1230476504_chinatown_0

SPOILERS…

Réalisé en 1974 par Roman Polanski, Chinatown est un des plus grands films noirs jamais réalisés (et, de tous les plus grands films noirs, c’est le seul à être en couleurs). Basé sur un scénario de Robert Towne, le film est interprété par Jack Nicholson, Faye Dunaway, John Huston, Perry Lopez et John Hillerman, et est indéniablement le meilleur film de Polanski avec Le Locataire et Le Pianiste. C’est aussi le dernier film américain du réalisateur, à cause d’un fait divers (détournement de mineure) qui est arrivé à Polanski peu après la sortie du film. Très noir, pessimiste, nihiliste même, Chinatown aurait û être un roman de James Ellroy tant l’univers du film et de Ellroy est similaire. L’action se passe à Los Angeles, dans les années 30. On y trouve tous les ingrédients du film noir : ambiance pesante, personnages troubles, musique jazzy prenante, scénario multipliant les rebondissements, suspense, histoire complexe, secrets bien cachés…

1230476550_chinatown460

J.J. Gittes (Nicholson dans un de ses rôles les plus incroyables) est un détective privé, spécialisé dans les affaires d’adultères. Un jour, il reçoit la visite d’une certaine madame Mulwray (Diane Ladd), qui lui demande d’enquêter sur l’éventuelle tromperie de son époux, Hollis Mulwray. En découvrant qui est Hollis Mulwray (l’ingénieur-chef de la Compagnie des Eaux de la ville de Los Angeles), Gittes tique, car il sait que Mulwray est un homme assez bien placé. Mais il accepte de le suivre pour apprendre s’il trompe ou non sa femme.

1230476528_2350900993_b1c7206900

Gittes découvre en effet que Mulwray a une liaison, et un journal publie le scoop de l’adultère. Gittes reçoit, à son bureau, la visite d’une femme qui dit être la vraie madame Evelyn Mulwray (Faye Dunaway). Découvrant par là que l’autre femme était un imposteur, Gittes décide coûte que coûte de savoir qui a piégé Mulwray (et lui-même), et pour quelles raisons. Très vite, le cadavre de Mulwray est découvert, mort noyé près du réservoir de la Compagnie. Puis Gittes, alors qu’il poursuit ses investigations, cette fois-ci pour le compte de la vraie Evelyn Mulwray, se fait agresser par deux gangsters, dont un (Roman Polanski lui-même) lui taillade le nez avec un couteau.

1230476481_knife

En farfouillant, Gittes finit par découvrir le pot au roses : quelqu’un de très haut placé dans la Compagnie des Eaux siphonne les réservoirs d’eau potable, empêchant les propriétaires terriens d’irriguer leurs champs et orangeraies. De plus, certains terrains sont curieusement la propriété de personnes officiellement décédées. Gittes finit par découvrir un gigantesque complot pour le contrôle du circuit de distribution d’eau…Il découvre aussi les secrets bien enfouis, et bien dramatiques, d’Evelyn Mulwray, dont le père, Noah Cross (John Huston) fut longtemps le dirigeant de la Compagnie des Eaux, et une relation d’Hollis Mulwray par la même occasion…

1230476670_90544_004_128ef4d3

Magnifiquement interprété (Nicholson est parfait, littéralement, et Faye Dunaway irradie d’une présence troublante), Chinatown est un sommet absolu de l’histoire du cinéma américain, un film prenant, riche en suspense, doté d’un humour assez cynique (l’humour est assez présent dans la première partie, mais ça s’aggrave ensuite), d’une réalisation efficace, d’un scénario imbattable et délicieusement pervers et complexe. Polanski (qui apparaît dans le très court rôle du truand au couteau, dans une scène admirable et brève) nous offre ici son meilleur film anglophone, de loin.

1230476638_ph060245

La musique de Jerry Goldsmith, jazzy (sublime thème à la trompette, on dirait du Miles Davis), sert admirablement le film. Quant au titre, il est assez nébuleux, car seulement 5 minutes du film se passent à Chinatown (la fin), mais ce quartier populaire de Los Angeles revient assez souvent dans les dialogues, le personnage de Gittes étant un ancien flic ayant autrefois travaillé dans ce quartier, et apparemment, il s’y est passé quelque chose qui l’a profondément marqué, au point qu’il en change de métier…

1230476611_chinatown_1974_diaporama_portrait

Secrets inavouables (que je ne révèlerai pas ici si vous n’avez jamais vu le film), personnages troubles (Huston, remarquable), ambiance rétro mais jamais kitsch, suspense parfois douloureux, et le cultissime pansement nasal de Nicholson…Chinatown est un putain de sommet, le second meilleur rôle pour Nicholson après Vol Au-Dessus D’Un Nid De Coucou (mais son premier grand rôle, car sorti un an avant le film de Forman), et le meilleur rôle pour Faye Dunaway. En 1990, Jack Nicholson réalisera lui-même une sorte de suite à ce film mythique, dans lequel il reprendra son rôle de Gittes : le plutôt bon The Two Jakes. Mais Chinatown reste irremplaçable.