1227000753_ph8_w434_h_q80

Spoilers !

Cet article aborde deux films en alternant leurs photos…

En 1981, l’écrivain américain Thomas Harris sort un roman qui sera un très grand succès, le thriller Dragon Rouge. Ce roman, le second de Harris (après un thriller du nom de Black Sunday) est le premier à proposer le personnage du serial-killer cannibale Hannibal Lecter. Deux films seront faits à partir de ce roman-phare. Le premier date de 1986, le second, de 2004. Le premier n’est aujourd’hui plus très connu, et le second, considéré comme à oublier. Ces deux films méritent vraiment la réhabilitation.

1227000776_18936168_w434_h_q80

Avant de parler des deux adaptations, parlons de l’histoire, qui ne change bien évidemment pas (le second film étant juste plus fidèle dans les détails). Will Graham est un ancien profiler du FBI qui, à la suite d’une arrestation musclée l’ayant bien abîmé, a pris sa retraite anticipée et est parti s’installer dans les Keys de Floride (groupe de petites îles) avec sa famille. Sa dernière arrestation fut celle du psychiatre et psychopathe Hannibal Lecter, qui, au moment de son arrestation, l’éventra presque. Graham, après plusieurs mois d’hôpital, s’en est sorti, mais avec l’envie de raccrocher. On le comprend…

1227000801_ph7_w434_h_q80

Un jour, son ancien patron, Jack Crawford, vient le voir pour lui demander de l’aide en tant que consultant sur une affaire de meurtres en masse assez sordide. Graham accepte à condition de rester en retrait, et se met à enquêter sur un tueur qui assassine des familles entières (deux familles, à ce jour, massacrées chez elles, un soir de pleine lune). Graham est un eidétique, c'est-à-dire qu’il possède une mémoire visuelle exceptionnelle (sans faire de lui un médium, ça le rend tout de même un peu hors normes, il possède un sixième sens), et il est capable de se mettre momentanément, sur les lieux du crime, dans la tête du tueur. Cependant, Graham accepte quand même de rencontrer, dans sa cellule d’hôpital psychiatrique, Hannibal Lecter, afin qu’il l’aide à trouver le serial-killer. Lecter ne va pas forcément aider Graham ; bien au contraire, il va tout faire pour qu le tueur, un certain Francis Dolarhyde (employé dans une société de conception de films et pellicules), se lance sur sa trace… Dolarhyde, surnommé ‘Tooth Fairy’ (‘La Mâchoire’) par les journalistes à cause de sa tendance à mordre ses victimes, et qui se surnomme lui-même ‘Le Dragon Rouge’, est un homme psychologiquement instable, et totalement imprévisible. Une fois lancé sur Graham, rien ne l’empêchera d’aller jusqu’au bout…

1227000933_18936166_w434_h_q80

De cette histoire qui néglige quelques détails (lisez le livre, regardez les films pour en savoir plus), deux films ont été faits. Le premier, Le Sixième Sens, date de 1986 et a été réalisé par Michael Mann, avec William Petersen (Grissom dans la série TV Les Experts), Tom Noonan, Brian Cox et Kim Greist. Si le titre français du film, maintenant, peut prêter à confusion avec celui du film Sixième Sens de Shyamalan, le titre original, lui, est différent, Manhunter. De plus, avant la sortie du film de Shyamalan en 1999, aucune méprise ne pouvait être faite.

1227000910_le_sixieme_sens_0

Le film de Mann est un excellent thriller, à l’ambiance glaciale (photographie bleutée, froide, de Dante Ferretti) et sophistiquée, totalement à part dans le paysage cinématographique de l’époque. Un film assez sombre, original, qui, cependant, n’a obtenu aucun succès lors de sa sortie (coup dur pour Mann, son film précédent, La Forteresse Noire, fut un bide immense aussi). Petits défauts du film : son ambiance très sophistiquée a pris un petit coup de vieux, et niveau adaptation, ce n’est pas totalement respectueux (il manque des détails, des approfondissements qui auraient pu être faits). De même, le personnage de Lecter est joué par Brian Cox qui, il faut bien le dire, n’a pas le charisme d’Anthony Hopkins. Pour les autres acteurs, en revanche, c’est parfait, en particulier William Petersen, qui respire totalement Will Graham. Il est parfait, il correspond totalement au style, au physique de l’ex-agent à l’esprit torturé. Dennis Farina est pas mal en Crawford, et Tom Noonan assure bien en Dolarhyde. Quel dommage, pour ce Manhunter qui marque la première apparition cinématographique de Lecter, de ne pas être plus connu de nos jours !

1227000958_dragon_rouge_0

Le second film date de 2004, et est signé Brett Ratner. Interprété par Edward Norton, Ralph Fiennes, Harvey Keitel, Anthony Hopkins et Emily Watson, le film s’appelle tout simplement Dragon Rouge (Red Dragon), et sera assassiné par les critiques, qui voient en lui un film bête, inutile, mal foutu. C’est à ce moment que les gens commencent à oublier le film de Mann : on dit partout de Dragon Rouge qu’il est le troisième volet de la trilogie Lecter après Le Silence Des Agneaux et Hannibal. Puis on se rend compte qu’il s’agit de l’adaptation du roman se situant avant les deux autres. Puis on se souvient qu’un film avait déjà été fait en 1986…

1227000856_ph9_w434_h_q80

Avantages de Dragon Rouge : Hannibal Lecter est ici joué par Anthony Hopkins, ce qui permet d’avoir les trois adaptations littéraires avec le même personnage. De même, Ralph Fiennes est parfait en Dolarhyde (meilleur que Noonan), et Harvey Keitel, en Crawford, est meilleur que Dennis Farina. L’ambiance est plus sombre, plus violente (le film est interdit aux moins de 16 ans ; le film de Mann ne l’est pas), et plus respectueuse du roman. D’ailleurs, niveau adaptation, rien à dire sur Dragon Rouge : tout y est, c’est une adaptation parfaite du roman de Harris.

1227000827_18936167_w434_h_q80

En revanche, niveau réalisation, Brett Ratner n’est pas un grand metteur en scène, ça se sent, et c’est réalisé d’une manière très académique, simpliste. La réalisation est du niveau de celle du film Hannibal Lecter : Les Origines Du Mal, dont je ne veux même pas me rappeler le nom du réalisateur tellement c’était misérable. Edward Norton, aussi, n’est pas idéal pour le personnage de Graham, il semble trop jeune pour le rôle (même si je ne serai pas surpris d’apprendre que Petersen ait eu le même âge au moment où il tournait Manhunter), son physique ne convient pas du tout…Dragon Rouge sera assassiné lors de sa sortie, et s’il obtiendra du succès, il sera vite considéré comme une vraie merde. C’est d’autant plus injuste que le film est vraiment excellent, il distille une ambiance qui correspond parfaitement au roman, et est, niveau histoire, bien meilleur que le film de Mann, qui, lui, est doté d’un style que le film de Ratner n’a pas du tout.

1227000986_ph2_w434_h_q80

En bref, ces deux films se complètement aisément, voilà pourquoi j’ai décidé de les aborder ensemble et non pas séparés. Pour un fan de la saga Hannibal Lecter, le visionnage de ces deux thrillers, qui sont autant de films pour un seul et même roman, est indispensable ! Et je ne vous cacherai pas que je préfère légèrement le film de Ratner, pour son adaptation parfaite du roman (exception faite du prologue qui montre Graham arrêter Lecter, passage ne se trouvant pas dans le livre). En tout cas, deux grands thrillers !