1229422222_mean_streets_0

SPOILERS…

Réalisé en 1973, Mean Streets est le premier film de Martin Scorcese a obtenir du succès. Le film a également permis de révéler deux immenses acteurs, Harvey Keitel et Robert DeNiro. Si le film est moins fantastique que, par exemple, Taxi Driver, Les Affranchis ou Casino, il n’empêche qu’il reste un immense film sur le gansterisme et la mafia. On retrouve aussi Amy Robinson, David Carradine, Cesare Danova et David Proval dans le film. On y trouve aussi Martin Scorcese dans le rôle de Shorty. Dans ce film, Scorcese impose déjà ses marques : usage de musique pop pour agrémenter le film (entre autres, Be My Baby des Ronettes ouvre le film), action se passant à New York, dans le quartier de Little Italy d’où il vient, et thèmes du ganstérisme et des voyous de bas étage.

1229422398_meanstreets02myplanitydq1

Charlie Cappa (Harvey Keitel) est un jeune homme vivant dans le quartier de Little Italy. Il tente de percer dans le ‘Milieu’, ce qui ne risque pas de poser trop de problèmes compte tenu de ses pistons : son oncle, Giovanni (Cesare Danova) est un homme très bien installé dans la mafia. En revanche, Johnny Boy (Robert DeNiro), ami de Charlie, ne possède pas d’appuis aussi forts, et est surtout très impétueux et immature. De plus, il contracte souvent des dettes qu’il a du mal à rembourser, et se ait de moins en moins bien voir. Charlie, très porté sur la religion, tente de sauver Johnny Boy, de l’empêcher de commettre une connerie supplémentaire qui marquerait vraiment sa fin, qui le mettrait en danger de mort. Et qui, aussi, indirectement, empêcherait Charlie de grimper les échelons, son amitié avec un tel trublion indigne de confiance étant diffcile à faire admettre...

1229422313_18385513_w434_h_q80

Intense, réalisé avec peu de moyens (image granuleuse, nombreux figurants, raccords parfois maladroits) mais avec une réelle efficacité, Mean Streets, a défaut d’être le sommet de Scorcese, reste un très bon film. Ce n’est pas mon préféré de Scorcese, et quand je l’ai critiqué, je lui ai attribué la note de 3 étoiles.

Si je lui en donne 4 aujourd’hui, c’est par souci d’équité avec les autres articles (enfin, la quasi-totalité) de mon blog, et parce que je l’ai un petit peu réévalué à la hausse depuis. Mais il ne sera jamais considéré, en ce qui me concerne, comme un chef d’œuvre scorcesien au même titre que Casino ou Taxi Driver.

1229422359_infini

Robert DeNiro (qui tournera Le Parrain 2 l’année suivante – d’ailleurs, l’affiche en tête de mon article est celle de la sortie française du film, en 1976, succès commerciaux français de Taxi Driver et du Parrain 2 oblige), crève l’écran, et Harvey Keitel est fantastique. Dans un sens, c’est un film à voir absolument, tant il est vital dans la filmographie et de Scorcese, et de DeNiro, et de Keitel. Ce n’est pas LE sommet, mais c’est un très grand film tout de même !