ph1

Spoilers !!

Cet article aborde l’entièreté de la trilogie de Gore Verbinski…

Réalisés entre 2003 et 2007, avec une nette accélération vers la fin (les deux derniers films datent de 2006 et 2007), les trois films de la trilogie Pirates Des Caraïbes ont marqué le renouveau – même si, pour le moment, ils n’ont pas été copiés par d’autres films du même genre – du swashbuckler, ou film de pirates et de corsaires. Un genre de films apparenté à la série B d’aventures, qui était très à la mode dans les années 60 (Surcouf avec Gérard Barray, entre autres), mais qui, depuis les échecs monstrueux du Pirates de Polanski (pourtant la référence en la matière, et du L’Île Aux Pirates de Renny Harlin (un bide compréhensible, le film étant pas terrible), s’est fait discrètos au cinéma.

p4

Tous réalisés par Gore Verbinski (La Souris) et interprétés par Johnny Depp, Orlando Bloom et Keira Nightley, les films de la trilogie Pirates Des Caraïbes sont des productions Disney s’inspirant de la célèbre attraction du même nom présente dans les différents parcs d’attraction Disney du monde. Destinés avant tout aux adolescents, ils sont cependant conçus pour plaire au public le plus large, contenant à la fois de l’action, de l’humour, des effets spéciaux excellents, et même des scènes assez angoissantes (tout est relatif, c’est du Disney à la base).

1 : LA MALEDICTION DU BLACK PEARL

(2003)

1227952937_pirates_des_caraibes_la_malediction_du_black_pearl_0

Ce premier volet fut un très gros succès au moment de sa sortie. Je dois même avouer que lorsque j’ai été le voir en salles, je ne m’attendais absolument pas à ce que le film soit aussi bon, je m’attendais plus à un petit film de série B sans grande envergure. Sans avouer que j’ai pris une claque (faut pas exagérer), je dois dire que j’ai vraiment trouvé le résultat bluffant ! Outre le trio d’acteurs déjà cité qui apparaît dans les trois films, ce premier volet montre aussi Geoffrey Rush et Jonathan Pryce, entre autres. L’histoire est assez simple : l’action se passe au XVIIIème siècle, dans les Caraïbes. Un vaisseau fantôme pirate, le Black Pearl, fait son apparition à Port-Royal, sémant la panique. Les pirates, menés par le capitaine Barbossa (Geoffrey Rush), sont maudits, suite à une histoire de trésor volé, des pièces d’or aztèques ayant été maudites. Naviguant entre la vie et la mort, les pirates sont des morts-vivants, et la lueur de la nuit les fait apparaître sous la forme de squelettes.

p7

Les pirates capturent Elizabeth Swann (Keira Nightley), fille du gouverneur de l’île (Jonathan Pryce). Le fait que celle-ci ait sur elle une des nombreuses pièces d’or maudites qui avaient été dispersées accentue le fait que les pirates de Barbossa pensent avoir trouvé en elle la descendante d’un pirate ayant œuvré avec eux, Bill ‘le Bottier’ Turner. En fait, cette pièce avait été remise à Elizabeth par un ami d’enfance, William Turner (Orlando Bloom), un jeune homme ayant été, bien des années auparavant, trouvé seul survivant d’un bateau attaqué par des pirates, alors qu’il n’était qu’un enfant. Sur lui se trouvait la pièce, en médaillon. Depuis, Elizabeth et lui sont devenus amis (et William est même amoureux d’elle en secret).

p6

William, apprenant l’enlèvement d’Elizabeth, va se lancer aux trousses des pirates. Avec lui va se joindre un pirate complètement décalé, ancien camarade (et même supérieur) de Barbossa, le capitaine Jack Sparrow (Johnny Depp), qui venait d’être coffré à Port-Royal pour piraterie et rébellion aux forces de l’ordre… C’est dans ce premier volet que l’un des éléments les plus importants de la saga est révélé : William Turner est le fils de Bill ‘le Bottier’ Turner, pirate maudit apparemment mort. En dehors de ça et de l’histoire de malédiction, ce premier film semble être un petit peu à part par rapport aux deux autres (il a un début et une fin, tandis que les deux autres se suivent totalement).

p5

Très drôle (les pirates sont souvent délirants, entre celui qui ne cesse de paumer son œil de verre et le petit singe criard), rempli de suspense et d’action, totalement délirant, La Malédiction Du Black Pearl est un film qui ressuscite parfaitement le film de pirates, le swashbuckler, et y incorpore un élément nouveau, le fantastique. A la fois film de pirates et film sur le thème du vaisseau fantôme, ce premier volet, magnifiquement interprété, et doté (comme les deux autres films) d’une musique tueuse tellement elle est belle et évocatrice de l’aventure, est un vrai classique de l’aventure. Sublimes décors et costumes, aussi, et scénario très bien ficelé. On en redemande ? Il faudra attendre trois ans pour voir la suite (une suite pas forcément évidente à deviner, car le premier film pourrait se suffire à lui-même, la fin est ouverte sans pour autant laisser deviner une suite).

2 : LE SECRET DU COFFRE MAUDIT

(2006)

1227953146_pirates_des_caraibes__le_secret_du_coffre_maudit_0

Tout aussi long que le premier film (c'est-à-dire, car j’avais oublié de donner la durée du premier volet, entre 140 et 145 minutes), ce second volet est tout aussi réussi, mais plus sombre, dans un sens. On retrouve le trio principal, mais aussi Jonathan Pryce, Stellan Skarsgard, Naomie Harris et Bill Nighy. Geoffrey Rush y fait une apparition très remarquée, à la fin, ce qui marque un cliffhanger (coup de théâtre) parfait pour préparer le dernier volet ! Ce second volet aborde une histoire différente, on ne fait plus allusion à la malédiction (maintenant levée) du Black Pearl, mais à une autre malédiction, et à une histoire mettant en scène un bateau mythique, le Hollandais Volant (déjà, le premier film abordait en filigrane ce thème), gouverné par le terrifiant capitaine pirate Davy Jones (Bill Nighy). Ce pirate est, tout comme son équipage, maudit, condamné à vivre au fond des océans et à ne remonter à la surface qu’une fois tous les 10 ans. Le moment de remonter à la surface est venu, et Davy Jones a d’ailleurs une dette de 100 ans avec le non moins légendaire capitaine pirate Jack Sparrow…

18466798

Afin d’annuler cette dette de sang qui risque fort de lui amener beaucoup de gros soucis, Sparrow se doit de retrouver le coffre maudit de Davy Jones, lequel, bien caché, contient son cœur. Si le cœur est détruit, Davy Jones est levé de sa malédiction et de sa créance envers Jack Sparrow. Mais trouver le coffre, surtout avec Davy Jones et ses terrifiants hommes (et le kraken) aux trousses, se révèlera une mission terriblement périlleuse. Heureusement Will Turner et Elizabeth (qui commence vraiment à éprouver une attirance pour Turner) sont là pour l’aider…ou tout du moins, eux aussi, en danger, vont tout faire pour s’en tirer sans grands dommages !

18653595

Riche en effets spéciaux démentiels (le kraken, Davy Jones), totalement délirant par moments (le début du film, où les hommes d’équipage de Sparrow partent le chercher sur une île sauvage où il vit, plus ou moins retenu en otage par une horde de sauvages cannibales), et rempli de références (Davy Jones jouant de son orgue : 20.000 Lieues Sous Les Mers de Richard Fleisher), Le Secret Du Coffre Maudit est une suite tout aussi remarquable (et même plus remarquable encore) du premier volet. La fin (que je ne révèlerai pas ici) est totalement ouverte, elle laisse la place à une suite. Impossible, en sortant du visionnage de ce film trépidant, de ne pas avoir envie de voir le dernier volet. Impossible, aussi, de se dire que la saga pouvait se finir ainsi, avec deux films. La fin est trop ouverte, trop vague, les coups de théâtre sont trop nombreux ! De ce fait, un an plus tard, le dernier volet pointe le bout de son nez !

3 : JUSQU’AU BOUT DU MONDE

(2007)

1227953329_pirates_des_caraibes__jusqu_au_bout_du_monde_8

Voici enfin le dernier volet de la saga Pirates Des Caraïbes, toujours réalisé par Gore Verbinski et interprété par le trio Depp/Nightley/Bloom. Plus long que les deux autres (il atteint les 165 minutes), également interprété par Geoffrey Rush, Bill Nighy, Jonathan Pryce, Naomie Harris, et on y trouve aussi Chow-Yun Fat et…Keith Richards !! Jack Sparrow, prisonnier dans la dimension de Davy Jones après avoir été happé par son kraken (souvenez-vous du second volet), doit être récupéré par Will Turner, Elizabeth, leurs hommes d’équipage, et par Barbossa, revenu à la vie grâce aux bons soins de la sorcière Tia Dalma (Naomie Harris).

18753533

Alors que Davy Jones s’est associé à la Couronne d’Angleterre, Turner et Barbossa se rendent à Singapour pour trouver le légendaire chef pirate local, Sao Feng (Chow-Yun Fat), qui lui seul peut les aider à retrouver Jack Sparrow. Mais il faudra aussi affronter le Hollandais Volant, d’autant plus que Davy Jones est très très remonté contre Jack Sparrow et ses acolytes…La plus gigantesque bataille de piraterie se prépare, et il faudra le soutien du plus grand nombre de pirates (dont le père de Jack, Teague Sparrow – Keith Richards, dans un rôle court mais génial et hilarant) pour contrer la force du Hollandais Volant…

18753530

Sans doute un petit peu trop long par rapport aux deux autres volets, cet ultime film est cependant remarquable. Rempli d’humour et d’action, très beau visuellement parlant (et la musique, toujours aussi grandiose), Jusqu’Au Bout Du Monde marque la fin (provisoire : un quatrième volet est en tournage ou préparation) de la saga Pirates Des Caraïbes. Ce n’est pas le meilleur, probablement à cause de sa durée un peu trop longue (il y à facilement 15 ou 20 minutes de trop ; bref, s’il avait duré aussi longtemps que les deux premiers films, ça aurait été préférable), mais reste un grand moment d’aventures !

18753536

En résumé, voici une superbe saga d’aventures, rapidement devenue culte. Qui aurait pu penser, au moment de la sortie du premier film en 2003, que ça deviendrait aussi remarquable ? A voir et à revoir.