asiatique, rappelons-le), mais diaboliquement efficace.

18670804

Billy Costigan (Leonardo DiCaprio, qui n’aura jamais été meilleur que quand il joue chez Scorcese, il le prouve encore une fois) est un flic, que ses supérieurs font infiltrer la Mafia italienne new-yorkaise afin de pourvoir faire tomber le parrain, Frank Costello (Jack Nicholson). De son coté, un jeune homme fait son apparition dans la police, un nommé Colin Sullivan (Matt Damon), à qui on charge de justement faire tomber Costello. Mais Sullivan est en réalité une taupe de la Mafia, infiltrée dans la police pour court-circuiter leurs projets. Très vite, les deux infiltrés vont avoir vent de leurs infiltrations respectives, et, tout en s’ignorant, vont tout faire s’éliminer l’un l’autre ; Billy voulant trouver Colin, qui parasite le plan de la police ; et Colin, voulant tuer Billy, qui torpille le clan Costello de l’intérieur… Une lutte acharnée entre les deux taupes va se jouer.

18670808

Les Infiltrés est un chef d’œuvre, un film radical, à l’ambiance noire, sombre, tragique. Porté par l’interprétation tout bonnement exceptionnelle du trio DiCaprio/Damon/Nicholson (un des rôles les plus forts de Nicholson), solidement réalisé par un Scorcese au sommet qui est toujours à l’aise quand il s’agit de filmer un thriller mafieux, avec une excellente musique d’Howard Shore, ce film est à voir absolument. Un inestimable joyau du film noir contemporain. A mettre sur un pied d’égalité avec les précédents chef d’œuvres de Scorcese dans le genre.