18659417

SPOILERS !

Dire de ce film qu’il est culte serait un euphémisme. Réalisé en 1968 par Georges Lautner, interprété par l’immense Jean Gabin, mais aussi par André Pousse, Dany Carrel et Robert Dalban, mis en musique par Serge Gaisnbourg (qui y joue brièvemement son propre rôle, et chante le Requiem Pour Un Con), et surtout, dialoguisé par Michel Audiard, Le Pacha est LE film policier culte français des années 60. LA référence en matière d’Audiarderies. Un monument. Scandaleusement court – 85 minutes au compteur -, le film est dans la droite lignée des polars à la française des années 60 : truands contre flics. Seulement, ici, on trouve un ingrédient supplémentaire : la violence. Le film était d’ailleurs interdit aux moins de 18 ans lors de sa sortie…

1212043247_lepachaz2035

Jean Gabin y incarne le commissaire Josse, dont l’ami, Léon, flic lui aussi (Robert Dalban) meurt mystérieusement, un soir, tué d’une balle alors qu’il nettoyait son arme…Une mort étrange, un meurtre pour Josse. Peu de temps auparavant, Léon était en escorte sur un transfert de diamants. Au cours du transfert, le convoi sera attaqué par des bandits, à la solde d’un certain Marcel Lurat, alias Quinquin (André Pousse), un redoutable malfrat. Josse, qui a la certitude que c’est Quinquin qui a abattu Léon, va tout faire pour le retrouver et le descendre…Son ami était peut-être un con, mais c’était quand même son ami !

1212043219_lepachaz2036

Riche en dialogues imparables et cultes (Je pense que quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner) le film se voit toujours avec le même plaisir, 40 ans après sa sortie. Selon moi, il s’agit d’un des tout meilleurs rôles de Jean Gabin, un film puissant, imparable, impeccable. André Pousse, jusque là habitué surtout aux seconds rôles (comme Robert Dalban, et Dominique Zardi, qui apparaît brièvement dans le film), a ici un rôle remarquable de truand sans foi ni loi, un tueur sans âme (11 personnes meurent de sa main, dans le film ! 11 !). Dany Carrel, dans le rôle de l’ancienne petite amie du truand qui aide la police, est plutôt mignonne. Son rôle n’est pas très étoffé, mais il tient bien la route.

1212043286_lepachaz2015

Allez, pour finir, une réplique de Gabin, une vraie perle nihiliste, probablement un des meilleurs ‘mots’ d’Audiard : Ca fait quarante ans que le truand me charrie. Je l’ai digéré à toutes les sauces et à toutes les modes, en costard bien taillé et en blouson noir. Ca tue, ça viole, mais ça fait rêver le bourgeois et reluire les bonnes femmes. Elles trouvent peut-être ça romantique, mais moi pas. Moi, les peaux-rouges, je vais plus les envoyer devant les jurés de la Seine, comme ça y aura plus de non-lieu ni de remise de peine. Je vais organiser la Saint-Barthélémy du mitan, tu m’as compris ? …Qui a dit L’Inspecteur Harry ? Ben oui, et avec trois ans d’avance, en plus !