18747680

SPOILERS...

Deux ans après son magnifique La Déchirure, Roland Joffé remporte la Palme d'Or à Cannes avec le non moins magnifique (et meme encore plus beau) Mission. Que dire de ce film ? Envoutant, grandiose tant au niveau de l'interprétation que de la réalisation, de la musique (signée du grand Ennio Morricone) que des images, Mission est un chef d'oeuvre absolu du cinéma, un film qui vous marque à vie. Dans ce film, deux grands acteurs, qui tiennent ici un de leurs plus grands roles, Robert De Niro et Jeremy Irons. Si Robert De Niro était déjà, à l'époque, une valeur sure du cinéma, Jeremy Irons, lui, n'était pas encore aussi connu que maintenant. Le film repose en très grande partie sur leurs épaules. A noter, dans un role moins important, Liam Neeson, lui aussi nettement moins connu à l'époque que maintenant.

1189084752_cdedrgj

Le film, qui date de 1985 (la Palme d'Or a été remportée l'année de sa sortie mondiale, en 1986), se situe en Amérique du Sud, en 1740. Le continent est sous la direction partagée de l'Espagne et du Portugal. Un moine jésuite, frère Gabriel (Jeremy Irons), dirige, avec quelques autres jésuites, une mission chrétienne en pleine jungle, la mission San Marcos. Là, ils tentent (et souvent, réussissent) de convertir au catholicisme les indiens Guaranis.

1189084820_fder

Parallèlement, on suit le parcours de Rodrigo Mendoza (Robert De Niro), un mercenaire trafiquant d'esclaves, qui revend des indiens aux Portugais. Suite à une querelle amoureuse, Mendoza tue son propre frère Felipe, qui était tombé amoureux de la fiancée de Mendoza. Rongé par le remords, Mendoza se cloitre dans le silence, jusqu'à ce que frère Gabriel, de passage en ville, vienne le voir pour lui proposer de faire pénitence en le suivant à la mission. Mendoza accepte. La pénitence de Mendoza consiste à trimbaler avec lui, tout au long du périlleux et pénible chemin qui mène à la mission, un attirail d'armures, lourd à trainer. A de maintes reprises, les autres jésuites tentent de faire comprendre à Mendoza qu'il ne doit pas se faire autant de mal, que sa pénitence peut s'achever.

1189084938_vcf

Ce n'est qu'en arrivant à la mission que Mendoza accepte enfin la fin de son fardeau. En voyant les indiens Guaranis, qu'il chassait avant pour les revendre, Mendoza fond en larmes, ce qui attendrit un indien l'ayant reconnu, et voulant le tuer...Mendoza se fait vite accepter par les indiens, dont bon nombre sont convertis (la mission est un succès). Très vite, frère Gabriel fait de Mendoza un prètre jésuite, l'homme ayant fait voeu de repentance. Tout se passe pour le mieux, jusqu'à ce que des nouvelles alarmantes arrivent de l'Eglise, et de l'Etat : les missions doivent disparaitre. Gabriel, Mendoza et les autres jésuites feront tout ce qui est en leur pouvoir (quitte à utiliser la force, en ce qui concerne Mendoza - Gabriel, lui, refuse d'utiliser la force) pour tenir leur mission, face aux soldats espagnols, arrivant en surnombre pour vider les lieux de force...

1189084908_cdf

Puissant et splendide, Mission est le plus grand film de Roland Joffé, et meme son dernier bon film (la suite étant vraiment médiocre, comme Vatel, ou meme, ratée, comme Captivity). De Niro et Irons sont tout simplement prodigieux, la musique est belle à en pleurer, de meme que les images. La scène d'ouverture (les chutes d'eau, la mort d'un pretre, qui tombe, sur sa croix, dans le précipice) est une des plus belles que j'ai vues. Peu de Palmes d'Or sont réellement méritées. Parmi les films qui, vraiment, ont mérité la récompense suprème, citons Apocalypse Now, Le Tambour (qui l'ont eu la meme année, ex-aecquo), Kagemusha, Pulp Fiction et Taxi Driver. Et Mission. Ce film est littéralement envoutant, beau à pleurer, avec une fin qui, justement, vous fera vraiment pleurer tant elle est belle, émouvante, forte...et triste. Un film à voir absolument.