1231249295_le_pont_de_la_riviere_kwai_0

SPOILERS…

En 1957, David Lean réalise un immense film d’aventures, plusieurs fois récompensé, adaptation du roman du même nom écrit par Pierre Boulle, Le Pont De La Rivière Kwaï. Ce film mythique subira le sort d’une suite (Retour De La Rivière Kwaï de Andrew V. MacLaglen, en 1988, à chier), et reste totalement inégalable dans le genre. Alec Guiness, William Holden, Jack Hawkins et Sessue Hayakawa sont les principaux interprètes de ce film dont la musique, culte, est signée Malcolm Arnold.

1231249358_18874753_w434_h_q80

L’action se passe en Thaïlande, dans un camp de prisonniers tenu par l’armée japonaise. Le colonel Saïto (Sessue Hayakawa) dirige ce camp d’une main de fer dans un gant de fer. Un nouveau groupe de prisonniers britanniques, dirigés par le colonel Nicholson (Alec Guiness), arrive, et s’installe dans le camp avec les anciens. Saïto doit impérativement faire construire un pont sur la rivière Kwaï, afin de faire passer un train, c’est d’une importance stratégique que le train passe par la rivière.

1231249389_18874774_w434_h_q80

Saïto ordonne donc à Nicholson de mettre ses hommes à sa disposition afin qu’ils construisent le pont. Il exige aussi que les officiers (dont Nicholson) participent activement au chantier. Nicholson, se basant sur les accords de Genève (qui aborde le cas des prisonniers de guerre), refuse catégoriquement, affirmant que Saïto ne peut ordonner ça. Saïto décide de mater Nicholson, et met à l’épreuve sa résistance physique, mais Nicholson, faisant ainsi l’admiration de ses hommes, ne flanche pas. Par la suite, voyant comment le pont a été mal construit, il parvient à un accord :  le pont sera construit sous son propre commandement, avec de nouveaux plans. Afin de redonner pleinement confiance en ses hommes. Saïto accepte. Parallèlement, un prisonnier américain, le commandant Shears (William Holden), parvient à s’enfuir du camp et informe les Alliés de la construction du pont. Afin de mettre les Japonais en déroute, les Alliés décident de le faire sauter. Le pont sautera, mais…

1231249439_18874768_w434_h_q80

Avec sa scène finale mythique et apocalyptique (et surprenante), sa musique cultissime (la chanson sifflotée Hello, Le Soleil Brille, Brille, Brille), ses acteurs épatants, son scénario remarquable, et cette tension incroyable (entre Saïto et Nicholson) qui sonne tout son sel au film, Le Pont De La Rivière Kwaï est, malgré son âge (52 ans cette année, tout de même), un immense film d’aventures et de guerre (plus d’aventures, en fait). Dans un sens, le film Furyo de Nagisa Oshima (1983), avec David Bowie et Ryuichi Sakamoto, en sera un remake inavoué, avec changement de décor (île de Java au lieu de la Thaïlande), et sans pont. Mias on y retrouve deux hommes qui s’affrontent pour leurs propres idéaux. Excellent, ce film ! Un des meilleurs de Lean avec Lawrence D’Arabie et Le Docteur Jivago. Un sommet dans son genre, à voir à tout prix. Alec Guiness est fantastique, probablement son plus grand rôle. A voir et à revoir !