1219584258_lucky_luke_da

SPOILERS...

Réalisé en 1971, ce dessin animé est la première adaptation cinématographique de la bande dessinée imaginée par Morris, Lucky Luke. Réalisée par Morris lui-même, avec l’assistance de René Goscinny (scénariste de la série) et de Pierre Tchernia, ce dessin animé porte le nom de Lucky Luke : Daisy Town, et est, malgré ses quelques défauts, un excellent film d’animation. C’est l’acteur Marcel Bozzuffi qui offre sa voix au fameux cowboy solitaire pour ce dessin animé, et le moins que l’on puisse dire c’est que si c’est une voix radicalement différente de celle d’Antoine De Caunes (série de dessins animés récente, moche comme tout), elle n’en est pas moins parfaite pour le personnage. Les autres voix sont signées Jean Berger, Nicole Croisille, Jacques Balutin (habitué des doublages)…

1219584367_daisy_town14

Le scénario est totalement inédit, écrit spécialement pour l’occasion (un album de BD sortira par la suite, sorte d’album du film en quelque sorte), et est vraiment très bien écrit. L’histoire est la suivante : Une troupe de pionniers s’installent en plein désert pour bâtir une ville. Comme une marguerite se trouve à l’emplacement qu’ils ont choisi, ils choisissent de nommer leur nouvelle ville Daisy Town. La ville deviendra hélas très vite un lieu mal famé, repaire de truands, gangsters, cowboys mal intentionnés. Un jour, Lucky Luke arrive à Daisy Town, pour y découvrir une ville totalement à la merci des criminels. Le maire demande à Lucky Luke, qui s’est bien dépêtré d’une immense bagarre au saloon, de devenir le nouveau shérif, pour nettoyer la ville de la racaille. Lucky Luke accepte, et très vite, tout rentre dans l’ordre. Jusqu’à l’arrivée de quatre criminels évadés d’une connerie inimaginable (surtout le dernier) : les Dalton… Lucky Luke, à nouveau face à ses ennemis jurés, fera tout pour les remettre en prison. Mais les Dalton, eux, ont de nouveaux alliés : les Indiens…

1219584685_daisy_town8

Ce dessin animé regorge de bons passages, hilarants la plupart du temps, comme le duel entre Lucky Luke et les 4 Dalton (sergioleonien, limite !), l’attaque des Indiens, ou la création de la ville. On y trouve, entre autres, l’inévitable Mexicain fatigué, le croque-mort et son vautour, et le papy dans son fauteuil roulant, comme dans pas mal d’albums de la série de Morris. Malgré une animation parfois hasardeuse (le même reproche peut être fait aux dessins animés Tintin Et Le Temple Du Soleil et Les 12 Travaux D’Astérix, présents sur mon blog depuis belle lurette) et un coté assez vieillot, Lucky Luke : Daisy Town est un bon cru de l’animation française.

Ce n’est peut-être pas la meilleure adaptation animée de la BD de Morris (La Ballade Des Dalton vaut le coup), mais c’est bel et bien ma préférée, et même si je n’aime pas les passages musicaux (le quadrille, présent trois fois, une scène longue et deux autres largement plus courtes), c’est un des mes dessins animés préférés. Si vous aimez Lucky Luke, c’est un film à voir.