1229605687_ran_0

Spoilers !!

Réalisé en 1985, co-production entre le Japon et la France, Ran est l’ultime chef d’œuvre de Akira Kurosawa. C’est également une adaptation à la sauce nippone de la pièce de théâtre de William Shakespeare Le Roi Lear (c’est la seconde fois, après Le Château De l’Araignée en 1957, que Kurosawa adapte Shakespeare). Interprété par Tatsuya Nakadai et Akira Terao (déjà à l’affiche du précédent film de Kurosawa, le monumental Kagemusha qui sera bientôt ici), le film est, visuellement parlant, une splendeur absolue. Le film se passe au XVIème siècle, dans un Japon ravagé par la guerre. Le seigneur Hidetora Ichimonji (Tastuya Nakadai) décide de raccrocher, et de partager son fief entre ses trois fils, Taro, Jiro et Saburo (différence avec Shakespeare : dans la pièce, ce sont des filles), et ce, afin de pouvoir finir ses jours en paix, dans le calme.

1229605803_dfd

Taro (Akira Terao) reçoit le premier château, et prend le contrôle de la plus grande partie du fief. Jiro et Saburo, plus jeunes, reçoivent le second et le troisième châteaux. Saburo pense avec raison que la décision de leur père Hidetora entraînera la perte du clan Ichimonji, le chaos (ran, en japonais). Hidetora bannit Saburo, qui refuse de se plier à ses exigences, qui sont que lui et on frère Jiro devront prêter totale allégeance à Taro, qui devient le Seigneur. Poussé par son amour pour sa femme, Dame Kaede (Mieko Harada), qui nourrit une haine farouche pour Hidetora et le clan Ichimonji (son mari excepté), Taro va peu à peu se dissocier de son père et de ses frères, et cela va entraîner, fatalement, inexorablement, la chute du clan, dans une lutte incessante pour le contrôle du pouvoir…

1229605888_ran_sc7

Puissant, envoûtant, superbement interprété, Ran est un sommet dans l’histoire du film japonais, et de loin un des films les plus réussis et beaux de Kurosawa. Le film, qui obtint en 1986 l’Oscar des meilleurs costumes, est vraiment une splendeur de tous les instants. A noter, le film existe en DVD z2, dans une édition collector de toute beauté proposant un livret superbe.

1229605750_nomura_mansai_ran_2

Kurosawa, qui devint veuf pendant le tournage du film, mit 10 ans à concevoir, en peinture, les story-boards. En résulte un film travaillé, réfléchi (Kurosawa a vraiment fait le film qu’il voulait faire), digne des chef d’œuvres de Kubrick. C’est le Barry Lyndon de Kurosawa (pas par rapport au sujet, mais par rapport à sa beauté visuelle). C’est également un film à voir à tout prix si on se considère comme cinéphile. Après ce film, Kurosawa tournera encore (Rêves, Mandadayo), mais aucun des films qu’il ne fera par la suite jusqu’à son décès en 1998 ne sera aussi beau que Ran. Vraiment une fulgurance graphique, parfois violente et sanglante, mais totalement passionnante et belle.

Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !