1232966925_affiche

SPOILERS…

Réalisé par Jim O’Connolly en 1969, La Vallée De Gwangi est un film hybride qui semble avoir anticipé, avec plusieurs années d’avance, le film de Spielberg (et, bien sûr, le roman de Crichton dont le film s’inspire) Jurassic Park. Interprété par James Franciscus, Gila Golan, Richard Carlson et Laurence Naismith, le film est un mélange amusant et très réussi entre film fantastique et western.

1232967005_image2

L’action de se film se passe au début du XXème siècle. Au sud du Rio Grande, une troupe de cirque en plein air recherche à tout prix l’attraction ultime. Non loin, se trouve une vallée interdite, où nul n’a le droit de pénétrer. Dans cette vallée, vivent encore des dinosaures, et surtout le terrible Gwangi, un tyrannosaure monstrueux. Un cheval miniature préhistorique, Eohippus, va être découvert et exploité par la troupe de cirque, mais très vite, une expédition va être lancée pour capturer Gwangi, afin de proposer au public une attraction exemplaire, du jamais-vu. Gwangi, cependant, n’est pas à proprement parler une attraction facilement gérable…

1232967038_image4

Sorte de croisement entre King Kong et Jurassic Park (mais avant l’heure, pour Jurassic Park, The Valley Of Gwangi est une curiosité totale, un western préhistorique riche en effets spéciaux remarquables (pour l’époque), signés du grand maître en la matière Ray Harryhausen (Jason Et Les Argonautes, Le 7ème Voyage De Sinbad).

1232967137_image3

Les acteurs sont, dans l’ensemble, excellents, surtout Laurence Naismith et James Franciscus (ce dernier sera vu, par la suite, dans Le Chat A Neuf Queues de Dario Argento et Le Secret De La Planète Des Singes de Don Taylor – première suite du film de Schaffner).

Dans l’ensemble, ce film est un excellent divertissement familial, certes un petit peu daté, mais parfait pour se divertir. Ca reste frais, sympathique, agréable à la vision. Un certain charme suranné s’en dégage, comme il s’en dégage de, par exemple, Jack Le Tueur De Géants ou Jason Et Les Argonautes. La Vallée De Gwangi, film hybride, donc, et réussite indéniable dans le genre, et pour l’époque. Une rareté, une curiosité à voir à tout prix si ce genre de films vous plaît.