1225983797_le_corps_de_mon_ennemi_0

SPOILERS...

En 1976, Henri Verneuil, un des plus grands metteurs en scène populaires français, réalise ce film, qui figure parmi ses meilleurs, avec un Jean-Paul Belmondo impérial : Le Corps De Mon Ennemi. Egalement interprété par Bernard Blier, Marie-France Pisier, Michel Beaune, Claude Brosset, Nicole Garcia et François Perrot, ce film est totalement différent des films habituels de Belmondo. Ici, il ne joue pas un flic prêt à tout pour coffrer un truand, ni un voleur/escroc/arnaqueur sympathique, ni un aventurier. Il joue le rôle tout simple d’un homme qui cherche à se venger.

1225983904_vgf

L’action se passe dans le nord de la France (et même, dans le Nord-Pas de Calais), dans une petite ville du nom de Cournai. François Leclerc (Bébel) revient en ville après avoir passé sept ans en prison. Le motif de cette lourde peine ? Double assassinat. Seulement, voilà, bien que tout l’accusait, bien qu’il ait été traîné dans la boue, accusé de ce double meurtre, Leclerc est totalement innocent. Et le coupable, ou plutôt, les coupables, Leclerc les connaît.

1225983878_dddf

Leclerc fut, pendant longtemps, un ami, ou plutôt, une bonne relation, de Jean-Baptiste Liégeard (Bernard Blier, toujours parfait), patriarche d’une riche famille bourgeoise de Cournai. En gros, le maître officieux de la ville. Usine, stade de football, tout appartient à Liégeard, qui est un gros notable, un ponte, une sorte de parrain. Parce qu’il se met à draguer Gilberte (Marie-France Pisier), fille de Liégeard, Leclerc devient rapidement un ‘familier de la cour’ du notable. Mais très vite, après une élection municipale au cours de laquelle le père de Leclerc se présente contre le favori, Liégeard rompt les ponts. Leclerc devient vite un rival. Et va, lui aussi, lancer son propre business, une boîte de nuit qui deviendra rapidement à la mode. Mêlant prostitution et people, Leclerc devient vite gênant pour la famille Liégeard, surtout qu’il a rompu avec Gilberte. Un soir, le champion de football du club, fraîchement signé à Cournai, est invité à la boîte de nuit de Leclerc. Leclerc, ayant pourtant reçu comme conseil de ne pas recevoir ce joueur, le reçoit quand même. Alors que ce joueur est en galante compagnie dans une loge privée, il est abattu (la pute aussi) par balles. Et Leclerc, accusé, mais innocent, plonge…Son retour à Cournai, non désiré, sept ans plus tard sera l’occasion de régler des comptes…

1225983852_fgggg

Tout du long, le film oscille entre flash-backs et présent. L’histoire se déroule peu à peu, au point que pendant la première demi-heure, on ne sait pas vraiment de quoi le film peut vraiment parler (on suppose que Leclerc a été en taule, mais on ne sait pas s’il est innocent ou coupable à ce moment). Magistralement interprété et réalisé, dialoguisé par Michel Audiard, Le Corps De Mon Ennemi est à la fois un thriller et un drame psychologique. Belmondo est remarquable en homme brisé (mais qui ne le montre pas trop, pour ne pas ravir ses ennemis qui, sept ans après, sont toujours aussi importants à Cournai) et avide de vengeance. Ne vous attendez pas à du Bronson. La vengeance, ici, non seulement se mange froid, mais est, surtout, très calculée et psychologique… Le meilleur film de Verneuil. Réalisé pendant la meilleure période de Bébel (1973-77). Un vrai must.