1228408996_le_flic_de_beverly_hills_0

Spoilers !!

Un des films ayant popularisé Eddie Murphy. Sorti en 1984, réalisé par Martin Brest, Le Flic De Beverly Hills est même son meilleur film avec 48 Heures de Walter Hill. Mélange habile entre comédie et policier, très drôle et rempli de suspense et d’action, le film est aussi interprété par Steven Berkoff, Judge Reinhold, John Ashton, Ronny Cox… La musique du film est remarquable, signée Harold Flatermeyer, avec une série de chansons extraordinaires : The Heat Is On de Glenn Frey (ex-Eagles), New Attitude, Rock’n’Roll Me Again, Gratitude

1228409338_18944140_w434_h_q80

Axel Foley (Eddie Murphy) est un flic de Detroit, assez casse-cou. Un soir, il a le plaisir de retrouver un de ses amis, Mickey, une petite frappe sans grande envergure. Mickey se fait hélas abattre devant chez Axel, par de mystérieux hommes. Ayant entendu auparavant par la bouche même de Mickey qu’il avait des liens à Beverly Hills (quartier huppé de Los Angeles), Axel décide, en profitant de congés consécutifs à cette agression violente, de se rendre sur place pour enquêter. Officiellement, il est là pour vacances. Mais il va se mettre rapidement à enquêter sur un certain Victor Maitland (Steven Berkoff), un propriétaire de galerie d’art ayant tout du parfait petit mafieux…Axel ne vas pas seulement se mettre Maitland à dos, il va aussi avoir maille à partir avec les inspecteurs Taggart (John Ashton) et Rosewood (Judge Reinhold), de la police locale (et leur patron Bogomil - Ronny Cox), prêts à tout pour l’empêcher de faire trop de conneries en ville…

1228409253_18944139_w434_h_q80

Drôle et prenant, ce film est un savant mélange entre l’humour de Murphy et une intrigue policière assez corsée. Il y à de l’action à foison dans ce film, jamais l’humour ne cède le pas à l’intrigue policière (contrairement aux films suivants, surtout le troisième, une vraie merde). La réalisation est efficace, et les autres acteurs sont, ma foi, excellents. Un film culte des années 80, mon préféré de Murphy.

Non, attendez, que je ne dise pas de conneries : en fait, c’est le seul film d’Eddie Murphy que j’aime encore vraiment, malgré le nombre effarant de visionnages que j’ai eus du film ! Plusieurs suites seront faites, mais ce premier volet reste le seul vraiment essentiel et réussi.