1211981221_armee_ombres

Attention, spoilers à prévoir, et surtout à craindre, pour les ceusses qui n'auraient pas encore vu ce film !

Sorti en 1969, L'Armée Des Ombres, adaptation d'un livre de Joseph Kessel, est un film de Jean-Pierre Melville. Interprété par une kyrielle d'acteurs tellement talentueux que ça en devient gênant (Lino Ventura, Simone Signoret, Paul Crauchet, Jean-Pierre Cassel, Paul Meurisse, et même Serge Reggiani dans le rôle court mais sublime du coiffeur), le film aborde un des sujets les plus sérieux et importants qui soient : la résistance durant l'Occupation allemande.

18409251

L'action se passe, donc, durant l'Occupation, en 1942. Un homme, Philippe Gerbier (Lino Ventura), est arrêté (motif : pensées gaullistes) et emprisonné dans un camp de prisonniers politiques, situé en France, tenu par des Français, mais géré par les Allemands. Peu de temps après, la Gestapo le convoque, à Paris, pour un interrogatoire. A la Kommandantür, avec l'aide d'un autre 'convoqué', il parvient à s'enfuir, et gagne un salon de coiffure. Le coiffeur, bien que pétainiste, aide Gerbier à s'enfuir discrètement. Gerbier arrive à gagner Marseille, où se localise un réseau de résistants qu'il dirige. D'après des informations qu'un de ses bras droits, Félix (Paul Crauchet) a obtenues, un certain Paul aurait donné Gerbier à la police de Vichy, ce qui avait entraîné son internement en camp de travail. Paul est rapidement abattu, et le réseau reprend son travail.

1211984442_armee2

Félix, dans un bar, retrouve un ancien ami, Jean-François Jardie (Jean-Pierre Cassel), à qui il propose, après consultation, d'intégrer le réseau. Jardie accepte, et reçoit plusieurs missions, qu'il accomplit vaillamment. Au cours de l'une d'entre elles, il rencontre, à Paris, Mathilde (Simone Signoret), avec laquelle il sympathise. Il en profite aussi pour revoir son frère Luc (Paul Meurisse), philosophe et érudit. Gerbier est envoyé, de Lyon, à Londres, au Conseil de la France Libre. Là, il rencontre De Gaulle, ainsi que le Grand Patron de son réseau de résistance, dont il ignorait l'identité jusque là. Il s'agit de Luc Jardie, le philosophe...

1211984220_armee1

Félix, arrêté, est torturé. Jean-François, par peur, démissionne, et se rend. Emprisonné dans la même cellule que Félix, il se suicide par cyanure, après avoir vainement promis à Félix de lui donner aussi une pilule... Gerbier et Mathilde sont arrêtés. Gerbier parvient à s'enfuir (au cours d’un test épouvantable : les prisonniers sont conduits à un tunnel. Forcés de courir pendant qu’on les canarde, ceux qui parviennent vivants au bout du couloir sont relâchés, et Gerbier en fait partie), quant à Mathilde, elle est libérée assez rapidement. Soupçonnant une trahison, Gerbier et Luc la font abattre, dans la rue. Il s’avèrera, en effet, que Mathilde, sous espoir de voir sa fille, emprisonnée, se faire libérer, les a trahis.

18409252

Le film se termine par cette scène, et par ce texte : Claude Ullmann, dit « Le Masque », eut le temps d'avaler sa pilule de cyanure, le 8 novembre 1943, Guillaume Vermersch, dit « Le Bison », fut décapité à la hache dans une prison allemande le 16 décembre 1943. Luc Jardie mourut sous la torture le 22 janvier 1944 après avoir livré un nom : le sien... Et le 13 février 1944, Philippe Gerbier décida, cette fois-là, de ne pas courir.

18473867

Rarement le sujet de la Résistance aura été abordé avec autant de réalisme, de neutralité, de puissance...Rarement un film aura été aussi fort, implacable. L'Armée Des Ombres est une oeuvre majeure de Melville, probablement son plus grand film, et il offre à Lino Ventura son plus beau rôle. Idem pour les autres acteurs, en particulier Paul Crauchet et Simone Signoret. La musique, signée Eric DeMarsan, est inoubliable. Elle servira de musique de générique d'une fameuse émission de TV, "Les Dossiers de l'Ecran" (parodiée dans Papy Fait De La Résistance, film qui, ô coïncidence, parodie la Résistance durant l'Occupation !). Ce thème musical remarquable et glaçant (tout aussi glaçant que l'image volontairement froide du film, sa photographie glacée) apporte une touche émotive supplémentaire à ce chef d'oeuvre absolu du cinéma, qu'il soit français ou non. Un film à voir, à avoir absolument, un monument qui vous fait voir la notion d'héroïsme autrement. Car dans ce film, aucun héros de la Résistance, rien que des hommes, souvent cruels, toujours résolument implacables dans leurs actions. Grand film.