1194258020_small_114670

SPOILERS !!

 

Pour son premier film commercial, Brian DePalma s'est grandement inspiré d'Alfred Hitchcock (notamment de Psychose), tout en balançant d'emblée ses futures obsessions pour le voyeurisme et les meurtres sanglants savamment orchestrés. Ce premier film, Sisters (Soeurs De Sang en français) est assurément une de ses toutes meilleures oeuvres. Réalisé avec peu de moyens ,et en peu de temps (et par un DePalma encore imberbe), Soeurs De Sang est un film remarquable, au suspense totalement insoutenable.

 

1194258941_sistersfr003

Interprété par Margot Kidder, Jennifer Salt, William Finley (futur 'Phantom' dans le film suivant de DePalma Phantom Of The Paradise) et Charles Durning, le film, en à peine 92 minutes, instaure un suspense diabolique. Voici, rapidement, l'histoire : Au cours d'un jeu télévisé basé sur le voyeurisme, Danielle Breton (Margot Kidder) rencontre un des concurrents, Phillip Woode (Lisle Wilson), un afro-américain charmeur. Elle l'invite au restaurant, et au cours du repas, ils sont interrompus par un homme venu les ennuyer. Cet homme, c'est l'ex-mari de Danielle, Emil Breton (William Finley), qui lui demande incessamment de revenir vivre avec lui, ce qu'elle refuse.

 

18447762

Danielle emmène Phillip chez elle, ils font l'amour. Danielle lui annonce que demain, c'est son anniversaire, à elle, mais aussi à sa soeur jumelle Dominique. Le lendemain matin, Phillip sort en catimii acheter un gateau d'anniversaire pour les deux femmes (il n'a pas encore rencontré Dominique). Retournant à l'appartement (qui est sur Staten Island, non loin de New York), il se fait tuer au couteau par Danielle...à moins que cela ne soit Dominique...

18447759

Une rapide conversation en ombre chinoise nous apprend qu'apparemment, c'est Dominique qui a tué Woode. Emil débarque, et aide Danielle à nettoyer les traces abondantes, et à cacher le corps (dans un canapé-convertible en lit). Le corps ayant disparu, les traces enlevées, tout va pour le mieux, excepté deux choses : tout d'abord, il semblerait que Dominique n'existe pas vraiment ; ensuite, dans l'appartement d'en face, une jeune femme, journaliste, Grace Collier (Jennifer Salt) a clairement vu un homme, ensanglanté, à la fenetre, implorer de l'aide, avant de se faire tuer. Bref, elle a tout vu...et ne va pas se géner pour mettre son nez dans une affaire des plus sordides.

 

 

18447760

On apprend par la suite que Danielle et Dominique étaient siamoises, liées entre elles par la taille. Une opération a pu les séparer, à l'adolescence, mais Dominique, prenant très très mal cette séparation, à pété les plombs. Seulement, on apprend aussi que Dominique est morte, et que Danielle est victime de son ex-mari, directeur d'un asile, et hypnotiseur, qui lui a mis dans la tete que Dominique est toujours vivante, et très dangereuse. C'est Danielle qui a tué Woode, elle est totalement psychotique et schizophrène. Grace, enquétant plus profondément sur cette clinique, tombera dans les griffes d'Emil Breton, qui l'hypnotisera pour lui faire croire qu'elle est Dominique, la soeur de Danielle. Mais l'expérience se terminera sur une note des plus dramatiques...

 

1194259684_sistersfr01

Soeurs De Sang a beau n'etre qu'un premier film, il n'en est pas moins fulgurant de maitrise et de force. Brian DePalma fera difficilement plus réussi dans le domaine du suspense pur (sans aucun élément fantastique, je veux dire), excepté pour deux films, Obsession et Blow Out. Margot Kidder est sublime, William Finley à la fois inquiétant (voire terrifiant, la scène de l'hypnose, filmée en subjectif, est grandiose) et cocasse (le début du film, la scène du nettoyage où il se ramasse une pelle monumentale). Jennifer Salt joue à merveille le role de la petite fouine curieuse qui met les doigts dans un engrenage diabolique. La musique, signée Bernard Hermann (compositeur attitré de Hitchcock), est superbe.

 

1194259384_gaff2117435516

Pour l'anecdote, DePalma, après avoir demandé à Hermann de signer la BO du film, avait rapidement mixé une des anciennes musiques de Hermann sur le film, pour lui montrer (en signe d'admiration). Hermann, énervé, ayant dit à DePalma que ça ne convenait pas, le jeune metteur en scène lui répondit, géné, timide, que c'était pour instaurer un suspense, comme dans les films d'Hitchcock. Hermann lui répondit en hurlant qu'il n'était absolument pas Hitchcock, et qu'il valait mieux garder cet effet de suspense pour un vrai maitre du suspense. Cette prise de bec n'a pas empéché Hermann de faire la musique du film, et de continuer, par la suite, d'en faire pour DePalma (Obsession)...

1194259663_sistersfr09

En résumé, un vrai classique de l'horreur psychologique, un thriller à couper le souffle, à voir absolument si vous aimez vous faire peur, si vous amiez les films à tiroirs. DePalma utilise ici la fameuse méthode du split-screen (écran scindé en deux) pour la première fois dans sa carrière, et il s'agit carrément d'un des meilleurs exemples de split-screen qui existe dans l'histoire du cinéma. Les acteurs sont épatants, la musique, renversante, le scénario, machiavélique et contenant beaucoup de surprises (je n'ai pas raconté la fin du film pour cette raison), et le film a beau avoir été fait avec très peu de moyens, il n'en reste pas moins remarquable. Un chef d'oeuvre absolu signé DePalma, sans doute un de ses films les moins connus de nos jours cependant. Il existe en DVD zone 2 (chez WildSide), proposé avec un superbe livret de 80 pages, une édition collector indispensable proposant, en plus, le film dans une copie magnifique.