1219828574_saludos_amigos_1

(Pas vraiment de) SPOILERS…

Sorti en 1943, Saludos Amigos, malgré le fait qu’il soit assez court (40 minutes, et tout n’est pas en animation) et méconnu (aucune fiche AlloCiné sur ce film, ben alors, les gars ?), est un des classiques de Walt Disney, le sixième grand film d’animation des studios, et non pas un petit dessin animé mineur. Composé de plusieurs petits ‘sketches animés’ (4 au total) et de séquences filmées introduisant chaque sketch, ce film d’animation est, de ce fait, très particulier. Il aborde, par tous ses aspects, l’Amérique latine, que ce soit le Brésil, l’Argentine, le Pérou, la Cordillère des Andes…

1219828767_h

Donald Duck est le héros de deux des 4 sketches (au passage, sans doute les plus réussis, car les plus drôles), les deux autres étant ‘interprétés’ soit par Dingo, soit par un petit avion du nom de Pedro. Le but de ce film était donc de montrer au monde entier la beauté de la civilisation de l’Amérique du Sud, et aussi, bien entendu, de faire un dessin animé susceptible de plaire en particulier aux latino-américains. Le résultat est un film hybride en tous points magnifique.

On suit l’équipe de création de Disney en voyage. Que ce soit au Brésil (images du Carnaval de Rio, entre autres, ou de Copacabana), en Argentine (incursion dans le monde des gauchos, les cowboys du Sud) ou au Pérou (visite d’un village péruvien des Andes, avec marché typique et lamas), tout est prétexte à une série de notes, d’esquisses, de dessins divers qui, par la suite, donneront lieu à ces sketches.

1219828660_ph

Le premier sketch montre Donald au Pérou, sur les rives du lac Titicaca. On suit la découverte du monde péruvien de Donald, sa rencontre avec un lama assez retors (forcément, c’est un lama), son excursion assez pittoresque dans les montagnes, sur le dos de ce lama, sa visite d’un marché typique du coin, ses échanges de costumes avec un petit péruvien bien sympathique…bien entendu, les gags abondent, et rien que la voix éraillée et shamallow de Donald est hilarante !

1219828817_de

Passé ce sketch drôlissime, on suit les aventures de Pedro, un petit avion de transport du courrier, qui reçoit la mission d’aller chercher le courrier dans un point de la Cordillère des Andes, son papa (un grand avion de transport de courrier) étant malade, et ne pouvant se déplacer. C’est le premier vol de Pedro, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre un orage, une chute de neige (après tout, il vole dans les hauteurs) et sa rencontre avec la terrifiante montagne Aconcagua (représentée de manière assez angoissante, avec visage bestial sculpté sur la paroi), ce voyage ne sera pas de tout repos…Ce second sketch contient quelques touches d’humour, mais est, dans l’ensemble, plus sérieux. Il rend un fier hommage aux transports de courrier.

1219828841_dinb

Le troisième sketch montre Dingo catapulté littéralement des plaines du Far West aux pampas argentines, transformé en vrai gaucho, avec poncho, cheval, lasso, éperons, etc…Très drôle (comme toujours avec Dingo), ce sketch montre Dingo apprenant tant bien que mal à se comporter en gaucho. Son cheval hilare ne l’aide pas beaucoup, et à ce titre, sa chasse à l’autruche reste un grand moment de déconnade.

Enfin, ultime sketch, retour à Donald, propulsé au Brésil, à Rio de Janeiro, où il fait la connaissance avec un perroquet vert, José Carioca (qui reviendra dans le film d’animation Les Trois Caballeros, sorte de suite de Saludos Amigos, très réussi et plus long), qui emmène Donald visiter sa ville. Entre promenade dans les rues bariolées, dîner à base de cuisine (et alcool) locale, et danse dans un night-club de samba, rien ne lui sera épargné, pour son plus grand bonheur.

1219829081_car

Moins de gags, ici, dans cette ultime partie, mais une musique remarquable (la chanson Brasil, qui ouvre ce sketch sur une suite de tableaux d’une beauté saisissante, obtiendra l’Oscar de la meilleure chanson en 1943) pour porter le tout. Et c’est sur cette musique endiablée et brésilienne que se termine ce dessin animé certes court, mais totalement sublime.

Un superbe film d’animation, dépaysant, drôle, instructif (ce qui est raconté ici, soit dans les sketches, soit dans les passages filmés, est bien entendu totalement vrai, c’est un documentaire), extrêmement bien réalisé…En un mot comme en mille, Saludos Amigos est un film à ne pas manquer !