1248163330_18806960_w434_h_q80

Spoilers...

Réalisé en 1968, sorti en 1969, Quand Les Aigles Attaquent, adaptation d'un roman portant le même titre et écrit par Alistair MacLean (Where Eagles Dare - aussi le titre d'une chanson de Iron Maiden s'inspirant du roman, ah ah ah), est un classique du film de guerre doté d'un casting excellent, à savoir Richard Burton et Clint Eastwood, et réalisé par Brian G. Hutton. Deux ans plus tard, Eastwood et Hutton collaboreront à nouveau pour le classique De L'Or Pour Les Braves.

1248164152_18889986_w434_h_q80

En 1944, un commando dirigé par le major Jonathan Smith est parachuté en Autriche, non loin du village de Werfen, vers Salzburg, dans les Alpes autrichiennes. Le but de ce commando est d'infiltrer la forteresse alpine de Hohenwerfen, tenue par les nazis, et dans laquelle se trouve prisonnier un général américain. Mais il semblerait que parmi les hommes du commandos (et parmi eux, le lieutenant Morris Schaeffer - Clint Eastwood - et une femme, Mary Elison - Mary Ure), certains jouent 'double-jeu'...

1248164125_18456134_w434_h_q80

Rempli de scènes d'action époustouflantes (le téléférique, l'assaut de la forteresse), Quand Les Aigles Attaquent est un film de guerre brillant, divertissant et vraiment bien écrit. Le film joue avec les spectateurs, on se demande rapidement qui est le traître, et s'il y à effectivement un traître. Une scène en particulier, une scène de dialogues, assez longue, est déroutante, car on se demande vraiment si on n'a pas été 'joués' par le film. On y voit Burton et Eastwood, en tenue nazie, et on en vient rapidement à se demander, en écoutant les dialogues, si ça ne serait pas eux, les traitres. Une belle scène, très étrange, complexe, et trompeuse.

1248163694_18876942_w434_h_q80

Riche en action et rebondissements, en suspense et superbes numéros d'acteurs, Quand Les Aigles Attaquent est un film qui compte beaucoup pour moi, pour une raison simple : c'est le premier film que j'ai vu qui n'était pas un Disney ! Mon père avait enregistré le film en VHS (et cette VHS antique, je l'ai toujours), un an environ avant ma naissance (1981, donc), car il adore les films de ce genre, et voulait tester l'enregistrement (alors plutôt nouveau). Cette VHS, on l'a toujours, et on y tient ! Même si on ne peut plus la lire (n'ayant plus de magnétoscopes) et si elle est assez abîmée par le temps (j'ai le DVD, ceci étant). Petite anecdote inutile, mais qui montre l'attachement que j'ai à ce film. Ce fut mon premier film de guerre, mon premier Eastwood, mon premier film, quoi (j'avais 4 ans, je ne me souviens plus du premier visionnage, mais par la suite, je l'ai revu, et ce souvenir, même un peu effacé par le temps, ça conditionne, pas vrai ? Bref, j'adore ce film !