1229767562_les_ailes_du_desir_0

SPOILERS…

Sorti en 1987, Les Ailes Du Désir est un film franco-allemand réalisé par Wim Wenders, co-écrit par Wenders et l‘écrivain autrichien Peter Handke, et interprété par Bruno Ganz, Peter Falk (dans son propre rôle), Solveig Dommartin et Otto Sander. Le chanteur australien Nick Cave joue son propre rôle, on le voit avec ses Bad Seeds (son groupe) interpréter une version de sa fameuse chanson From Her To Eternity. Tourné en partie en noir & blanc (pour illustrer le monde des anges) et en couleurs (pour les humains), ce film a servi, en 1992, pour inaugurer la chaîne franco-allemande Arte. Ce fut donc le premier film a être diffusé sur cette chaîne, et depuis, il a été rediffusé d’autres fois. Gros succès public et critique, ce film, qui a inspiré La Cité Des Anges avec Nicolas Cage, est une merveille d’émotion et de poésie.

1229767627_18809178_w434_h_q80

L’action se passe à Berlin, avant la chute du mur (et à Berlin-Ouest). Damiel et Cassiel (Bruno Ganz, Otto Sander) sont deux anges. Leur mission est de veiller sur les humains, et ils l’accomplissent depuis plusieurs siècles, en êtres immortels et divins qu’ils sont. Ils voient le monde en noir & blanc, et ne peuvent rien ressentir des sensations humaines que sont le goût, le toucher, l’odorat. Ils ont appris à s’éveiller avec les Hommes, découvrant le rire, l’amour, la violence et la guerre, aussi. Au contact d’une jeune trapéziste, Marion (Solveig Dommartin), Damiel va de plus en plus s’éveiller, jusqu’au point de renoncer totalement à sa condition d’ange et de devenir un être mortel, un simple homme, par amour pour elle…

1229767659_lesailes9ox

Magnifiquement réalisé et interprété (Bruno Ganz, un des plus grands acteurs allemands, est fantastique, dans son meilleur rôle), Der Himmel über Berlin (littéralement, ‘Le ciel au-dessus de Berlin’) est une merveille absolue à voir, toute séance tenante, même si on n’apprécie pas le cinéma de Wim Wenders (pour ma part, j’aime beaucoup ce cinéaste). La musique, en partie signée Nick Cave, et en partie signée Jürgen Knieper et Laurent Petitgrand, est excellente, la photographie, remarquable, et l’ambiance, onirique, poétique, est superbe. Wenders fera une suite en 1993, Si Loin, Si Proche !, avec entre autres, dans leurs propres rôles, Lou Reed et Mikhail Gorbachev. Une belle suite. Un authentique chef d’œuvre d’émotion, je ne vois pas comment le définir autrement ! Il y à des films qui bouleversent, dont on ne parle qu’avec difficulté. Les Ailes Du Désir est de ceux-là.