1229784044_lawrence_d_arabie_0

Spoilers…

Inoubliable, ce film. Réalisé en 1962 par David Lean, Lawrence D’Arabie fait partie des chef d’œuvres absolu du cinéma, une fresque très longue (3h40, bien que le film durait ‘seulement’ 3h20 au moment de sa sortie) et toujours passionnante, à la bande-son cultissime, et à l’interprétation inoubliable de Peter O’Toole (et aussi Omar Sharif, Anthony Quinn, Alec Guiness, Jose Ferrer…). Inspiré de la vie du vrai Lawrence d’Arabie, le film est visuellement splendide, un vrai monument.

1229784073_18866260_w434_h_q80

Le début du film montre deux hommes debout devant une moto, parlant d’un certain Thomas Edward Lawrence, décédé sur une route anglaise, d’un accident de la route, avec son deux-roues. Tragique et stupide fin pour un héros dont la vie fut remplie de risques et de bravoure. Le reste du film raconte le destin de cet homme hors du commun. Thomas Edward Lawrence (Peter O’Toole dans le rôle de sa vie, yeux bleus pénétrants) est un officier de l’Empire britannique. Pendant la première guerre mondiale, il se trouve en poste au Canal de Suez, en Afrique, en plein désert, et va prendre la tête de la troupe de soldats du commandant Fayçal ibn Hussein (Alec Guiness) afin de les aider à repousser les envahisseurs Turcs de l’empire ottoman. Lawrence va ainsi aider les Syriens à fonder une nation arabe indépendante. Par la suite, la solitude et la chaleur du désert perturberont quelque peu sa raison, et Lawrence se sentira de plus en plus poussé par une mission divine…

1229784206_18866262_w434_h_q80

Assez rare pour être signalé, ce film ne contient aucun rôle féminin dans la distribution. Un authentique film d’hommes, en somme, même si certains iront dire, assez méchamment (mais pas injustement, en fait) que Lawrence semblait plus porté sur la compagnie masculine que féminine. N’allons pas jusqu’à dire qu’il était homosexuel (même si il semblerait bien que ça soit le cas), mais avouez que c’est troublant, justement, qu’il n’y ait aucun rôle féminin dans ce film !

1229784156_18866270_w434_h_q80

Quoi qu’il en soit, cette rumeur, qu’elle soit fondée ou fausse, on s’en cogne, pas vrai ? Ca n’empêche pas Lawrence D’Arabie d’être un film à grand spectacle, regorgeant de grands moments, d’images fortes (les yeux bleus de O’Toole dans lesquels une flamme se réfléchit, le désert, les scènes de bataille rondement bien réalisées), et porté par une musique qui figure aisément parmi les plus belles qui soient. Composée par Maurice Jarre, rien que ça ! Acteurs au sommet, réalisation parfaite, scénario remarquable, voilà donc un film inoubliable, et grandiose. Long, certes, mais jamais longuet. Un vrai must-have-to-see !