1219848706_la_grande_attaque_du_train_d_or_0

SPOILERS…

Michael Crichton, qui figure parmi les écrivains les plus lus, a souvent été adapté au cinéma. Généralement, le résultat était plutôt décevant (Sphère, Prisonniers Du Temps), voire même tout simplement désastreux (Harcèlement, Congo), mais toutefois, de bonnes surprises arrivent de temps en temps (Le Treizième Guerrier – en dépit des coupes sauvages dues à Crichton lui-même - Jurassic Park, Le Mystère Andromède, Soleil Levant). Le film dont je vais parler maintenant est une adaptation du roman Un Train D’Or Pour La Crimée, que Crichton sortit en 1975. De ce roman court (250 pages) et passionnant écrit comme un compte-rendu/documentaire, et narrant une histoire décrite comme authentique (et pourtant, fictionnelle, il me semble), un film fut tiré en 1978, La Grande Attaque Du Train D’Or. Et coté adaptation du scénario, inutile de dire que c’est parfait. Pourquoi ? Parce que c’est Michael Crichton lui-même qui a réalisé le film ! Interprété avec maestria par Sean Connery, Donald Sutherland et Lesley-Ann Down (actrice anglaise maintenant fourvoyée à vie dans le soap Amour, Gloire & Beauté, beurk), ce film se situe en 1855, en Angleterre, et raconte dans le détail les diverses étapes qui menèrent deux hommes (et leurs complices) à attaquer un train chargé de lingots d’or destinés aux troupes anglaises combattant en Crimée.

1219848754_hg

Edward Pierce (Sean Connery) est un criminel, mais avant toutes choses un gentleman, toujours bien coiffé et habillé, fréquentant la bonne société londonienne et les clubs. Apprenant de la bouche même d’un directeur de banque honorable qu’une cargaison d’or part souvent en train jusqu’en Crimée pour les soldats, Pierce commence à fomenter son plan, voler l’argent. De caractère assez vénal, limite amoral, Pierce recrute rapidement Robert Agar (Donald Sutherland), un perceur de coffres-forts extrêmement talentueux, aux doigts agiles. Le but de leur association n’est pas immédiatement claire pour Agar, qui ne découvrira que plus tard ce que Pierce à l’intention de voler. Avec l’aide d’une prostituée amie/amante de Pierce (Lesley-Ann Down, sublime), et de quelques autres complices peu fréquentables (notamment un homme-serpent – c'est-à-dire, un homme très agile et souple, capable de se faufiler partout – tout juste évadé de prison pour l’occasion), Pierce va parvenir, tant bien que mal,  subtiliser brièvement les différents jeux de clés du coffre, afin qu’Agar en fasse des copies de cire. Puis, à force de corruptions diverses (chef de gare, garde du wagon dans lequel se trouve les coffres-forts lors du transport, etc), Pierce et Agar parviendront à leurs fins.

1219848785_captur

L’argent sera volé au cours du trajet en train, Pierce s’improvisant ‘alpiniste’ pour passer de son wagon de première classe à celui des lingots, bien plus loin. A l’arrivée, Pierce sera arrêté, car suspecté par la police à cause des informations qu’un de ses complices à lâché, mais les lingots auront été balancés sur la voie auparavant, et récupérés par ses complices. Pierce sera jugé, condamné, mais s’évadera miraculeusement, et nul ne le retrouvera…L’or non plus. Le Londres du XIXème siècle, époque victorienne, est scrupuleusement reconstitué, que ce soit les beaux quartiers ou les quartiers populaires, les coupe-gorges. Sean Connery et Donald Sutherland sont tout simplement prodigieux, la réalisation est efficace, et certaines scènes, notamment celle de l’attaque elle-même, ou celle de l’évasion de Clean Willy (l’homme-serpent), sont excellentes.

1219848888_jj

Merveilleuse adaptation d’un des livres les plus réussis de Crichton (pas le plus lu de tous ses livres, et c’est dommage – c’est mon roman préféré de lui), La Grande Attaque Du Train D’Or est un film rare (il ne passe vraiment pas souvent à la TV) et prenant de bout en bout. Délicieusement amoral (Sean Connery est jubilatoire), souvent drôle, très riche en détails, extrêmement bien écrit, ce film est un sommet de l’aventure et du film de braquage. Je le conseille à tous.