1225819669_borsalino_0

Spoilers !

Ce film de Jacques Deray a été interdit d’antenne pendant une quinzaine d’années, n’ayant été rediffusé à la TV qu'il y à deux ans (j’espère que vous l’avez enregistré à ce moment-là, car aucun DVD n’existe encore, même si c’est prévu), à cause de problèmes de droits assez ridicules. Pour tout dire, le jour de sa dernière diffusion (il y à un an environ, un peu plus, même, si je me souviens bien), une interview d’Alain Delon avait été faite dans plusieurs quotidiens, pour fêter et expliquer ça. C’est dire si Borsalino (car c’est de ce film qu’il s’agit) est culte !

1225819728_18829693_w434_h_q80

Réalisé en 1970, ce film, interprété par le duo de choc Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, est une sorte de version française (et marseillaise) du Parrain, mais faite deux ans avant. Un film de gangsters à la française. L’action se passe durant les années folles (1920-30). Roch Siffredi (Alain Delon, marmoréen comme à son habitude) revient à Marseille, pour gérer ses affaires.

Il va croiser la route d’un autre truand chef de gang, François Capella (Bébel), avec lequel il va sérieusement se bastonner dans une scène anthologique, avant de s’associer. Les deux hommes deviennent amis, et partagent tout. Ils commencent à devenir respectés et craints dans le milieu, accèdent au pouvoir, mais plus dure sera la chute…Les ennemis ne manquent pas, et les occasions de tendre des pièges au duo seront nombreuses !

1225819697_18829698_w434_h_q80

Rarement un film de gangsters aura été aussi réussi et passionnant. On ne peut pas comparer Borsalino avec le monumental Il Etait Une Fois En Amérique de Leone parce que Sergio Leone n’a fait son film qu’en 1984 (et parce que le film de Leone est incomparable), mais Borsalino est dans le même esprit. Concernant le fameux film de Francis Ford Coppola : Borsalino n'est pas une copie française du Parrain, car il lui est antérieur de deux ans.

1225819761_ff

Les acteurs sont excellents (Parmi les autres acteurs, Michel Bouquet, Julien Guiomar et Nicole Calfan sont excellents), la musique, signée Claude Bolling, est culte, et totalement dans le ton ‘années folles’ (un peu comme la musique du film L’Arnaque), la réalisation de Deray est soignée, le scénario, de Claude Sautet, Jean-Claude Carrière et Jean Cau, est magnifique. Un film culte, magistral, dont l’absence télévisuelle durant une quinzaine d’années, suite à ces problèmes de droits, est scandaleuse. Quand on sait que la suite (Borsalino And Co, de 1974, toujours de Deray, toujours avec Delon – mais pas Belmondo, qui meurt à la fin du premier film) a, elle, été plusieurs fois rediffusée entre temps (et cette suite n’est pas terrible), on se demande vraiment ! Un film à voir absolument, un des meilleurs films de Delon et de Bébel, le meilleur film de Deray (devant La Piscine). Vivement le DVD, qui devrait être conçu prochainement (enfin, si tout va bien) !