1227364770_les_fous_du_stade_0

Spoilers (enfin, pas vraiment) !

Réalisé en 1972, Les Fous Du Stade est un film de Claude Zidi qui est aussi le troisième film des Charlots. Probablement un de leurs meilleurs films, soit dit en passant, et accessoirement, mon petit préféré, que j’ai vu un nombre incalculable de fois depuis mon enfance. On y trouve, comme acteurs, Paul Préboist, Martine Kelly (déjà vue dans Les Bidasses En Folie), Jacques Seiler (le sergent Bellec de la série des Bidasses, et Rochefort dans la diptyque des Charlots Mousquetaires), Gérard Croce, et, dans leurs propres rôles, Guy Lux et l’accordéoniste Aimable. On y trouve aussi Gu et Antoine (le chanteur).

1227365040_vvvv

L’histoire est un prétexte à une série de gags visuels totalement délirants. Quatre trublions en vacances dans le sud (vers Graveson) sont réquisitionnés d’office pour aider l’épicier (Préboist), organisateur de la décoration pour le passage dans le village de la flamme olympique. Installation des banderoles, des mâts, livraison d’une statue, rien ne se fera tranquillement et dans l’ordre ! Le passage se passe quand même, dans un chaos comique assez poussé. On pourrait croire qu’une fois la flamme passée, le repos serait de rigueur, hé bien non, car Délice (Martine Kelly), la fille de l’épicier, autrefois amoureuse de Gérard (Rinaldi), est tombée in love avec l’athlète porteur de la flamme, et a décidé de le suivre jusqu’au stade olympique (situé à Avignon, au passage). Gérard, largué par Délice, est anéanti. Ses copains Phil, Jean et Jean-Guy décident de l’emmener au stade afin qu’il puisse retrouver Délice et la convaincre de revenir avec lui. Une fois au stade, ils seront pris pour des athlètes et devront faire bonne figure pour ramener le plus de médailles pour la France. Mais, inutile de le préciser, ce ne sont pas vraiment des athlètes-nés…

1227365009_cc

Cyclisme, boxe, natation, football, gymnastique, relais, athlétisme, course de haies, arts martiaux et, bien entendu, marathon, tout leur sera proposé, et s’ils parviennent quasiment à chaque fois à choper une médaille, ça sera plus grâce à leurs tricheries et ruses que grâce à leur force ! Et tout ça, pour épater Délice… Une suite de gags visuels totalement cons pour la plupart (pour vous en donner un : Jean et Phil coupent du bois pour faire du feu ; ils retirent littéralement l’équivalent d’une bûche au milieu du tronc d’arbre, et l’arbre, auquel il manque un gros bloc, ne tombe pas, il reste suspendu dans le vide !), mais qui fonctionnent grâce à l’extraordinaire force comique délirante des Charlots.

1227364974_cvvx

La première demi-heure du film correspond à l’installation du passage de la flamme, et pas mal des gags de ce début (surtout tout ce qui correspond à la statue) sont parmi les meilleurs du film. Cependant, l’accumulation de tricheries sportives (marathon, boxe), par la suite, est vraiment drôlissime.

Les Fous Du Stade est un nanar, certes, un nanar comique, mais en aucun cas un ratage. Pour ceux qui aiment ce genre de films, c’est à ne pas louper ! Un des meilleurs films des Charlots, à défaut d’être un des meilleurs films de Claude Zidi. J’adoooore !