1226314639_spartacus_0

SPOILERS…

Sorti en 1960, Spartacus est un film à part dans la filmographie de Stanley Kubrick. Kubrick avouera très vite n’avoir pas vraiment apprécié le tournage de ce film, et le reniera plus ou moins par la suite (c’est en partie pour ça que lorsque la chaîne Arte a organisé, en 2007, un cycle Kubrick, ce fut le seul film du Maître à ne pas avoir été diffusé (avec Shining, diffusé quelques temps auparavant sur une autre chaîne, et Fear And Desire, non visible et non commercialisé à cause de Kubrick lui-même). Pourtant, aucune raison de sous-estimer Spartacus. Bien au contraire : ce film est probablement le plus grand péplum jamais réalisé. Comme tout péplum hollywoodien qui se respecte, il est très long (190 minutes, le film le plus long de Kubrick), et possède un casting impeccable : Kirk Douglas, Tony Curtis, Laurence Olivier, Peter Ustinov, Jean Simmons, Charles Laughton, John Gavin…

1226314717_azsd

A l’origine, ce devait être Anthony Mann, le réalisateur. Mais suite à des brouilles avec la production (et surtout le producteur exécutif, Kirk Douglas), il fut remercié après avoir tourné quelques scènes. Kirk Douglas imposa, pour le remplacer, Stanley Kubrick. Douglas, deux ans auparavant, avait tourné dans le film Les Sentiers De La Gloire, et avait bien vu que Kubrick était un metteur en scène sur qui il faudrait compter. Kubrick accepte de reprendre le tournage (des scènes du film sont de Mann, surtout des scènes tournées dans le désert).

1226314848_spartacus_1960_diaporama_portrait

Petit problème pour le futur réalisateur de Barry Lyndon : il ne peut pas avoir le droit du Director’s Cut du film. Le scénario (signé Dalton Trumbo, scénariste ayant eu des emmerdes durant le Maccarthysme, dans les années 50, ouvertement communiste et homosexuel) est rédigé, on ne peut pas le modifier. Il n’avait pas été choisi en premier pour le film, il n’est là que pour compenser l’éviction de Mann…bref, il le dira très souvent par la suite, Spartacus n’est pas, n’a jamais été, son film. Il l’a fait, son nom est sur l’affiche, sur le générique, mais il ne le considère pas comme SON film.

1226314768_der

L’histoire est connue, c’est celle d’un gladiateur, Spartacus (Kirk Douglas, magistral), qui prend le contrôle des gladiateurs et esclaves de Rome, et organise leur révolte. Un lutteur pour la liberté du peuple de Rome, placé sous la tyrannie des empereurs. Le film aligne les scènes cultes, et comprend une fin absolument bouleversante, montrant Spartacus, crucifié, en train de mourir, admirer son bébé et sa femme, venus lui rendre visite une dernière fois. De même que Maximus (Gladiator) et, dans un autre genre, William Wallace (Braveheart), Spartacus est mort en héros, pour la liberté du peuple.

1226314693_fgr

Le film, a sa sortie, fut un succès, mais il fit l’objet de censure : le scénario initial comprenait une scène ouvertement homosexuelle (avec Laurence Olivier), qui fut retirée à l’époque (réinsérée dans le film depuis). Pas mal d’autres évocations homosexuelles furent écartées, même si certaines passèrent. Le film n’est pas ouvertement pro-gay, mais il est de notoriété commune que pendant l’Antiquité, l’homosexualité n’était pas vue de la même manière que dans les années 60 ! Pour preuve, le film Alexandre de Oliver Stone (oui, ce ne sont plus les Romains, mais les Grecs, OK...et oui, je sais, les Grecs...), qui n’est pas du tout ambigu dans ce sens ! Spartacus, bien que trop sous-estimé par Kubrick, est un film impeccable, et le meilleur péplum réalisé. Sans ce film, et sans La Chute De l'Empire Romain, pas de Gladiator. 4 Oscars, dont meilleure photographie et meilleur second rôle (Ustinov) lui ont été remis. Pas ‘meilleur film’ ni ‘meilleur réalisateur’, cependant, dommage…