1244710841_44_jalsaghar

Spoilers...

Réalisé en 1958, Le Salon De Musique (Jalsaghar) est le sommet absolu du réalisateur indien bengali Satyajit Ray. Le film, tourné en noir & blanc, est interprété par Chhabi Biswas, Ganda Pada Basu et Kali Sarkar (ces noms ne vous disent rien ? Comment vous en vouloir ?), et est totalement représentatif du cinéma de ce grand réalisateur (auteur aussi de La Complainte Du Sentier, du Monde d'Apu et de Délivrance - rien à voir avec le film de Boorman).

1244711516_danseuse

C'est le quatrième film de ce réalisateur mort en 1992. Le film adapte un roman portant le même nom, écrit par Tarashankar Bandopadhyay. Le film raconte l'histoire de Huzur Biswambhar Roy (Chhabi Biswas), un zamindar (propriétaire terrien au Bengale). Huzur est un richissime propriétaire terrien issu d'une caste de seigneurs, et régnant sur sa propriété en tant que seigneur semi-féodal. Par amour pour les arts, et surtout la musique, il va sacrifier sa fortune et sa famille pour cette passion, organisant, dans son salon de musique, des réceptions ruineuses.

1244711490_1214858899_jalsaghar

Le film est célèbre dans le monde entier pour la richesse et la majestuosité de ses scènes musicales (c'est presque une comédie musicale, disons plutôt un drame musical), de la musique classique hindoustanie. Généralement classé comme étant un des plus grands films de l'histoire du cinéma mondial, Jalsaghar, tourné en langue bengali, est effectivement un film magistral, beau à en pleurer, émouvant et passionnant, doté d'une bande-son enivrante, et qui, vraiment, mérite totalement sa réputation. Le cinéma de Satyajit Ray n'est pas le plus facile d'accès (la langue bengali pouvant rebuter, au départ - la même chose est à dire des films scandinaves, d'ailleurs), mais si je peux vous conseiller un film de lui, indéniablement, c'est Le Salon De Musique. Très bien interprété, sobrement mais efficacement réalisé, voici un vrai sommet du cinéma.