1228910771_le_dernier_des_mohicans_92_0

SPOILERS…

En 1992, Michael Mann réalise un de ses meilleurs films, j’ai nommé l’adaptation du roman de James Fennimore Cooper Le Dernier Des Mohicans. Porté par une musique sensationnelle de Trevor Jones et Randy Edelman (avec un thème principal tout simplement somptueux), et une photographie remarquable de Dante Spinotti, le film est interprété par Daniel Day-Lewis, Madeleine Stowe, Steven Waddington, Eric Schweig et Wes Studi. Rarement film d’aventures aura été aussi beau, aussi fort, que Le Dernier Des Mohicans. Existant en deux versions (la version présente sur le DVD, d’une durée de 108 minutes, et une version un petit peu plus longue, presque deux heures), le film se passe en 1757, durant la guerre d’indépendance des Etats-Unis. Plus exactement, la Guerre de Sept Ans, entre Français et Anglais.

1228910894_i_3746_g9731677830217

Nathanael Poe (Daniel Day-Lewis), un Européen élevé par des Indiens Mohicans (tribu donnant leur soutien aux Anglais) et renommé par eux HawkEye (Œil de Faucon), sauve d’une embuscade l’officier britannique Duncan Heyward (Steven Waddington) et deux jeunes femmes, Cora et Alice Munro (Madeleine Stowe, Jodhi May), que Heyward escortait jusqu’au fort William-Henry, où elles retrouvent leur père, le colonel Munro, qui dirige le fort. Nathanael n’était pas seul quand il a sauvé la vie de ces trois personnes, il était accompagné de son père et frère d’adoption, Chingachook (Russell Means) et Uncas (Eric Schweig). Nathanael et Uncas ont vite découvert que l’embuscade avait été tenue par Magua (Wes Studi), un Indien Huron s’étant fait passer pour un Mohawk. Or, les Hurons sont, de même que les Mohicans pour les Anglais, les alliés de la France lors de cette guerre. Nathanael, Uncas et Chingachook décident d’escorter les Anglais, et se retrouvent en plein conflit…

1228910842_i_3746_g973832287555

Daniel Day-Lewis est fulgurant, Madeleine Stowe, sublime, et certaines des séquences mettant en scène ces deux acteurs sont de purs moments de magie cinématographique comme on a rarement le cas d’en voir. Dans le rôle du Huron Magua, Wes Studi est excellent (bien plus excellent que dans le film Géronimo de Walter Hill, dans lequel il jouait le rôle-titre). Eric Schweig est sans doute un petit peu sous-employé dans le film, ce qui est dommage car c’est le rôle-titre.

1228910920_mohic6

La musique est fantastibuleuse, et rythme d’une manière incroyable les plus grands moments du film, notamment cette scène finale, filmée au ralenti, dans une descente de montagne. Une scène riche en tension, en émotion, en suspense, et que la musique rend encore plus belle et saisissante. Grand moment de frisson cinéphilique ! Acteurs épatants, scénario intelligent, musique superbe, et réalisation à la hauteur (Michael Mann, tout de même), voilà de quoi faire très justement un chef d’œuvre. The Last Of The Mohicans, meilleure des adaptations cinéma du roman culte de Fennimore Cooper, en est un, à n’en pas douter. Un des films d’aventures les plus exceptionnels jamais faits.