1228840144_ben_hur_1959_5

SPOILERS…

Réalisé par William Wyler en 1959, lauréat d’une montagne de récompenses (Oscars du meilleur film, acteur, réalisateur, second rôle masculin, photographie, musique, costumes, effets spéciaux, montage…), Ben-Hur fait partie de ces films qui marquent considérablement le cinéma mondial. Pas moins de 11 Oscars pour ce film, un des records (avec Titanic et le troisième Seigneur Des Anneaux) dans la très longue histoire de ces récompenses américaines ! Charlton Heston, Stephen Boyd, Hugh Griffith (l’Oscar du meilleur second rôle, c’est lui), Haya Harareet, Jack Hawkins, Martha Scott sont à la distribution de ce film phénoménal. D’une durée de 3h35 (un intermède coupe le film, on trouve aussi une ouverture musicale en intro), le film est porté par une musique inoubliable de Miklos Rozsa.

1228840268_18465365_w434_h_q80

Est-ce vraiment utile de raconter tout le film ? Dans l’ensemble (car rentrer dans les détails de 220 minutes de film serait une grave connerie), le film, qui se passe durant l’Antiquité, raconte la vie de Judas Ben-Hur (Heston), prince de Judée. Ben-Hur retrouve avec plaisir Messala (Boyd), son ami d’enfance, un Romain venu à Jérusalem pour prendre la direction de la garnison romaine qui s’y trouve. Mais l’amitié entre les deux hommes ne résistera pas aux intentions de Rome : tenir la Judée sous son emprise. On est alors en pleine crise, car un certain Jésus commence à ameuter de nombreux adeptes autour de lui… Ben-Hur, suite à un complot organisé contre lui par Messala, est envoyé aux galères. Au cours d’un voyage en mer, le vaisseau est attaqué, et Ben-Hur parvient à sauver la vie d’un dignitaire romain, qui, pour le remercier, l’affranchit, et l’adopte. Revenu à Jérusalem, avec appuis ; Ben-Hur va alors devenir une vraie menace pour Messala…

1228840222_18465360_w434_h_q80

Riche en scènes cultes, le film est magistralement interprété. On pense surtout à Ben-Hur pour sa célébrissime scène de course de chars, filmée à la perfection (pas par Wyler, mais pas un réalisateur de seconde équipe), assez longue, et qui laisse encore pantois le spectateur, 50 ans après son tournage. Mais le film est également célèbre pour la scène des galères, et pour ses allusions bibliques.

En effet, de même que La Tunique ou Barrabas, Ben-Hur est un péplum biblique, on y parle beaucoup de Jésus, on le voit même à plusieurs reprises (on ne voit pas l’acteur le jouant, car je ne pense pas que c’était réellement permis de tenter de montrer un visage pour Jésus). En fait, un des rares péplums à ne pas aborder du tout Jésus est Spartacus. Et un des péplums les plus éminemment blbliques est Ben-Hur.

1228840246_18826413_w434_h_q80

Musique grandiose, acteurs épatants, réalisation sensationnelle, action et suspense à foison, passionnant de bout en bout de ses 3h35, riche en grands moments…Que dire de plus au sujet de Ben-Hur ? Même les quelques reproches que l’on a pu lui faire (pour vous faire marrer, sachez qu’un documentaire avait relevé les connotations homosexuelles du film, notamment la scène de retrouvailles entre Messala et Ben-Hur, au début) n’entament pas son statut de légende cinématographique qui mérite amplement ses 11 petites statuettes. Un must dans le genre ! Gros spectacle à couper le souffle !