jkj

SPOILERS…

Réalisé en 1974, Le Shérif Est En Prison est indéniablement une des meilleures comédies jamais réalisées par Mel Brooks, génie comique américain à l’humour parfois assez vulgaire et lourd, mais qui fait toujours rire. Sans les films de Mel Brooks, un film comme La Cité De La Peur des Nuls (et même, l’humour des Nuls) aurait eu beaucoup de mal à se faire. Pas à cause du sujet, bien sûr, mais rapport au style d'humour qui s'y trouve.

On trouve dans ce film quelques acteurs qui, par la suite, reviendront souvent chez Brooks : Gene Wilder (qui avait déjà travaillé avec Brooks), Harvey Korman, Madeline Kahn, David Huddleston…et Mel Brooks lui-même, bien entendu. Mais le film est interprété à la base par Cleavon Little, et on y trouve aussi Slim Pickens, Alex Karras et John Hillerman.

fff

Le film dynamite totalement le western, comme son titre le prouve. Le titre original (Blazing Saddles, autrement dit, ‘les selles en feu’) est également très cocasse, mais pour une fois, je pense que le titre français est meilleur. Quoi qu’il en soit, c’est le film en lui-même qui est délirant, une succession de gags et de situations totalement dingues (la fin, cartoonesque). L’action se passe en pleine période du grand Ouest Américain, 1878. Rock Ridge est une charmante petite ville de l’Ouest. Tout est calme, mais pas pour longtemps. Aidé par le gouverneur LePétomane (Mel Brooks), un juge véreux, Hedley Lamarr (Harvey Korman), qu’il ne faut pas confondre avec l’actrice Hedy Lamarr – mais dans le film, ça arrive tout le temps !! – décide d’exproprier tous les habitants, afin de récupérer la ville pour y installer une compagnie de chemin de fer à la place.

vbv

Afin de mieux dynamiter Rock Ridge, Lamarr (qui ne cesse de se cogner à sa fenêtre à guillotine) nomme, comme shérif de cette ville, un certain Bart (Cleavon Little), un employé de la compagnie des chemins de fer, un homme à tout faire qui a la particularité d’être Noir. En voyant arriver un ‘nègre’ (selon leurs propres termes) en tant que nouveau shérif, les habitants s’empressent de déchanter. Mais Bart, aidé de Jim (Gene Wilder), une ancienne fine gâchette, va tout faire pour aider Rock Ridge à résister aux hommes de Lamarr…

untitled

Gags à gogo, ambiance totalement dingue, le film ne recule devant rien pour faire rire, y compris en misant sur les effets vulgaires (concours de pets entre les hommes de main du juge, abreuvés de fayots) et même parfois un petit peu limites (le nombre de fois que le mot ‘nigger’ – ‘nègre’ est prononcé est assez affolant, mais rarement le racisme a été aussi bien dénoncé qu’ici). Néanmoins, les acteurs sont excellents, et voir Mel Brooks en chef indien (car il joue aussi ce rôle dans une courte scène) est un grand moment. Voir Harvey Korman dire, face à la caméra, ce qu’il pense faire pour sauver la mise, et, immédiatement après, dire à la caméra – et donc, aux spectateurs - : Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça, à vous, hein ?, c’est un peu décrire l’ambiance générale du film. Au final, seule la scène du spectacle de cabaret de Madeline Kahn est soûlante (surtout en VF). 

mel

Parmi les autres gags, citons la foule de gens venus s’inscrire pour un lynchage, et parmi lesquels on trouve des nazis…ambiance totalement déjantée, humour proche de celui du magazine culte Mad, je vous dit que ce film est dingue ! Si vous aimez la connerie pure, alors vous ne pourrez qu’adorer les 90 minutes du Shérif Est En Prison, dans lequel on croise le Count Basie Jazz Orchestra quand Bart se rend pour la première fois à Rock Ridge (la scène de l’accueil du shérif est tuante, littéralement, en même temps qu’une belle dénonciation de cette connerie qu’est le racisme). Une comédie culte, une des meilleures de Mel Brooks, dans son Âge d’Or. A voir à tout prix !