1194358218_duellistes

SPOILERS !

 

Pour sa première réalisation (tourné en Angleterre), Ridley Scott a choisi d'adapter une nouvelle de Robert Conrad. Cette première oeuvre, Duellistes, qui a obtenu le Prix de la meilleure première oeuvre à Cannes en 1977 (année de la sortie du film), est assurément un des plus beaux films de Scott.

 

1194359375_00

Le film est brillamment interprété par un duo d'acteurs épatant, Keith Carradine et Harvey Keitel. D'autres grands acteurs tels que Albert Finney, Tom Conti ou Edward Fox viennent compléter la distribution de ce film court (93 minutes) mais prenant dont l'action se situe sur une quinzaine d'années, au début du XIXème siècle, pendant le Consulat et la chute de l'Empire Napoléonien. Le principe du film est extrèmement simple : deux officiers de l'armée impériale française vont, au fil des ans, se filer le train (surtout l'un des deux, acharné) pour se battre en duel. A chaque fois, le duel sera inachevé, ce qui entrainera une rancune réciproque d'une virulence difficilement imaginable...

 

1194359412_ff

Le lieutenant Gabriel Féraud (Harvey Keitel) a gravement blessé, lors d'un duel à l'arme blanche, le neveu du maire de Strasbourg. Le chef de la garnison de hussards charge un autre lieutenant, Armand d'Hubert (Keith Carradine) de le mettre aux arrets de rigueur. D'Hubert retrouve Féraud dans le salon huppé d'une dame aristocrate de Strasbourg, Madame de Lionne. Se considérant comme humilié et insulté en public par d'Hubert, Féraud le provoue, une fois chez lui, en duel au sabre, duel interrompu par une légère blessure de Féraud au bras.

 

1194359457_01

D'Hubert, apprenant que Féraud cherche à tout prix à le tuer 'à la loyale' (en duel) pour sauver son honneur, fera tout pour mettre le plus de distance entre Féraud et lui. Mais Féraud lui colle au train, le retrouvant à Lubeck (Allemagne) en 1806, ainsi qu'en 1812, dans un paysage glacial et enneigé, lors de la campagne que Napoléon fera en Russie. A chaque fois, Féraud tentera de provoquer d'Hubert en duel. Quelquefois le duel sera évité (en Russie, le froid est la cause principale de l'abandon), quelquefois non. Un duel à l'arme blanche verra d'Hubert se faire gravement blesser ; un autre duel, à cheval, se terminera par une blessure de Féraud au front. 1814, d'Hubert, de retour chez lui dans les environs de Tours, se marie avec Adèle (Christina Raines), et monte en grade. De lieutenant, il était passé capitaine avant la Russie. Et le voilà Général de brigade. Il apprend que Féraud a lui aussi obtenu le meme grade, mais que ce dernier, en dépit de l'échec de Napoléon qui a été exilé à Ste-Hélène et du retour de la monarchie (Louis XVIII), est toujours impérialiste, et se trouve sur la liste noire des renégats à éliminer.

 

1194359297_11

Parvenant à consulter Fouché (Albert Finney), qui controle cette liste d'indésirables, d'Hubert parvient à faire rayer Féraud de la liste, sans doute par pur pitié pour son adversaire. Féraud, un jour, entend à nouveau parler de d'Hubert, et le provoque en duel, cette fois-ci aux pistolets. Une sorte de chasse à l'homme, deux armes chacun. Au cours de cette traque dans la foret, Féraud, aperçevant d'Hubert, tire à deux reprises, et loupe son coup. D'Hubert, ayant encore une balle, somme expressément Féraud de cesser de vouloir se battre avec lui. Mieux : il lui demande meme de se considérer comme mort aux yeux de d'Hubert, qui en à par dessus la tete de cette rancune vieille de 15 ans, et dont le motif est tout simplement puéril (s'il existe meme une raison à cette rancune, Féraud étant un amateur de duels). La dernière image du film montre Féraud marcher seul dans les bois, méditant surement sur ces 15 dernières années, qu'il a gachées à poursuivre un homme sans aucun motif...

 

1194359433_www

Visuellement, le film presque est aussi beau que Barry Lyndon (meme si le film de Kubrick est supérieur à tous points de vue), et bénéficie d'une image et d'une musique remarquables. Le scénario est vraiment magnifique, meme si simple, voir simpliste), et le thème du film (jusqu'où peut aller la rancune, l'entetement ?) est très bien représenté ici par le personnage de Féraud, magistralement interprété par Harvey Keitel (un de ses plus beaux roles). Keith Carradine, frère de David Carradine, est lui aussi excellent dans le role d'un officier persécuté par un homme pret à tout pour assouvir une vengeance totalement disproportionnée. Mais considérer Féraud comme fou est cependant une grave erreur, l'homme étant tout simplement trop susceptible et irascible (et tétu comme une mule).

1194359353_bbbb

Incontestablement un chef d'oeuvre du cinéma, Duellistes (ou Les Duellistes, les deux titres sont possibles) est un grand cru de Ridley Scott. Pour son premier film, le futur réalisateur de Gladiator et de Blade Runner a fait fort, très fort. Rares sont les premiers films aussi réussis que celui-ci. Un de mes films de chevet de mon adolescence, j'ai découvert ce film il y à une douzaine d'années, et depuis, malgré le nombre de visionnages, je ne m'en suis toujours pas lassé. C'est la marque des monuments. Duellistes en est un, à coup sur.