1219659011_live_at_pompeii_dvd

Pas de spoilers (hé, c’est un concert, les mecs, pas un film !)

Réalisé en 1972 par Adrian Maben, ce film est d’un genre assez particulier, car il s’agit tout simplement d’un concert filmé. Comme je l’avais déjà fait ici pour le concert filmé de Led Zeppelin (The Song Remains The Same), je vais aborder ici ce concert. Voici donc un des articles les plus atypiques de mon blog, un collector en somme ! Ce film montre Pink Floyd, groupe mondialement connu de rock progressif, donner un concert dans les ruines de la ville de Pompéi. Petite précision : ce concert a été enregistré sans public. Le groupe joue pour les ruines (le contraste entre l’Antiquité et la modernité de la musique floydienne est total, et ça donne un mélange remarquable et inédit). Petite précision supplémentaire (mais j’y reviendrai plus bas), tout le show n’a pas été fait à Pompéi, faute de temps. Mais tout ce qui a été tourné à Pompéi est dans le film, il n’existe pas de ‘scènes coupées’.

1219659068_pinkfloydpompei_0010

En 1972, le groupe vient de sortir son album Meddle (sorti en fait en 1971, un de ses disques les plus sensationnels, assez présent ici), qui contient le long et sublime Echoes. Le concert, dans sa forme initiale d’environ 55 minutes (un peu plus) s’ouvre et se ferme par Echoes (morceau de plus de 23 minutes, scindé en deux parties ici), pour se poursuivre par une set-list remarquable regroupant certes peu de titres (7 si on comptabilise deux fois Echoes), mais que des monuments : A Saucerful Of Secrets (hélas, plus court ici que la version studio – amusant, de voir Gilmour chanter avec ses cheveux en pleine bouche à cause du vent !), One Of These Days, Set The Controls For The Heart Of The Sun, Careful With That Axe Eugene, et une chanson blues assez marrante et courte, Mademoiselle Nobs (qui est une relecture du Seamus de l’album Meddle).

1219659096_pinkfloydpompei_0003

Le DVD propose deux titres supplémentaires, Us And Them et Brain Damage, deux titres extraits du monumental album de 1973 The Dark Side Of The Moon. Mais ces deux titres ne sont pas extraits du live dans les ruines. Il s’agit tout simplement de scènes filmées lors de l’enregistrement de The Dark Side Of The Moon (beaucoup de passages en noir & blanc ont également été rajoutés au concert initial, des scènes tournées pendant l’enregistrement de ce disque admirable - voir photo juste en-dessous de ce paragraphe - , et qui sont en fait des bribes d’interviews du groupe par Adrian Maben). Tout réuni, le concert de Pompéi atteint, avec ces rajouts pas forcément utiles, mais souvent intéressants, la durée de 90 minutes. Ca fait forcément toute la différence (notez que la version classique du show est en bonus sur le DVD) !

1219659213_pinkfloydpompei_0006

Comme je l’ai dit plus haut, tout n’a pas été fait à Pompéi. Maben le dit dans l’interview courte mais passionnante du DVD : le tournage de ce concert a été ardu, les premiers jours ont même été catastrophiques (raccordements de câbles électriques hasardeux, retards divers, etc). Ce qui fait que si certains titres ont effectivement été tournés entièrement à Pompéi (les deux parties de Echoes, A Saucerful Of Secrets et One Of These Days – sur ce dernier titre, seuls les plans montrant le batteur Nick Mason ont été utilisés, les autres ayant été malheureusement perdus), le reste a été tourné dans un studio parisien, avec une projection d’une immense diapositive sur les murs, pour faire ‘comme si’.

Maben le dit, cette technique, à l’époque inédite, est le point noir du concert. Si je devais refaire le concert filmé, je ne referais absolument pas selon cette manière, il le dit clairement. Le photo ci-dessus montre l'ampleur du désastre. Il faut bien avouer, c’est flagrant, et les ajouts de plans de Pompéi (ruines, mosaïques, sculptures) n’y changent rien. Une déception donc, de savoir que tout n’a pas été fait sur place.

Néanmoins, la réussite de l’interprétation (surtout Set The Controls For The Heart Of The Sun, qui donne le frisson – sans parler des hurlements primaux du bassiste Roger Waters sur Careful With That Axe, Eugene !) sauve vraiment l’ensemble de ces titres enregistrés live en studio. A ce titre, niveau interprétation, Mademoiselle Nobs est incroyable, car joué par…un chien ! La demoiselle Nobs du titre était la chienne des Bouglione, prêtée au groupe le temps du titre. Un chien hurleur, pour un blues assez cocasse (Seamus, de l’album Meddle, utilisait déjà un clébard, mais le guitariste David Gilmour chantait aussi dessus quand même).

1219659186_pinkfloydpompei_0009

Interprétation fulgurante du groupe, ambiance garantie (pas mal de plans de ruines et d’œuvres d’art de Pompéi sont dans le montage initial, beaucoup d’autres – y compris des vues en CGI – ont été rajoutées dans le nouveau montage final), chansons indémodables, et le bonheur de voir jouer live un groupe mythique…Rien à dire, à part la légère déception de savoir que tout n’a pas été tourné à Pompéi, à part cette petite tricherie de Maben et du groupe, Pink Floyd At Pompeii est un film-concert mythique et indispensable.

1222423771_19bb8

P.S. : R.I.P. Richard Wright, claviériste du groupe, mort le 16 septembre 2008 d'un cancer foudroyant. Il n'avait que 65 ans. Cette fois, ça y est, c'est sûr, le Floyd ne se reformera plus jamais...